Some lemonade?

I really feel something is about to happen, a kind of renewal. New moon, Spring, everything leads to this simple thought: be ready, it’s beginning. Nature speaks to my soul… and I love it!

doors01doors02doors03doors04doors05doors06doors07doors08doors09doors10

Publicités

Un peu de limonade?

Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé la tempête, le bruit de la pluie. Un peu comme un rythme apaisant, une odeur de terre qui m’ancre. Un peu comme si la tempête qui grondait dehors entrait en résonance avec celle qui bouillonnait à l’intérieur… une réponse de la nature à ma propre nature…

Tornade01Tornade02Tornade03Tornade05Tornade06Tornade07Tornade09

Racines

Après une semaine de vacances sous la pluie et la fraicheur, me voila de retour chez moi… Alors j’aurai pu râler sur la météo et ce qu’elle nous a empêcher de faire. Mais cette semaine avec mes parents a été très riche.

Nous avons passé beaucoup de temps à parler, à partager, à nous souvenir, à rire aussi. Ce sont des moments précieux, qui mettent du baume au coeur. Les racines, qui nous permettent de grandir.

Du coup, nous avons transformé cette semaine en retraite littéraire et philosophique, ponctuée de ci de là de balades entre deux averses.

Lorsqu’on nous sommes arrivés sur notre lieu de vacances, j’étais encore pleine de la tension du travail, des relations compliquées, et j’étais épuisée. Cette semaine m’a permis de prendre du recul, et de faire un grand pas en avant. Bon, j’avoue, la relecture de l’Art de la guerre de Sun Tzu, du prince de Machiavel et des Pensées de Marc Aurèle ont aidé…. oui, dans les cas de fatigue mentale, je me replonge dans les classiques…

L’Art de la guerre… non pas pour partir au combat, mais pour mieux comprendre les mécanismes qui régissent les rivalités, les conflits, et les décisions prisent pour écraser son adversaire…. bon, dans mon cas, on est loin, très loi du respect que Sun Tzu accordait à ses adversaires… mais ce n’est pas grave, j’ai compris pas mal de chose…

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. »

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »

« C’est lorsqu’on est environné de tous les dangers qu’il n’en faut redouter aucun. »

« Notre invincibilité dépend de nous, la vulnérabilité de l’ennemi de lui. »

Machiavel m’a aidée en ce sens hahaha.

« Il y a trois sortes d’esprit. Les uns entendent par eux-mêmes ; les autres comprennent tout ce qu’on leur montre ; et quelques uns n’entendent, ni par eux, ni par autrui. Les premiers sont excellents, les seconds sont bons, et les derniers inutiles. »

« Chacun voit ce que tu parais, peu perçoivent ce que tu es. »

« C’est ici l’occasion de remarquer qu’on peut inspirer la haine aussi bien par les bonnes œuvres que par les mauvaises. »

« Un acte de justice et de douceur a souvent plus de pouvoir sur le coeur des hommes que la violence et la barbarie.  »

« Les mots sont des armes.  »

« Le vulgaire est toujours séduit par l’apparence et l’événement : et le vulgaire ne fait-il pas le monde ? « 

Et puis une fois que je m’étais libérée de cette tension, que j’avais lâché prise, Marc Aurèle m’a donné de quoi reprendre des forces, de quoi relativiser, de quoi me retrouver…

« Si tu es en peine à cause d’une chose extérieure, ce n’est pas cette chose qui te trouble, c’est le jugement que tu portes sur elle. »

« Tu peux, à l’heure que tu veux, te retirer en toi-même. Nulle retraite n’est plus tranquille ni moins troublée pour l’homme que celle qu’il trouve en son âme. »

« Qui vit en paix avec lui-même
vit en paix avec l’univers. »

« Creuse au dedans de toi. Au-dedans de toi est la source du bien, et une source qui peut toujours jaillir, si tu creuse toujours. »

« Le meilleur moyen de te défendre est de ne pas leur ressembler.  »

« En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux.  »

« Tout est éphémère , et le fait de se souvenir , et l’objet dont on se souvient .  »

« Comprends-le bien, sois sensé ; tu peux revivre. Vois à nouveau les choses comme tu les voyais ; car c’est cela revivre.  »

« Il est honteux que, dans le temps où ton corps ne se laisse point abattre, ton âme, en ce même moment, se laisse abattre devant lui.  »

« Juge-toi digne de ne jamais dire ou faire que ce qui convient à ta nature. Que le blâme ou les discours d’autrui ne t’en imposent point.  »

« Je suis souvent étonné de voir combien chacun s’aime lui-même plus que tout et pourtant tienne moins compte de son propre jugement sur lui même que celui des autres.  »

 

Si on ajoute à ça une bonne dose de méditation, je suis remontée à bloc, prête à poursuivre mon chemin.

 

mon voyage intérieur: avril (06)

Quelques petites citations à méditer…

citation 01citation 02citation 03

mon voyage intérieur: avril (05)

J’ai dit que je voulais que cette année soit épique… pour ce faire, il me faut une bande sonore digne de cet ambition…. et voila que je découvre Two Steps from hell… qui ne quitte plus mes oreilles depuis ce jour-là. Dans la voiture, au casque à la maison, dans mon téléphone…. un petit aperçu de leur talent:

et pour ceux qui auraient envie d’approfondir l’expérience,

J’ai pour ma part foncé acheter leurs albums… je me suis découvert une nouvelle addiction….

mon voyage intérieur: avril (04)

Aujourd’hui je vous propose un peu de lecture pour retrouver confiance… et n’oubliez pas: nous sommes tous différents, donc si un article ne vous parle pas, passez au suivant, sans hésitation. Lire la suite

mon voyage intérieur: avril (03)

Je reviens au format post-it ce mois-ci. Je préfère le format carré en ce moment…

confiance

  • fond: aquarelle
  • lettrage: une de mes polices expérimentales.
  • motif: Kaboom
  • stylo: Uni ball signo vert métallisé
  • crayon de couleur.

 

Couverture woodland winter

Lorsque j’ai besoin d’occuper mes doigts (et ma tête aussi….) je me lance dans la confection d’une couverture…. là, j’aimais vraiment beaucoup le motif… par contre les couleurs…. j’avais une autre palette dans la tête! J’ai donc bidouillé un peu…

couv2

3 répétitions du dégradé de couleurs plus tard, j’ai tenu mon pari!! je voulais la finir avant ma reprise (demain). Et je viens de rentrer le dernier fil!!

20180402_15340420180402_153618

J’ai fait ma couverture avec le modèle woodland d’attic24. J’ai utilisé mes propres couleurs, que j’ai organisé en dégradé, et j’ai bidouillé une bordure à ma sauce (je n’étais pas vraiment convaincue par celle qu’elle proposait). J’ai adoré crocheter ce motif, mais je suis bien contente d’en avoir fini (bon, ok… j’en ai une autre dans la tête…)

Évidemment la poilue l’a réclamée… comme les précédentes…. et ça, c’est le super contrôle qualité!

partie 1120171211_21285020180402_153404

Bon, il faut que je réfléchisse à la suivante…. j’ai déjà une idée…

 

Mon voyage intérieur: avril (02)

voyage en tête

La confiance, c’est tout simplement franchir chaque porte avec la conviction que le voyage en vaudra la peine.

 

Et depuis que j’ai écrit ça, plusieurs messages sur les portes qui s’ouvrent, ou qu’on doit ouvrir…. en ligne, à la radio, dans la vraie vie… je sais ce qu’il me reste à faire… j’aime quand tout se met en place comme ça!

Mon voyage intérieur: avril (01)

voyage en tête

Quatrième étape de mon voyage intérieur. Si la dernière a été complexe et riche en enseignements, très chargée émotionnellement, celle-ci sera plus intéressante encore.

Nous allons devoir ouvrir des portes et les franchir sans crainte, avec sérénité. Ce mois ci, nous allons explorer la confiance


Confiance

nom féminin.

  • Assurance, hardiesse, courage qui vient de la conscience qu’on a de sa valeur, de sa chance : Faire face aux difficultés avec confiance.
  • Sentiment de quelqu’un qui se fie entièrement à quelqu’un d’autre, à quelque chose : Notre amitié est fondée sur une confiance réciproque.

1. Faire confiance aux autres

se fier entièrement à quelqu’un…. pas si simple.

Pourtant faire confiance, donner sa confiance facilite les relations, et simplifie la vie. Évidemment, je ne parle pas d’avoir une confiance absolue en toutes les personnes qui nous entourent ou que nous rencontrons. Il faut aussi faire preuve de discernement.

Pour ma part, j’ai opté pour compartimenter ma confiance. Si si. Je sais que je peux faire une entière confiance à certaines relations concernant un aspect de ma vie. Pour certains, ce sera le côté professionnel, pour d’autre l’émotionnel, pour d’autres encore le relationnel. Ces personnes ont le recul nécessaire, l’intégrité nécessaire et l’honnêteté nécessaires pour que je puisse leur accorder ma confiance dans ces domaines précis. C’est parce que je leur reconnais des qualités réelles ou supposées que je donne ma confiance à ces personnes.

Il en va de même de certains professionnels (notamment dans le domaine médical). J’avais une totale confiance dans mon généraliste, qui connaissait mon dossier médical sur le bout des doigts (il a été mon médecin de l’âge de 7 ans à 42 ans… ça aide!). Lorsqu’il est parti à la retraite (bien méritée), j’ai du choisir entre plusieurs remplaçants… Comment savoir si je pouvais leur accorder ma confiance ou non? En leur posant des questions, en observant leurs réactions, en essayant de voir si le feeling passe ou non… et j’ai fini par choisir celui qui me paraissait avoir les qualités que je recherchais chez mon médecin traitant.

Dans la vie de tous les jours, c’est la même chose. C’est en posant des questions, en écoutant l’autre, en observant ses réactions et son comportement, qu’on peut déterminer si on peut lui faire confiance ou non. Et avec le temps, avec une connaissance plus profonde de l’autre, la confiance peut s’étendre à des domaines plus variés. Ou être retirée, en cas de trahison.

Et qu’il est compliqué de redonner sa confiance une fois qu’elle a été trahie! En ce qui me concerne, je garde toujours une certaine méfiance envers ceux qui m’ont trahie. Lorsqu’il s’agit de sujets bénins, elle est minime, mais lorsqu’il s’agit de sujets plus sérieux, donc de personnes plus proches, elle est irrévocable. Je suis capable de rayer une personne de ma vie en cas de trahison importante (qu’on en me parle pas de pardon dans ces cas là…). Et pourtant ma tolérance est plutôt élevée….

Aujourd’hui, je donne facilement ma confiance. Je suis arrivée à un stade de ma vie où je n’ai pas grand chose à cacher, et où je pense être capable de cerner assez facilement les personnes que je côtoie. J’ai donc tout intérêt à leur faire confiance. Ça simplifie grandement mes relations. Et puis au pire, si trahison il y a, je continuerai mon chemin sans souci.

Parce que la personne la plus importante en qui j’ai confiance, et qui me permet d’avoir cette sérénité, c’est moi.

2. Avoir confiance en soi

Bon, clairement, ce fut un chemin de longue haleine pour parvenir à avoir confiance en moi, en mon jugement, en mes émotions. Mais là aussi, je suis arrivée à un stade de ma vie où j’ai compris que j’étais la seule personne avec qui j’allais passer ma vie entière, et qu’il valait mieux que je me fasse confiance, que ça simplifierait ma vie.

Effectivement. Ça simplifie grandement les choses. Je me moque du regard d’autrui, je n’ai nullement besoin de leur approbation. Je me connais suffisamment pour suivre mes instincts lorsque c’est nécessaire. Je me remets aussi constamment en question, sans complaisance, mais toujours le plus sincèrement possible.

Mais pour cela, j’ai du ouvrir une à une toutes mes petites boites de Pandore personnelles, même celles bien cachées dans les recoins de mon être… en regarder le contenu, l’apprivoiser, et l’accepter en tant que partie de moi. Je me connais donc plutôt bien. J’ai appris à reconnaitre mes qualités ainsi que mes défauts, mes forces et mes faiblesses. Et je les ai acceptés comme faisant partie de moi, faisant de moi celle que je suis. Sans jugement. Le plus objectivement possible.

Dès lors, que vaut le jugement d’autrui sur celle que je suis? Au mieux, ils ne voient qu’une partie de ma personnalité, ils ne connaissent qu’une fraction de mon être. En m’acceptant dans mon intégralité, je m’exonère de leur opinion. Je n’ai plus de boite de Pandore à ouvrir, je n’ai rien à craindre.

Et au final c’est là la clé: j’ai confiance en moi parce que je n’ai rien à craindre. Je n’ai pas peur du regard d’autrui, celui que j’ai posé sur moi était encore bien moins complaisant et je l’ai accepté. Je n’ai pas peur de l’opinion d’autrui sur moi: celle que j’ai de moi dans mes plus sombres heures n’a rien de flatteur… mais je l’ai acceptée.

Et au final, je réalise que ces dernières années, j’ai parcouru mon chemin de la confiance en moi en courant, abattant chaque obstacle sans pour autant m’arrêter. J’avais déjà les armes pour ça, il me suffisait juste de les utiliser… dans les jours qui viennent, je vous donnerai les pistes pour construire les vôtres.

Et c’est parce que j’ai cette confiance en moi que je peux avoir confiance en l’avenir.

3. Avoir confiance en l’avenir

Je n’ai pas peur de l’avenir, de ce qui vient, de la vie. Parce que j’ai confiance. Et que je suis bien déterminée à vivre chaque moment, chaque rencontre, chaque étape pleinement.

Attention, je ne suis pas naïve. Je sais qu’il y aura de nouveaux obstacles, de nouvelles épreuves mais je sais que je serai capable de les surmonter. Avec l’aide de ceux qui m’entourent.

Je ne vais pas vaincre la faim dans le monde, je ne vais pas mettre un terme à ces guerres qui gangrènent l’esprit humain. Je ne peux rien faire contre la violence, quelle qu’elle soit. Si ce n’est de ne pas en faire preuve moi-même, que ce soit physiquement, psychologiquement ou administrativement.

Mais je plante chaque jour des graines de compassion, d’empathie, de compréhension du monde dans le coeur de mes élèves. C’est ma part du travail. Et je l’accomplis chaque jour avec confiance qu’un jour ces graines germeront, que je sois là pour le voir ou non.

Je plante aussi des graines ici, à travers mes mots. En me disant qu’ils toucheront peut être quelqu’un qui en a besoin, et qu’à son tour cette personne fera son chemin.

Pour le reste, ça ne dépend pas de moi. Il est donc inutile que je m’en inquiète. Par contre, j’ai confiance. Je sais que d’autres agissent aussi à leur niveau.

Voila, la confiance, une notion qui m’a longtemps, très longtemps été étrangère… mais qui aujourd’hui fait partie intégrante de celle que je suis…

Une nouvelle année s’ouvre à moi, et j’ai bien l’intention de la rendre épique!

 

%d blogueurs aiment cette page :