Symbole n°38: Thunderbird, l’Oiseau-Tonnerre

L’Oiseau-Tonnerre ou Thunderbird, est un symbole amérindien de protection et de force. Il est souvent considéré comme le plus puissant des esprits et peut également se transformer en humain en ouvrant sa tête comme un masque et en lissant ses plumes pour en faire une couverture. Sous ses ailes se trouvent des serpents éclairs, qu’il utilise comme outils, ou armes.

L’Oiseau-Tonnerre est une créature mythique qui représente la force dominante de toute activité naturelle. Il est localisé dans les montagnes occidentales du Pacifique Nord. L’Oiseau -Tonnerre crée le bruit du tonnerre en battant des ailes, et lance des éclairs par ses yeux, lorsque les chasseurs s’approchent trop de son territoire.

En créant les orages, il irrigue la terre, en permettant à la végétation de pousser. Il est sensé être si grand que ses ailes sont aussi longues que 2 canoés, et il pourrait facilement sortir un orque hors de l’eau avec ses serres. Seuls les chefs et les familles les plus puissants et dont la réussite est indiscutée peuvent choisir l’Oiseau Tonnerre pour être au sommet de leur totem. Il ressemble à l’aigle mais il se distingue par deux cornes courbes ou deux plumes sur sa tête. Une des légendes le concernant dit qu’il y a très longtemps, les gens ont demandé de l’aide à l’Oiseau Tonnerre pendant une disette. Il les a aidés mais en retour, il a exigé qu’à partir de ce moment, il ne sera représenté qu’au sommet des totems avec ses ailes grandes ouvertes. C’est pourquoi de Nombreux totems du Pacifique Nord Ouest le représente au sommet.

L’Oiseau Tonnerre nous enseigne à respecter les forces de la Nature, avec lesquelles nous n’avons pas à interférer. Il est aussi symbole d’abondance, puisque grâce à lui les terres peuvent être cultivées. Plus symboliquement, il est symbole de protection de la famille, des amis, de la communauté, que cette protection soit physique, émotionnelle, financière etc… Il a aussi des attributs guerrier et apporte un message de victoire. Enfin, il a aussi un aspect psychopompe, il offre réconfort et force aux morts, en s’assurant qu’ils arrivent à leur destination.

Bref, l’Oiseau Tonnerre est un symbole de puissance, de protection, d’indépendance.

Quant à moi, je vois en lui un double aspect: une force, une puissance certes, mais surtout le choix de la mettre au service des siens, et non pour son bénéfice seul. Il n’a rien à prouver. Si il défend farouchement son territoire, il est aussi capable d’apporter son appui à ceux qui en ont besoin. C’est un de mes symboles préférés, je dois l’avouer. Et ça n’étonnera personne, je pense haha.

Ce que peut nous apporter l’Oiseau Tonnerre cette semaine:

  • prendre conscience de nos forces, de ce que nous pouvons apporter à ceux qui nous entourent.
  • prendre conscience des forces de la Nature, de ce qu’elle nous montre jour après jour, et faire preuve d’humilité.
  • prendre le temps d’être à l’écoute, d’offrir un espace et un temps de parole àc eux qui en ont besoin.
  • prendre conscience que nous pouvons réussir ce que nous entreprenons, et laisser les doutes à la porte.
  • puiser en nous l’énergie nécessaire pour accomplir les points précédents, en ayant bien conscience qu’elle est inépuisable.

Je vous souhaite une bonne semaine. Étendez vos ailes et prenez votre envol!

Publicités

2019 Epopee: card #19. I am FULFILLED

This week, as I was thinking about the positive affirmation I would choose, I realized that I could do simple, for once. I changed my point of view on a lot of things these last months. I stopped trying to reach what wasn’t resonating in me. I made the choice to be genuine, no matter what, knowing that my life training and experience would help me avoid most of the traps placed on my way. And no, ego had nothing to do with it. It was the opposite actually: I was done playing the ego game.

I am satisfied with what life gave me so far. I have a place to live, a job that helps me grow each and every day, the means to fuel my creative ways, friends and family, my health is rather good, I live in a beautiful place, surrounded by nature, witnessing seasons as they go by, and I am free to do whatever I want. So to me, all this is fulfilling. And I do feel fulfilled. In so many ways. I could spend some time pointing at what is ‘missing’ in my life, but I tend to think that if something isn’t in my life right now, it’s because it is not meant to be at this time, and that it’s ok.

As soon as I looked at my life from this angle, everything shifted, everything took place, and dynamics that were on stand by, sometimes for years, started to move on. And it felt good.

We spend so many times to run after things or ideals seemingly reachable but actually illusionary that we miss the whole point: enjoying our life as it is. Enjoying who we are, enjoying our relations, enjoying the place we live in, enjoying the course of time. We are so busy running after whatever we run after that we don’t see what really matters, what can bring us joy, and peace, and happiness, and smile.

We are so trapped in the stress surrounding us, that we are stuck to the ground while we are supposed to jump, and open our wings to conquer a higher level. We let negativity put chains on us and ego stirs all this into a pretty mess…. while we are supposed to take a huge breath and let life fill us with lessons that will help us grow stronger, wiser, more open.

Until we decide that we are done playing. I made this choice. One morning, I woke up and it was obvious, so obvious I said it out loud. The cat woke up too, looked at me, purred, winked to let me know it was indeed time for me, and that was it. I was done playing. And I felt I could really breathe fully for the first time in years.

Now that I freed myself from the game, I could live along my own rules. Not those stroking, erasing, molding rules I tried unsuccessfully to follow (well, actually, I didn’t really try…. I pretended to?).

So here are my rules:

Be Open.

That’s it.

To me it means that:

  1. I am accepting myself as I am. Because if something needs to change, it will, when time has come. Till then, I go on living my life as I feel to. It’s perfect the way it is now. I am also accepting others as they are. They have their own path to walk, and it’s not for me to interfere.
  2. I enjoy each part of my life experience. Open eyes, open arms, open mind. To enjoy each and every little thing that can bring fuel to my thought, to my soul, to my journey. I won’t get lost, my base is strong enough, and sometimes, I may even be a beacon for others. I let my light shine, no matter what.
  3. I embrace my creativity flow in each and every realm of my life, as it brings me happiness. And I let it lead me to unknown territories so that I learn more.
  4. I am beyond negativity and ego reach. I enjoy my life as I live it fully.

And you know what? Since I took this decision, since I made this choice, everything seems to align with my will and needs. And if sometimes I tell myself I should have done it sooner, I then realize that it’s a silly thought. It happened at the right time. A time when I can fully enjoy the process, when I can really understand and feel the difference. I needed to live through all of my life experiences to be able to truly enjoy the path I am walking now.

The thing that makes me smile the most is that I still look the same, I still work at the same place, with the same people, driving the same car, living in the same place. Materially, nothing has changed. My perception of it did. And that was all it took to switch my whole world into MY whole world. I decided to own my life. That’s it. I decided my inner peace was worth it. I decided to let myself be. Truly be. I decided to take a few steps back and to enjoy what I was looking at. I decided that I had all the reasons in the world to be proud of what I became, and that I could just start to enjoy my life as it is. All these little pieces I worked on so patiently for so long are taking their place in my life puzzle. And their perfect fit is something I can be proud of. I can now go on, knowing that I was able to create something as intricate, and powerful, and loving, and strong, and meaningful as my life till now. I can be fulfilled, for sure, as it is rich and so thrilling.

The beauty of all this is that my life is far from being done. I still have a lot to learn, to grow from, to create, to live, to love, to feel. A lot more puzzle pieces to create that will find their perfect fit too…

So this week, take a step through the mirror and choose to be fulfilled too. It’s easy, you just have to decide to be.

Inktober 2019

Cette année, je me lance dans le challenge Inktober!

This year, I decided to get Inktober fever!

Inktober est un challenge artistique. Les règles officielles sont plutôt simples: (copiées et traduites):

  1. Faire un dessin par jour et l’encrer (on peut faire un croquis auparavant si on veut).
  2. Le partager (en ligne, sur les réseaux sociaux, ou même sur la porte de son frigo si on le sent comme ça. Le but est de le partager avec quelqu’un).
  3. Le taguer avec #inktober #inktober2019
  4. Recommencer le lendemain

On peut le faire chaque jour, ou partager un jour sur deux, ou une fois par semaine. le but est d’être le plus régulier possible. Le but d’Inktober est de progresser, de grandir et d’acquérir des habitudes positives, donc plus on est régulier, mieux c’est.

Inktober rules: (from Inktober official website)

1) Make a drawing in ink (you can do a pencil under-drawing if you want).
2) Post it*
3) Hashtag it with #inktober and #inktober2019
4) Repeat

Note: you can do it daily, or go the half-marathon route and post every other day, or just do the 5K and post once a week. What ever you decide, just be consistent with it. Inktober is about growing and improving and forming positive habits, so the more you’re consistent the better.

That’s it! Now go make something beautiful.

*Post it on any social media account you want or just post it on your refrigerator. The point is to share your art with someone. 🙂

Et voici les mots clés pour cette année:

in english:

https://lesetatsdamedecesame.files.wordpress.com/2019/09/47a0c-2019promptlist.png

en français:

Je n’ai pas trouvé d’image qui traduisait vraiment la liste autre que littéralement (et certains mots peuvent avoir plusieurs sens) donc voila ma traduction:

En ce qui concerne le partage, j’avoue que le chat est peu sensible à ma fibre artistique (par contre elle adore mes pinceaux, l’eau de l’aquarelle et mes crayons de couleur…. mais c’est un autre sujet….). Donc j’oublie la porte du frigo…. Je posterai donc mes « oeuvres d’art » ici, sur FB, instagram et évidemment sur EDPmonamour.

As for sharing, my cat doesn’t really care about my art (I can’t say the same thing about my brushes, watercolor water jars, pencils… but that’s another topic….). So I won’t post on my fridge door… but here, on FB, on Instagram and obviously on my favorite french teachers forum, EDP.

Par contre, mon côté rebelle des bacs à sable a encore frappé… je ne vais pas suivre les règles à la lettre… étonnant, non? Pour moi, l’esprit d’Inktober, c’est de se focaliser sur un domaine artistique qu’on maitrise peu ou mal (c’est ce qui a poussé le créateur du challenge à le faire, d’ailleurs: il voulait progresser dans son encrage). Et si j’aurais grand besoin de progresser dans mon tracé à l’encre, il y a un domaine qui nécessite mon attention toute particulière, là maintenant. Inktober tombe donc au bon moment pour moi.

And my rebelious self stroke again… I won’t follow the rules per se…. surprising, isn’t it? To me, Inktober spirit is to improve a skill, to grow, as its creator statued (and what motivated him to create the challenge at the first place). I obviously have a lot to improve in… all artistic realms lol. I could really use Inktober to improve my line work … but there is another skill that requires my chole attention right now, and Inktober is the perfect challenge for it….

Je dois vous avouer que depuis quelques jours je suis comme une gamine la veille de Noël… je ne serai pas surprise de me voir sautiller sur place en frappant des mains à la seule pensée de ce qui s’annonce demain… si si, c’est à ce point….

So I guess it’s time for me to reveal what makes me react like a kid on christmas eve (yep, jumping and clapping and hysterical excitation…. the whole package!)….

Demain, si tout va bien, je serai l’heureuse propriétaire d’une tablette graphique!!!! Des années que j’y songe, et le moment est venu je pense… l’occasion s’est présentée et j’ai sauté le pas… ça fait donc plusieurs jours que je me refamiliarise avec les logiciels de dessin comme Inkscape, ou Krita… logiciels libres et gratuits. J’avais déjà GIMP pour nettoyer mes scans, mais là, je vais pouvoir réellement me lacher… 15 ans après avoir un peu bidouillé avec Photoshop…

Tomorrow, if everything goes as planned, I will own my very first graphic tablet!!!!!!! YAY!!!!! I was thinking about it for years now, and time has come I guess, with a perfect deal too. So These last days, I dove into Inkscape and Krita (both free and open source). I already have GIMP set up on my computer (to edit the cards and drawing I scan, to clean them a bit too). But with a tablet, I will be able to unleash my creativity to a whole new level… 15 years or so after having dropped photoshop….

Je vais donc tout m’autoriser avec Inktober… des gribouillages sur papier (et tous les papiers qui me tombent sous la main), des gribouillages digitaux (histoire d’apprivoiser le truc), des bidules mixtes (parce que c’est plus rigolo). A suivre donc!

So I will truly unleash my creativity with Inktober. I will sometimes doodle on paper (and any kind of paper is at risk of intereacting with one of my pen/marker), sometimes use my tablet (I need to tame the thing, after all), and sometimes mix the two, just for the fun of it… to be continued!

1 jour 1 vérité. 1 day, 1 truth (6)

Parfois je gribouille utile… et ça peut prendre des jours… Là par exemple, c’était pour cacher une maquette moche et surtout faire en sorte que mes élèves soient le moins possible dérangés par les passages dans le hall (qui déclenchent l’allumage, à chaque fois, une douzaine de fois par jours….)… Et en plus ça éclaircit ce soin plutôt sombre! Le machin fait 65 cm sur 2m… oui, il faut ce qu’il faut!

Sometimes my doodles are useful… My classroom looks onto the hallway…. and a horrid squale model…. so the kids are disturbed each and every time someone walks into the hall (because each and everytime lights are turning on… so nice….. ) and the corner is really dark… So I took the markers left from last year, to test them (hehe) and I doodled that: 25 x 78 inches of doodles…. lots of fun… took me two days…. but sometimes you need to do what has to be done….

Symbole n°37: L’Unalome

Cette semaine, je voulais un symbole qui représentait un chemin de vie… Et si je ne suis en général pas du tout attirée par les symbole d’Inde ou d’Asie, me voila séduite par l’Unalome… L’Unalome est un symbole bouddhiste qui représente le chemin vers l’éveil.

Sa forme représente les tas de cailloux que les randonneurs ou les promeneurs en montagne empilent pour baliser les chemins qu’ils parcourent (les cairns). Les différents éléments qui le composent marque tous une étape dans le chemin de vie:

  • La spirale symbolise l’Univers, la vie, le chaos, la source, l’énergie originelle, l’évolution….
  • Les boucles: elles représentent les échec, les obstacles, les détours que l’on peut faire et qui nous permettent d’apprendre, de nous élever.
  • Les zigzags: ils symbolisent la sortie de l’ignorance, le début de la conscience.
  • La ligne droite et le point: ils symbolisent l’éveil de notre conscience, la sortie totale de l’ignorance et la fin des souffrances.

Autant j’ai beaucoup de respect pour les bouddhistes et leur philosophie, autant ça ne me parle pas vraiment. Et il en va de même avec l’Unalome. Je ne suis pas sûre que la vie soit aussi ‘linéaire’ dans le sens où pour moi, les périodes de test, d’expériences difficiles et leur intégration peuvent très bien se succéder. Pour schématiser, les boucles et les zigzags peuvent se succéder à de nombreuses reprises. Et puis j’ai aussi du mal avec l’idée, qu’on retrouve dans de nombreuses philosophies ou spiritualités, de l’Être humain ignorant et donc souffrant qui à la fin de son parcours entre dans la connaissance et la sérénité. Il me semble qu’il s’agit là surtout de justifier le fait qu’on souffre tous à un moment ou à un autre, dans son corps, dans son esprit, dans son âme… mais que c’est normal, ça fait partie du chemin, on la ressent parce qu’on doit apprendre/grandir/évoluer/changer/accepter … Et pour moi, non, la souffrance ne se légitime en rien. La torture physique ou mentale, qu’elle soit auto infligée ou externe, ne se justifie en rien. La douleur qu’elle soit diffuse ou aiguë, ponctuelle ou chronique ne se justifie en rien.

Et si certains sont capables de se transcender et de sortir de leur(s) souffrance(s) grandis, combien se perdent dans leur douleur, s’enferment dans leur peine, combien encore choisissent d’y mettre un terme définitivement, combien définissent un responsable et se laissent aller à la haine? Mais bon, comme je l’ai dit, j’ai du mal avec les philosophies et spiritualités orientales. Comme avec d’autres d’ailleurs, je ne suis pas exclusive ! Ce qui me dérange, c’est cette culpabilisation (c’est ainsi que je le perçois, ça n’engage que moi!) et cette infantilisation. On doit souffrir parce qu’on n’est pas assez conscient/sage/abouti/grand/bien/pur/fidèle/. On n’est pas à la hauteur, quoi que l’on fasse ou qu’on soit, parce que c’est comme ça. Alors inutile d’essayer, on va nous donner de quoi évoluer pour être enfin digne d’intérêt ou de légitimité. Parce que là, franchement, notre valeur en tant que telle, à l’état brut, elle est insignifiante…. Et cette dynamique particulière se retrouve dans de nombreux systèmes spirituels ou religieux… On n’a, ou n’obtient, de valeur que si l’on suit le cheminement édicté par les préceptes ou la doctrine… Et ça rentre en conflit avec l’électron libre en moi hahaha. Après, encore une fois, il y a de belles choses à apprendre de chaque expérience de vie, et je respecte infiniment ceux qui se sentent épanouis et en accord avec une philosophie ou une spiritualité, quelle qu’elle soit. Ce n’est juste pas pour moi, voila tout, et ce n’est pas grave du tout.

Ceci dit, la dynamique de l’Unalome est plutôt intéressante. Du chaos aux essais et échecs, à l’ordonnancement, la compréhension, pour parvenir à l’intégration. J’aime voir dans le point final l’origine d’une nouvelle spirale, qui permettrait à ce cycle de se répéter. parce qu’après tout, nous sommes créateur de notre réalité et si on a envie d’étirer la ligne droite, de transformer un point en spirale et de réduire les boucles, nous en avons le droit et l’opportunité.

Alors cette semaine, concentrons nous sur les spirales et les lignes de notre vie, en souriant aux boucles et aux zigzags.

Quant à moi, je prépare déjà le voyage de l’année prochaine. Et ce sera onirique! Je dois encore apprendre à maitriser les outils, mais les débuts sont prometteurs… Je suis en plein tourbillon créateur héhéhé. Et quelle belle spirale se dessine!

Épopée 2019: carte n°19. Je SUIS mon propre CHEMIN.

Lorsque je me suis posée la question de l’affirmation positive de la semaine, j’étais aussi en pleine réflexion sur mon coté paradoxal concernant des tas de sujets… paradoxes que j’embrasse et que j’accepte avec un plaisir certain. Et puis je suis d’une humeur joueuse en ce début d’année scolaire, ce qui est plutôt rare. Je me sens détachée du stress qui opère en général à ce moment de l’année, et je profite de chaque petit rien.

Alors que je me laissais dériver sur le flux de mes pensées, une d’entre elles m’a fait sourire: je suis mon propre chemin. Avec le double sens qu’elle porte. Parce que c’est ce qui lui donne toute sa saveur.

Je suis mon propre chemin. Si j’ai été en contact avec des philosophies, des idéologies, des cheminements, divers et variés, si je le suis encore, et le serai certainement dans le futur, j’ai toujours pris garde d’exercer mon esprit critique, de garder mon indépendance intellectuelle et émotionnelle. Je peux être attirée par telle ou telle manière de voir les choses, je peux adhérer à une vision, même, mais par contre, je sais que j’évolue encore et toujours, et que ce qui me parait me correspondre aujourd’hui ne conviendra certainement pas dans le futur. Et que je n’ai pas à suivre aveuglément qui que ce soit ou quelque idée que ce soit parce que ça me parle, globalement… Et ce n’est pas grave. J’apprends de chaque expérience, de chaque rencontre. J’intègre ce qui doit l’être pour avancer, et je libère le reste sans regret ni remord.

Si quelque chose ne me parle pas, je passe mon chemin, tout simplement. Ce n’est pas parce que d’autres se sont épanouis en prenant cette voie que je dois automatiquement suivre la même. Pendant longtemps, je me suis culpabilisée de ne pas me sentir aussi enthousiaste que mes amis ou mes proches lorsqu’ils me parlaient de ce qui les faisait vibrer. Nous étions amis, ou du moins contribules, et pourtant, non, ça ne me parlait pas, pas comme à eux en tout cas. Je les voyais s’épanouir et trouver leur voie, alors que je continuais de chercher ce qui pouvait bien résonner en moi. Comme je suis plutôt éclectique dans mes amitiés, j’ai eu accès à des tas d’expériences de vie, des tas de perceptions du monde, et j’ai pu déterminer ce qui me correspondrait et ce qui vraiment, n’était pas mon truc.

Et puis je me suis détaché de tout ça, de ces doctrines, de ces rituels, de ces philosophies, de ces contraintes, pour suivre mon propre chemin, libérée de tous ces carcans, parce que c’est ainsi que je les percevais. J’ai eu la chance d’avoir le temps de me positionner par rapport à ma vie dans son intégralité. Puisque tout était à reconstruire, à moi de poser chaque brique de savoir et de perception pour que mes bases soient à la fois solides et suffisamment souples pour me permettre de prendre mon envol régulièrement. Pour ce faire, j’ai du extraire de chaque expérience de vie ce qui en faisait potentiellement un matériau fiable. J’ai donc suivi mon propre chemin, intégrant ce qui devait l’être, avec le souci de toujours écouter ma petite voie intérieure, mon intuition, et de me laisser guider par la curiosité, l’esprit grand ouvert sur ce qui se présente. Et d’en faire quelque chose qui me correspondait vraiment.

Je suivais donc mon propre chemin, avec ses étapes à la croisée d’autres chemins, toujours avec curiosité, toujours avec cette envie de comprendre, d’apprendre, et toujours avec en moi ce besoin de sentir une vibration quelconque… Lorsqu’elle n’était plus là, je reprenais ma route, le temps d’intégrer ce qui devait l’être et de lâcher prise sur ce qui ne devait pas l’être. La tête et le cœur légers, l’esprit toujours libre, ma curiosité en éveil.

Ce processus est celui que je compte suivre toute ma vie, et il me convient très bien. Il correspond à ma dynamique intellectuelle, émotionnelle, spirituelle même. Je ne me rattache à aucune doctrine, à aucun courant philosophique, culturel, spirituel, idéologique. Je mène ma barque comme je l’entends, au fil de mes envies, de mes découvertes, de mes questionnements. Et je prends soin de tirer de chaque expérience de quoi construire, consolider, assouplir ma base.

Et puis, à un moment, j’ai ressenti le besoin d’arrêter de suivre quelque chemin que ce soit. Il était temps pour moi d’incarner mon cheminement. D’être mon propre chemin. De le vivre, de le ressentir, de le parcourir. De le construire, lui aussi, de le penser, de le partager. Puisque je me suis libérée de ce que je percevais comme des carcans, il était temps pour moi de prendre mon envol. De me réinventer, d’explorer tous ces possibles qui se présentaient à moi, de me lancer, de créer, de vivre, de ressentir (oui, je l’ai déjà dit, mais c’est tellement important, je suis capable de ressentir à nouveau, et c’est véritablement magique). J’ai déployé mes ailes et je me suis lancée dans le vide. Puisque tout est à inventer, je n’ai aucune contrainte, je peux me laisser aller à être ce que je désire. Je peux me laisser aller à vivre ce que je désire. Je peux me laisser aller à faire ce que je désire.

Alors que je me découvre encore, sous certains aspects, que je laisse résonner en moi des choses qui, jusque là, me semblaient dérisoires, que je découvre de nouveaux centres d’intérêts et de possibilités infinies, j’embrasse tout simplement la vie qui s’offre à moi.

Cette semaine, laissez-vous aller à suivre votre propre chemin, à être votre propre chemin!

motif: Typzi

1 jour 1 vérité. 1 day, 1 truth (5)

5. La nature nous envoie toujours de quoi sourire.

Nature always send us something to smile about.

1 jour 1 vérité (4)

4. Je ne sais pas être en réunion sans gribouiller…. ça m’aide à rester concentrée.

I have to doodle when I am in a meeting…. and even more in a professional one…

Nouvelle série: 1 jour, 1 vérité. 1 day, 1truth.

Tout a commencé avec ma copine Ana qui n’avait pas le moral…. étant d’humeur plutôt joueuse à ce moment-là, je lui ai proposé de lui envoyer un clin d’œil par sms chaque jour pour la faire sourire, jusqu’à ce qu’elle en ait marre de mes délires. Et puis je les ai aussi postés sur facebook… et je me suis dit que je devrais le faire ici aussi…

Everything started with my friend Ana. She was feeling down… as I was in a playful mod at that time, I told her I would send her something on her phone each day to make her smile, until she is done with my nonsense. And I thought I could post it on facebook too…. and then I thought I could do it here too…

Voici donc mes petits riens, ces petits clins d’oeil qui me font sourire, ou qui me surprennent, qui m’inspire. Une fenêtre sur mon univers…

So here are the little things, those life winks that make me smile, or surprise me, or inspire me… A window on my world.

Je vais commencer donc par rattraper mon retard… oh, juste 3 jours, ça va aller. Et comme je n’aime pas les contraintes, et que je me surprends à m’en imposer toute seule, comme une grande, je ne suis pas sûre du tout de poster quelque chose chaque jour qui vient, mais lorsque j’aurai envie de le faire, je le ferai. Et toc.

I will start by catching my delay….. only 3 days, it will be quick! As I don’t like constraints, and that I keep putting some on myself, I am not sure to post something each and every day. But if and when I feel to, I will. There.

1 Jour 1 Vérité. 1 day, 1 truth

  1. Mon chat ne peut s’endormir que la tête dans ma main.

My cat can’t fall asleep without puting her head in my hand.

2. J’aime ne pas être symétrique

I love being asymetrical.

3. Il y a un arbre dans le jardin de mes parents qui est un univers à lui seul.. Je pourrais passer des heures à l’explorer…

There is a tree in my parents’ garden that is a universe by itself. I could spend hours to explore it.

Symbole n°36: la Lune

Cette semaine, nous allons voyager avec la Lune. Notre satellite symbolise de nombreux concepts, tels que la notion de cycle, de mouvement, de transformation, de fertilité, d’influence sur tout élément liquide. La Lune a été révérée partout, et de tout temps. Chaque civilisation lui a octroyé des attributs spécifiques, quoique certains soient universels, notamment concernant la fertilité des cultures ainsi que son influence sur le monde animal. Partout, et de tout temps, des divinités sont liées à la Lune (cf cet article). La Lune, comme la nuit, est un mystère qui a posé question à l’humanité.

Cette semaine, je vais quant à moi me concentrer sur les concepts de cycles, de transformation, de mouvement, qui sont souvent associés à la Lune. Parce que je me sens vraiment au commencement d’un nouveau cycle de vie, et que l’astre a une influence sur ma vie depuis… toujours. Je suis née une nuit de pleine lune, ainsi que ma fille. Mon cycle est calqué sur celui de la lune, la pleine lune est une nuit particulière pour moi, sa luminosité est fascinante à mes yeux, et je passe chaque mois un long moment à l’observer, de la musique appropriée dans les oreilles, avec la poilue à mes côtés…. l’observation de la Lune a un effet apaisant pour moi, surement parce que je prends le temps alors de me poser, de me pauser, et de simplement regarder, observer, me laisser porter.

Je ne me souviens plus du moment exact où j’ai décidé que chaque nouvelle lune constituerait un bon moment pour commencer quelque chose, un nouveau cycle. Mais j’ai sûrement trouvé pertinent de me servir du cycle lunaire comme repère. 28 jours, c’est un temps suffisamment long pour accomplir une tache et suffisamment court pour ne pas être paralysant. C’est un marqueur simple et constant. J’aime aussi l’idée du cycle lunaire, des notion de croissance, d’apogée puis de décroissance. A elle seule, elle symbolise la vie.

La Lune, c’est aussi un rythme, une constance, une vibration. C’est une intensité, une attraction, une fidélité. C’est la douceur, la sérénité, le calme, l’inspiration, l’onirique, la fluidité. C’est un repère, un ancrage, une confidente…

Je suis d’une nature plutôt nocturne. J’aime le calme et le silence de la nuit, et c’est accompagnée des étoiles et de la Lune que je me sens le plus inspirée. C’est en général à ce moment là que les idées les plus saugrenues me viennent, que je noircis des pages de gribouillages ou de mots. C’est la nuit que j’aime partager avec mes amis, nos confidences enveloppées par l’atmosphère particulière qui règne alors. C’est la nuit que j’aime me laisser porter, lovée dans une couverture, une boisson chaude dans les mains, de la musique dans mon casque, la poilue ronronnant à mes côtés, devant la fenêtre de ma chambre qui m’offre une vue imprenable sur la Lune et les étoiles…

Puisque je commence un nouveau cycle, je ne pouvais qu’inviter la Lune. Je ne connais pas de compagne plus fidèle et changeante qu’elle. Un paradoxe que j’apprécie tout particulièrement.

Que la Lune vous accompagne également cette semaine. Qu’elle veille sur vos rêves et vous offre ses mystères.

%d blogueurs aiment cette page :