One card a week 47

english-challenge

20171119_165524.jpg

Sometimes, when you are lucky (or when you need them), words or quotes appear on your computer screen. I had his words appearing on my feed several times. I then checked on instagram and follow him for a while now. And I purchased his book as soon as I could. I am addicted to his words I guess.

He is known as j. iron word and you can find him here, on instagram.

 

Anyway, this week quote is one of his, and it really spoke to me, in a deep, meaningful way. In two sentences, he could put in words what I feel for a while now.

We are made from the choices we took, the people who came and went out of our life. But still, we are not confined to the limits of what our past is. We are still living, we are still learning, still growing. So our past shouldn’t stop us from being. Being who we are, who we want to be.

When we understand that, things are getting clearer, not easier but clearer. And we can enjoy all these little things we meet on our journey.

My past made me the one I am today. It taught me skills, resilience, and strength. I learned a lot on my way to today. I explored my dark side, had dark days. But I don’t regret it. because this is why I am the one I am now. The one who can enjoy the brighter side of life. I learned to have my own way of seeing things, of feeling them, and I can rely on that.

It also open the fields of infinite possibilities. I can be or do whatever I want to be or do. It freed me too.

So, what are you waiting for getting rid of this idea that you are your past? You are your now.

So here is your challenge:


One card a week 47

Quote: « You past helped make you, but it does not define you. You are on a path all your own, with a future that knows no limits. » j. iron word

Pattern: Conoor


Here are the rules of the challenge:

  • Each thursday, I’ll give you a quote and a pattern to play with. You can use both, you can use only one of them, it’s up to you.
  • You have till the next wednesday to make your card and share it with us in the facebook group (just ask to be added, and I will open the doors wide open to you )
  • The goal of this challenge it just to offer yourself a time to have fun with pens and cards, to ponder on words, to enjoy a ME time. We tend to forget about ourselves so easily! And sharing is such a beautiful thing to experiment in our life!

And here is my card:

Publicités

Une carte par semaine 47

unecarteparsemaine

Il y a quelque temps déjà, j’ai décidé de me passer de presque tout ce qui pouvait générer du stress ou de la négativité. Presque tout, parce qu’il y a certains impondérables.

Et je me sens bien mieux.

J’ai aussi pris la décision de prendre du temps, tout simplement, au moins une fois par jour, pour ne rien faire, si ce n’est observer la nature, faire un peu d’introspection, méditer. Au départ, je ne voyais pas comment j’allais réussir à caser ce temps dans mon emploi du temps hyper chargé. Et j’ai réalisé qu’il était chargé parce que je le voulais ainsi. Je suis aujourd’hui plus efficace et surtout, bien plus calme, sereine. Et je suis convaincue que ces quelques minutes par jour y contribuent grandement.

Nous vivons dans une société très anxiogène. Nous sommes soumis à un flux d’informations qui va dans ce sens et nous empêche de prendre le recul nécessaire pour hiérarchiser l’importance de ce que nous recevons.

Nous nous focalisons donc sur les arbres qui tombent, toutes ces petites catastrophes qui rythment nos journaux télévisés, nos fils d’actualités, nos médias et nos réseaux sociaux. C’est bruyant, dévastateur, source de stress et d’un sentiment d’urgence. Ce qui influe aussi sur nos relations aux autres, à la compétitivité, au besoin de reconnaissance, à la question de l’image que l’on veut donner. Je m’en suis détachée très fortement mais je le constate encore chez nombres de ceux que je côtoie… et ça me questionne…

Pourquoi se focaliser sur cet arbre qui tombe, sur ce brouhaha, sur cette urgence et ce moment, alors qu’il y a une forêt qui pousse, plus lentement, silencieusement ? Le partage, la collaboration, l’empathie, l’échange, la réflexion… tout ça se développe aussi, à une échelle plus petite mais généralisée. Ce sont des petits riens, des gestes, des sourires, des mains tendues qui plantent des graines qui prendront le temps de germer mais qui donneront de belles forêts. C’est un peu comme ça que je vois mon métier: je plante des graines chez mes élèves, qui en feront ce qu’ils voudront, de grands et majestueux arbres ou des herbes folles. Mais elles pousseront, à n’en pas douter. Alors je continue chaque jour à planter ces graines, le sourire aux lèvres, en prenant le temps qu’il faut. Et lorsque j’ai de la chance, je peux voir une ou deux graines germer déjà dans l’année. La plupart du temps, je ne les verrai pas, et ce n’est pas un souci. Ce genre de chose peut prendre du temps, et c’est très bien comme ça.

Au final, c’est ce qui compte vraiment: cette forêt qui pousse, et non pas cet arbre qui tombe de temps en temps. Alors chaque jour, pendant mes moments au calme, je ramasse les graines que je planterai, et je me sens bien.

Voici donc votre challenge:


Une carte par semaine 47

Citation: Écouter la forêt qui pousse plutôt que l’arbre qui tombe. Hegel

Mot: écouter

Motif: irradial


Je vous rappelle les modalités du challenge:

  1. Chaque lundi, je poste le sujet du challenge. Vous avez jusqu’au dimanche soir suivant pour poster vos propositions sur le groupe facebook.
  2. Je vous propose plusieurs possibilités: une citation, un mot, un motif de zentangle. A vous de choisir d’en utiliser un ou plusieurs. Les liens vers les tutoriels éventuels seront inclus.
  3. Vous pouvez dès lors décorer votre carte, ou encore votre page de cahier.
  4. Surtout, amusez-vous, prenez ce temps pour vous, profitez, laissez parler votre créativité. Partagez aussi, chacun peut être une source d’inspiration pour les autres!

Et voici ma carte:

 

One card a week 46

english-challenge

This week, I have this thought in mind: we are conquerors of Life. We always have been, it’s in our genes… We are drawn to the unknown, and we accomplished so much when… we got rid of fear.

Fear is a powerful thing. Until we decide it doesn’t matter anymore. As I probably already wrote earlier, I had ‘the luck’ to face my biggest fears. I didn’t really have a choice then… I had to step out my confort zone to fight them. I lost some battles, won others. What really matters in reality is that I DID something to face them. I took action. By doing so, I freed myself of their power over my life.

Each of us as a personal struggle to deal with. i guess it’s our main lesson yet to be learned. When we take action and so what we are most afraid of doing, we actually free ourselves from this fear, and we learn our lesson. It’s a matter of will, you know… And a bit of this ancestral power we all have within: our explorer genes talking.

When we step into the unknown, we open fields of possible, doors on possibilities we never dared dreaming of. And this gives Life a whole new meaning.

So what are you afraid of? Just do it and see where it leads you. The journey will be a full one, no doubt about it…

So here is your challenge:


One card a week 46

Quote:  « Sometimes what you’re most afraid of doing is the very thing that will set you free. »

Pattern: dewd


Here are the rules of the challenge:

  • Each thursday, I’ll give you a quote and a pattern to play with. You can use both, you can use only one of them, it’s up to you.
  • You have till the next wednesday to make your card and share it with us in the facebook group (just ask to be added, and I will open the doors wide open to you )
  • The goal of this challenge it just to offer yourself a time to have fun with pens and cards, to ponder on words, to enjoy a ME time. We tend to forget about ourselves so easily! And sharing is such a beautiful thing to experiment in our life!

And here is my card:

 

 

Lundi

Comme beaucoup, je ne suis pas fan des lundis… Quitter mon cocon douillet et chaud pour affronter le froid, le bruit, les autres. Pas fan, non. ça requiert une telle énergie de faire face à tout ça, aux émotions et aux soucis des uns et des autres, tout en gardant ce qu’il faut pour gérer ses propres émotions. C’est frustrant, drainant, épuisant même.  Pendant longtemps, je me blindais, tout simplement.

J’ai appris à doser mon blindage mi téflon (tout glisse, rien n’adhère) mi kevlar (rien ne me touche). J’essaie de comprendre, d’aider même selon mes capacités. Mais je n’attends rien, et je finis souvent drainée, sous tension après une journée de travail.

Et ce soir, il y a eu ça, juste devant mes yeux, alors que j’allais à ma voiture:

23471960_1501660126568787_3161318068671319212_n

Le vent soufflait fort, et il faisait froid. Mais j’ai décidé de me laisser porter par ce vent. Je l’ai laissé emporter tous ces moments de frustration, tout ce qui pouvait m’avoir drainée. Et j’ai laissée la lumière qui illuminait ces nuages m’atteindre. Ma journée n’était pas finie, j’avais encore d’autres choses à voir, à ressentir, à partager… Et c’est avec un large sourire que je suis rentrée, heureuse d’avoir pu vivre cette journée pour avoir eu la chance de voir ce spectacle.

Finalement, ce n’est pas si mal, le lundi…

campfire 21

Une carte par semaine 46

unecarteparsemaine

Qu’est-ce qui nous motive? Qu’est ce qui nous donne envie de continuer, qui nous pousse à aller de l’avant, encore et encore? Nous sommes tous des conquérants de la vie, c’est inscrit dans nos gènes. L’être humain n’a jamais pu se satisfaire de ce qu’il connaissait, de ce qui l’entourait. Il a  toujours cherché à aller plus loin, vers l’inconnu.

La curiosité envers ce que nous ne connaissons pas, ou envers ce que nous ne comprenons pas, a toujours été une motivation. C’est cette étincelle, ce grain de folie qui fait que nous en sommes là. Nous avons fondé des civilisations, qui ont fait place à d’autres une fois leurs mystères connus. Nous avons bâti des cités, des empires, qui ont été supplantés par d’autres. Il reste peu de lieux sur cette terre qui ne soit pas connu de l’homme et notre connaissance, notre soif de savoir nous entraine bien au delà encore.

Mais à l’origine, la curiosité n’a pas suffit. Il a fallu quelque chose de plus, une attraction bien plus forte pour l’inconnu que pour le connu, une envie, un désir bien plus grands. L’incertitude, ne pas savoir à l’avance ce qui nous attend. Se jeter dans l’inconnu la tête la première, en espérant tout, en laissant tout derrière, riches de ce que nous savons, encore plus riches de ce que nous apprenons.

Nous sommes tous des conquérants, et la brume est pleine de promesses.

Voici donc votre challenge:


Une carte par semaine 46

Citation: C’est l’incertitude qui nous charme. Tout devient merveilleux dans la brume. Oscar Wilde

Mot: Brume

Motif: Asgard


Je vous rappelle les modalités du challenge:

  1. Chaque lundi, je poste le sujet du challenge. Vous avez jusqu’au dimanche soir suivant pour poster vos propositions sur le groupe facebook.
  2. Je vous propose plusieurs possibilités: une citation, un mot, un motif de zentangle. A vous de choisir d’en utiliser un ou plusieurs. Les liens vers les tutoriels éventuels seront inclus.
  3. Vous pouvez dès lors décorer votre carte, ou encore votre page de cahier.
  4. Surtout, amusez-vous, prenez ce temps pour vous, profitez, laissez parler votre créativité. Partagez aussi, chacun peut être une source d’inspiration pour les autres!

Et voici ma carte:

 

 

One card a week 45

english-challenge

When I think about my life so far, it brings me a smile, usually. There isn’t really anything to smile about, but I am lucky to have a life that is everything but boring.

I am not made for easy journeys, I guess. I could have gone against it, trying to stay on track. But I chose to embrace it as it came. Taking each bump on the road as a lesson yet to be learned. And this is what makes it so full.

I wouldn’t be the one I am today without all theses bumps. And I can’t imagine what my life would have been then. Even if I try. I see my  life as such a rich journey. Of course, I would have loved to avoid some events. I would have kept my daughter alive. But she is the one who gives me the energy that guides me on this new path I have to walk. And it’s the memory of her smile that makes me smile. I now live for the two of us. And she wouldn’t live small. So it’s up to me to live each and every second at its fullest.

To me life is a beautiful way to grow. And I am grateful I got to grow in my own way, and to be able to share some of it now. And at the end of the day, that’s what really matters: growing.

So here is your challenge:


One card a week 45

Quote: « Without rain nothing grows, learn to embrace the storms of your life.

Pattern: walp


Here are the rules of the challenge:

  • Each thursday, I’ll give you a quote and a pattern to play with. You can use both, you can use only one of them, it’s up to you.
  • You have till the next wednesday to make your card and share it with us in the facebook group (just ask to be added, and I will open the doors wide open to you )
  • The goal of this challenge it just to offer yourself a time to have fun with pens and cards, to ponder on words, to enjoy a ME time. We tend to forget about ourselves so easily! And sharing is such a beautiful thing to experiment in our life!

And here is my card:

 

Une carte par semaine 45

unecarteparsemaine

Je me suis souvent demandée quel était le sens ou le but de ma vie… Cette simple question me rendait encore plus perplexe. N’ayant aucune réponse à apporter, je me suis laissée portée. Par les envies des uns et des autres, par ce qu’ils attendaient de moi. J’avais parfois l’impression que ma vie ne m’appartenait pas.

Je ne suis pas pourtant d’un tempérament docile… Je me suis donc rebellée à plusieurs reprises… J’ai tout rejeté en bloc, je suis sortie du moule dans lequel on voulait me faire entrer de force. Si je menais une vie ‘normale’, en passant chaque rite de passage sans trop de vague, mon esprit lui, ne pouvait se résoudre à n’être que ça… Et il a développé des techniques de survie plutôt élaborées, pour pouvoir rester libre et rebelle. Il s’exprimait parfois, par le dessin, par l’écriture, par ma créativité, par ma capacité à prendre du recul par rapport à ce qui m’entourait. De fait, je n’ai jamais réussi à me fondre dans le moule… et tant mieux.

Lorsque la vie m’a donné de réelles épreuves à traverser, c’est mon esprit qui m’a donné les armes pour m’en sortir. Et mon tempérament rebelle s’est mué en une indéfectible volonté. C’était une question de survie, et je connaissais bien le sujet, puisque je survivais à une vie qu’on m’imposait depuis déjà un bon moment.

C’est un don, j’en ai bien conscience aujourd’hui, de voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles paraissent, et de les accepter sans s’y soumettre. D’avoir un regard différent en somme. Même si pendant longtemps, je voyais plutôt ça comme une sorte de tare qui m’empêchait de me sentir ‘normale’. J’ai accepté mon ‘anormalité’ depuis longtemps,  et elle me définit sans doute mieux que mon métier, le lieu où je vis, mon apparence, mon compte en banque, ma voiture ou que sais-je encore.

C’est un don de savoir qui on est. Et de l’assumer pleinement. C’est ce qui nous tient debout dans les tempêtes les plus fortes, c’est ce qui reste lorsqu’on perd tout le reste. Et de savoir qu’on peut évoluer comme on l’entend, en suivant le flot de la vie, est une perspective plutôt attirante.

Voici donc mon don: savoir qui je suis, avoir des valeurs qui me construisent et me définissent indépendamment de ce qu’on peut attendre de moi, et voir la vie selon ma propre perspective.

Et voila qu’un tsunami intérieur vient achever de balayer les dernières barrières qu’il me reste. Si je ne savais pas quoi faire de mon don, ce n’est plus le cas, et la citation d’aujourd’hui me confirme encore dans ce choix. J’aime en phase avec l’univers!

Voici donc votre challenge:


Une carte par semaine 45

Citation: « Le sens de la vie est de trouver son don, le but de la vie est de le partager. »

Pablo Picasso

Mot: sens

Motif: trilad


Je vous rappelle les modalités du challenge:

  1. Chaque lundi, je poste le sujet du challenge. Vous avez jusqu’au dimanche soir suivant pour poster vos propositions sur le groupe facebook.
  2. Je vous propose plusieurs possibilités: une citation, un mot, un motif de zentangle. A vous de choisir d’en utiliser un ou plusieurs. Les liens vers les tutoriels éventuels seront inclus.
  3. Vous pouvez dès lors décorer votre carte, ou encore votre page de cahier.
  4. Surtout, amusez-vous, prenez ce temps pour vous, profitez, laissez parler votre créativité. Partagez aussi, chacun peut être une source d’inspiration pour les autres!

Et voici ma carte:

limonade

Ce matin pluvieux, j’avais envie de vous montrer ma limonaderie (et mon assistante).

On this rainy morning, I wanted to share my lemonade factory (and my assistant too).

20171105_081508[1]

Voici donc ce que j’ai bidouillé/gribouillé ces derniers jours.

Here is what I scribbled these last days

En français:

And in english:

Bon dimanche!

have a good sunday!

Lorsqu’on se laisse porter par un tsunami…

…on se retrouve avec un stand de limonade tout beau tout neuf.

J’ai donc créé une page facebook, et mis à jour mon compte instagram (cesame.limonade). De quoi laisser mes mots prendre leur envol. C’est étrange d’ailleurs, comme sensation.

J’ai vraiment l’impression d’avoir ouvert la boite de Pandore. Ces mots je les avais écrit pour moi, pour avancer, pour m’aider à y voir plus clair, ou aussi pour laisser sortir ce qui me frustrait, m’agaçait. Ils m’appartenaient, et je les gardaient bien au chaud, en moi, ou sur ces carnets que je garde toujours à portée de main. Mon tsunami intérieur a dû ouvrir une brèche, puisque j’ai passé les derniers jours à leur construire un stand et à les laisser s’écouler sur le papier ou mon écran.

Et si la simple idée de les rendre publics me mettait mal à l’aise jusque là, ce n’est plus le cas désormais. Le temps est venu je pense. Je ne sais pas ce que mes mots pourront apporter, je ne me pose même pas la question à vrai dire. J’ai compris qu’ils ne m’appartenaient plus, que je devais les libérer. Et m’en libérer aussi, sans doute.

Voila, je me laisse donc porter par mon tsunami intérieur, curieuse de voir où il va me porter.

limonade 07

%d blogueurs aiment cette page :