Les matins brumeux…

Je l’ai déjà un peu écrit ici, au sujet du lac. La brume a un effet presque mystique sur mon état d’esprit. Elle m’apaise, me recouvre, et m’aide souvent à voir les choses plus clairement. Le voile qui m’enveloppe, qui enveloppe mon regard semble également soulever celui de mon esprit, de mes idées, de mes désirs, de mes pensées.

Ce matin je me suis réveillée et dehors, la brume jouait avec mes montagnes, celles qui se dressent derrière chaque ouverture, plus ou moins lointaines, toujours présentes. J’ai voulu profiter de ce moment de douceur, installée sur mon canapé, enveloppée d’une couverture, un thé chaud dans les mains. Et le simple fait d’observer les volutes de vapeur danser contre les reliefs, descendre, monter, les contourner pour mieux revenir, en douceur, en silence, inlassablement, m’a plongé dans un état méditatif. Je n’ai pas fait le vide, je n’ai pas chassé mes pensées mais au contraire, je les ai accueillies, je les ai observées, et j’ai pu percevoir des bribes de réponses à certaines de mes questions et à des questions que je ne me posais pas encore. Mon regard toujours accroché aux volutes, comme hypnotisée, j’ai savouré ce moment jusqu’au bout.

Je sentais mon coeur battre calmement mais avec vigueur, ma respiration était posée, profonde, et un sourire restait greffé à mon visage.

Et même si une paroi de verre et quelques étages me coupaient d’un contact physique avec la nature qui m’offrait ce spectacle matinal, je sentais réellement une connexion avec ce qui se passait sous mes yeux, une harmonie, un lien fort, évident. Alors que la brume cachait et dévoilait tour à tour ce paysage que je connais par coeur, mais dont des détails inconnus me parviennent encore aujourd’hui, je sentais mon esprit faire de même. Mes pensées et mes souvenirs, mes envies et ma compréhension se cachaient pour mieux se dévoiler, furtivement, en douceur.

Je suis restée ainsi plus d’une heure. J’observais le paysage extérieur et celui, plus intime de mon univers intérieur. La brume m’emmenait dans sa danse et mon esprit tournoyait.

Je ne me souviens plus de ce qui a mit fin à cet état. Il devait être temps, voila tout. Mais j’ai conservé cette lucidité, cette acuité toute la journée. Et j’ai hâte de pouvoir de nouveau vivre cette expérience, mais cette fois sans vitre ni étages, pleinement, que ce soit au lac ou ailleurs.

Voila, c’est juste un exemple de ce que la brume représente pour moi. Pour faire court, les matins brumeux m’éclaircissent l’esprit.

Pour vous inspirer: un matin brumeux au lac….

…. quelques images trouvées sur pinterest….

…. et un petit post it, en français et en anglais, sur cette expérience:

onde 20fireplace 10

Un de ces jours, il faudrait que je vous parle de mon obsession des chemins….

Publicités

Vidée

Une semaine. Une semaine que j’ai été mise au tapis… la grippe d’abord, puis ses complications ORL et une tension ridiculement basse. Une semaine donc que je me sens vidée, sans force, à plat, que je passe de mon canapé à mon lit, en étant toutefois très heureuse de n’avoir que moi à gérer, pas d’horaires, pas de contraintes. Heureuse aussi d’avoir ma famille qui prend soin de moi tout en me laissant tranquille (le mot grippe aide bien..).

Je n’aime pas me sentir en situation de faiblesse. Je me sens réellement frustrée, agacée. Mais j’ai du me rendre à l’évidence: dans mon état actuel, la seule chose que je puisse faire est de me soigner, et reprendre des forces. Donc repos repos, repos. Et beaucoup de liquide pour ne pas me déshydrater…

et ce matin, la petite étiquette de mon thé m’a offert une réponse:

empty yourself

« Vide-toi et laisse l’univers te remplir. »

Alors oui, certes, il était temps pour moi de couper certaines branches mortes qu’il me restait. Et pour cela, il fallait que je me pose au calme, avec moi même, sans cogiter, sans m’activer pour m’occuper le corps et l’esprit. Je crois que ce point est atteint.

Ce repos forcé commence à porter ses fruits en fait. Les premiers jours, clairement, avec la fièvre, j’ai surtout passé mon temps à dormir. Le plus dur avait été fait: mardi dernier, je suis allée à l’école malgré tout, avec 39.6°C de fièvre. J’ai l’habitude des fièvres élevées, ça ne me fait pas peur… Sauf que je ne travaille pas dans un bureau, et que la sécurité de mes élèves est quelque chose d’important… à la pause méridienne, je suis rentrée chez moi, après avoir prévenu ma hiérarchie que je serai absente pour la semaine. La grippe m’avait vaincue. Au bout de quelques jours, ça allait mieux, même si j’étais toujours fiévreuse… Et c’est la que les complications sont apparues. Bref. Je suis encore à plat, mais j’ai accepté de l’être, et ça va mieux, au final. ma frustration a cédé la place à un nouveau rythme, à une nouvelle écoute. Enfin si on veut, parce qu’une otite m’a assourdie provisoirement, avec en prime des vertiges… Entre ça et ma tension vraiment basse, j’apprends à m’économiser, à être dans le moment présent, réellement.

En définitive, je vis une expérience méditative de haut vol. Voila. Je me débarrasse des virus et autres bactéries, et je me purifie! Une fois le processus achevé, je pourrai reprendre ma route.

Alors je profite de ces moments de repos et de convalescence. En sachant que par la suite, je ne serai plus freinée par toutes ces branches mortes dont je me suis enfin débarrassées. A moi d’en tirer le meilleur!

 

mon voyage intérieur: février (06)

Voici quelques post-it citations pour nous accompagner ce mois…

mon voyage intérieur: février (05)

Aujourd’hui, je vous propose la bande son de ce mois… Celle qui résonne pendant que je tape ces mots… celle qui accompagne également mes élèves certains jours.

 

Une musique propice au voyage, à l’imaginaire, à la relaxation. A vous de vous laisser porter!

Mon voyage intérieur: février (04)

voyage en tête

Aujourd’hui je vous propose quelque chose de nouveau: un petit rituel pour se retrouver. Lorsque tout parait chamboulé (et dans ce voyage, ce sera souvent le cas, puisqu’on s’explore, qu’on se découvre et qu’on met en perspective des choses qu’on avait au fond de soi mais qu’on ignorait jusque là…).

Je prends plusieurs respirations profondes, je me concentre sur ma respiration et je dis à voix basse (si je suis seule) ou silencieusement (si je suis entourée de personnes):

  •  » Aujourd’hui, je ne me briserai pas.
  • Aujourd’hui, je vivrai selon mes valeurs.
  • Aujourd’hui, j’apporterai quelque chose de positif dans ce monde.
  • Aujourd’hui, je trouverai le courage de revenir en moi-même lorsque je trouverai que je me suis trop éloigné(e).
  • Aujourd’hui je trouverai la paix en moi. »

Je prends une grande inspiration avant et après chaque phrase. Et je termine avec une respiration profonde.

Le soir, je prends quelques instants de réflexion:

  • Est-ce qu’aujourd’hui m’a brisé(e)?
  • Est-ce qu’aujourd’hui j’ai vécu selon mes valeurs?
  • Est-ce qu’aujourd’hui j’ai apporté quelque chose de positif autour de moi?
  • Est-ce qu’aujourd’hui j’ai trouvé le courage de revenir en moi lorsque j’ai trouvé que je m’éloignais de trop?
  • Est-ce qu’aujourd’hui j’ai trouvé la paix en moi?

 

 

Les jours ‘compliqués’ j’ai pu faire ce petit exercice plusieurs fois dans la même journée. Et il peut se passer plusieurs semaines, voir mois, avant que je ne le refasse. Mais je l’aime bien, il me fait du bien.

 

et la version imprimable, à glisser dans son sac, son carnet, en cas de besoin:

pour se retrouver

 

 

mon voyage intérieur: février (03)

Voici la petite carte pour ce mois de février. Pas de motifs zentangle à proprement parler, mais plutôt une carte d’inspiration mendhi.

respecte

fond: aquarelle.

lettrage: police KG this is not goodbye.

motifs: stylo gel couleur bronze.

mon voyage intérieur février (02)

Rien ne m’inspire plus de respect que les ruines. Surtout lorsqu’elles sont envahies de végétations, lorsque la nature reprend ses droits. C’est un sentiment étrange. Le respect pour ceux qui ont construit ces bâtiments avec ferveur et savoir, et le respect pour la nature, qui trouve la force de reprendre l’espace qui lui appartenait. Le mariage des deux, qui rend ces lieux encore plus beaux, plus inspirants. Ils m’inspirent vraiment un immense respect. De celui qui me laisse sans voix.

c’est peut être ma formation de médiéviste, mais une simple balade dans un vieux village, des rues pavées, des bâtisses qui ont traversé le temps, me transporte, me donne à la fois un sentiment d’appartenance à une histoire à une civilisation, et un sentiment d’immense respect pour ceux qui ont su assembler ces pierres toujours debout aujourd’hui…

Voyage intérieur: février

voyage en tête

Première étape de notre voyage. Cette fois, nous embarquons pour de bon. Un dernier regard vers notre base, et nous voila sur le chemin qui nous mènera dans de nombreuses contrées fantastiques, inexplorées, et qui pourtant nous appartiennent déjà.

Et c’est avec respect que nous débutons notre voyage. C’est cette notion qui nous accompagnera durant ce mois de février. Parce que le respect est à la base de toute relation saine, et qu’il ne peut en être autrement dans notre quête.

Là encore, nous devrons observer 3 étapes, 3 plans pour lesquels le mot respect revêtira des significations différentes quoi que liées.


respect

nom masculin.

  1. Sentiment qui porte à accorder à quelqu’un de la considération en raison de la valeur qu’on lui reconnaît.
  2. Considération que l’on porte à une chose jugée bonne, avec le souci de ne pas lui porter atteinte.

1. Respecte ce qui t’entoure.

C’est pour la plupart d’entre nous quelque chose d’évident. Il peut s’agir tout simplement de trier ses déchets, de prendre soin de son habitat, d’essayer de réduire son empreinte sur son environnement. Chacun à son niveau, en fonction de ses besoins et de ses possibilités.

Pour moi, il s’agit surtout de ne pas détruire ce qui existe, mais au contraire d’en apprécier la valeur. Et ce n’est pas évident parfois. C’est d’ailleurs sans doute sur ce point là que je vais me concentrer: reprendre conscience de la valeur de ce qui m’entoure. Lorsqu’on tient quelque chose pour acquis, inévitablement, il arrive un moment où on perd de vue la valeur qu’elle a pour nous. Ou du moins que cette valeur n’est pas aussi importante et unique qu’elle a pu l’être à un moment donné.

Ces dernières années, le mouvement du minimalisme, de la simplification illustre ce phénomène à mes yeux. En ayant moins, on a plus conscience de ce qui nous entoure.

Pour ma part, j’ai décidé de passer mon tour. Je suis une éclectique invétérée, et j’ai besoin, envie d’avoir de quoi assouvir mes élans de créativité quand ils viennent à portée de main. Que ce soit en couture, écriture, dessin, peinture, tricot, crochet, cartonnage, etc etc, je sais qu’il suffit qu’une idée s’impose à moi pour que je puisse la concrétiser, avec le matériel dont je dispose. Et il ne s’agit ici que de la partie ‘créative’ de mon éclectisme… il en va de même pour…. tout. Du coup, effectivement, je vis dans un lieu très…. vivant. Mais ça me va très bien. Je ne suis pas du tout gênée par les divers projets en cours qui attendent que je les avance, ni par l’exposition permanente de ma guitare à côté de mon matériel de sport, de mes cahiers divers et variés, de mes crayons, feutres, stylo, etc… c’est mon lieu de vie et il reflète ma personnalité, mes passions, mes envies, mes désirs. Je n’ai rien à cacher, tout est là hahaha. Pour autant, chaque chose a sa place. Mon matelas, mes altères et mon medecine ball sont regroupés dans  un coin, rangés après chaque séance de sport, ma guitare est posée sur son support, mon matériel de gribouillage a sa desserte dédiée, et mes piles de livres évoluent en fonction de mes lectures. Les pelotes que j’utilise pour mon projet crochet ou tricot en cours sont douillettement installées dans le sac dédié… Il y en a partout, c’est vrai, mais chaque objet est traité respectueusement. Du moins, c’est ainsi que je le perçois. Puisque chacun d’entre eux assouvit un de mes besoins, il m’appartient de leur accorder de l’importance et de leur attribuer une place particulière.

Et c’est donc cela que je compte aborder et travailler avec le mot respect dans mon environnement: redonner à mon lieu de vie l’importance qu’il doit avoir, et faire en sorte qu’il ne reflète non plus le chaos, mais plutôt l’éventail des possibles.

Mon plus gros challenge va être de trier les affaires d’Emma qui se trouvent encore dans le salon… Jusqu’ici j’en ai été incapable. J’avais besoin de les sentir autour de moi, sous mes yeux, comme des petits témoignages de sa présence. Mais je sens que le temps est venu pour moi de me réapproprier cette pièce. De la faire mienne, puisque j’y passe le plus clair de mon temps… Je vais donc devoir décider de ce que je veux garder en l’état et de ce dont je vais devoir me séparer, ne serait-ce qu’en les rangeant dans sa chambre ou dans des cartons. De voir si je peux en faire don, ou si il est encore trop tôt… et pour le coup, tous ces objets, ces trucs-bidules, m’inspirent beaucoup de respect. Parce qu’ils lui appartenaient, ou qu’elle les a fabriqués. Leur valeur à mes yeux est évidente… je vais donc procéder le plus respectueusement possible. Les larmes vont couler, mais ce flot sera libérateur aussi…

2. Respecte ceux qui t’entourent

Dans mon métier, on ne passe pas une journée sans prononcer le mot respect. Respect des règles, des autres, du matériel et que sais-je encore. Je travaille beaucoup sur la notion de respect de l’autre, que ce soit des pairs ou de l’adulte. Et ce n’est pas si évident… d’autant que le respect de l’enseignant n’est plus qu’un lointain souvenir dans la tête de beaucoup de personnes. Disons que c’est mon moulin à vent préféré. Je ne lâche rien, je tente plein de choses différentes pour que cette notion finisse par devenir naturelle, et qu’ils grandissent avec… J’ai 10 mois pour le faire.

Respecter autrui devrait pourtant faire partie des valeurs de base de tout un chacun. Mais ce n’est pas (plus?) le cas. Il apparait de plus en plus que le respect ça se gagne. Je n’ai pas l’esprit de compétition, zut de flute! Alors je préfère mettre en oeuvre une autre stratégie: je donne le bénéfice du doute à tous. C’est à dire que, par principe, je vais chercher et trouver en chacun de quoi le respecter. Ensuite, évidemment, j’affine ma perception. Si la personne entre en contradiction avec des valeurs ou des principes qui pour moi sont essentielles, il est évident que ce sera plus compliqué… Mais au final, je ne méprise que peu de monde. Parce qu’en comprenant les mécanismes qui les animent, on ne peut la plupart du temps que respecter les personnes qui nous entourent. On peut être en désaccord, là n’est pas la question. Pour moi, à partir du moment où quelqu’un est guidé par des valeurs qui lui sont propres et qui ne vont pas à l’encontre des autres, il est digne de respect.

Et c’est au final cette attitude, chercher à comprendre ce qui anime l’autre, même sans partager ses principes, mais pour trouver une raison de lui accorder tout le respect qui lui est du, qui devrait prévaloir.

Je vais donc continuer à chercher à comprendre ceux qui m’entourent, ou du moins à percevoir ce qui les anime. Et ce sans chercher à obtenir leur respect. Parce que c’est une toute autre dynamique. Je n’attends pas que qui que ce soit me respecte. J’attends ça de moi-même.

3. Respecte-toi.

Et là est tout l’enjeu de ce mois. Se respecter. C’est de là que tout essaimera.

une petite définition?


se respecter: agir de manière à conserver l’estime de soi-même.


Quand j’écris que c’est là tout l’enjeu, je ne plaisante pas. Parce qu’on vit dans une société qui passe son temps à chercher à nous broyer, à nous faire entrer dans conformité estampillée ‘bon pour fonctionner’.

L’estime de soi… tout a été écrit sur le sujet…. tout et n’importe quoi… c’est presque devenu dogmatique. Une sorte de Graal. Une quête sans fin, inaccessible, mais obligatoire. On nous a donné de multiples recettes pour y parvenir, des étapes, on a même utilisé et usé le mot en B, c’est dire!!

Et pourtant, c’est si simple en fait. Parce que pour s’estimer soi-même, il faut…. se reconnaitre comme digne de respect… et là je rappelle la première définition du mot respect « Sentiment qui porte à accorder à quelqu’un de la considération en raison de la valeur qu’on lui reconnaît. » La valeur qu’on lui reconnait. 

Pas celle que les autres vous donne. Pas celle qu’on aimerait peut être avoir si on fait tout ce qu’on nous dit de faire comme on nous dit de le faire… pas celle qu’on nous offre en récompense de tous nos efforts. La valeur qu’on se reconnait.

ça m’a pris très longtemps (et quelques claques monumentales de la vie), pour comprendre que je suis la seule à vivre ma vie. Qu’elle ne dépend au final que de moi. Et que je pouvais la passer à me lamenter de tous les grands et gros malheurs qui me tombent dessus, je-dois-vraiment-être-la-pire-personne-sur-Terre-pour-que-ça-m’arrive, ou de tout ce que je ne suis pas capable de faire, tout ce que je ne suis pas. Clairement, la pression extérieure est énorme. On nous inonde de recommandations, de principes, de préceptes, de guides, de tutos, de tout ce qu’on veut…. pour nous expliquer tout ce que nous ne sommes pas, tout ce que nous ne faisons pas correctement, tout ce que nous manquons.

Et nous passons un temps et une énergie incroyable à tenter de nous rapprocher de ce Graal tant promis…. pour être soumis à une nouvelle vague de préceptes, recommandations et principes….

J’ai passé une grande partie de ma vie à me battre contre ça… encore un moulin à vent… si on me disait blanc, je répondais noir… oui, en opposition frontale et totale…. au final? Rien… j’étais tout aussi perdue. Comment se définir sur du négatif uniquement? Je savais ce que je n’étais pas, ce que je ne voulais pas, ce que je ferais pas…. mais pour le reste…. rien, aucune idée… le néant total… une belle perte d’énergie et de temps… jusqu’à ce que je parvienne à me poser vraiment et à me regarder en face.

Et si? Et si on décidait d’explorer par soi-même? Et si on partait à la découverte de ce qui fait de nous des êtres valeureux dans le sens où on porte chacun notre propre valeur? Et si on arrêtait de vouloir obéir aux dogmes? Et si on créait son propre système de valeurs, principes et qu’on y restait fidèle? Et si on avait le courage et l’outrecuidance d’être…. nous-même?

Parce que ça change tout. Le jour où j’ai arrêté de me voir à travers le prisme de ce qu’on exigeait de moi, mais qui me broyait menu menu, et que j’ai décidé de me regarder bien en face, je me suis libérée. Et j’ai gagné en estime de moi-même. Parce que c’était MA décision, que j’assumais, que je revendiquais même. En faisant ce choix, je m’accordais, j’accordais à ma personne, de la valeur. Je faisais preuve de compassion, de respect. Et ce faisant, j’arrêtais de souffrir de ne pas rentrer dans les cases. Au contraire, j’en ai fait une force, et c’est même devenu une évidence pour ceux qui m’entourent: je ne peux pas rentrer dans les cases, même si j’essaie. Ce n’est pas dans ma nature. Et ça va loin… c’est très drôle… il suffit qu’un truc aussi évident qu’un identifiant officiel soit régi par un code pour que celui qui m’est attribué soit différent de ce code… si si. C’est comme ça, ma nature m’empêche de rentrer dans les cases. Du coup pas de pression, je sais dès le départ que mon chemin sera différent… c’est à la fois plus simple et plus intéressant… je ne me pose même pas la question, je sais que ce sera différent. Au moins, je ne m’ennuie jamais et ça entretient ma vigilance hahaha.

Et c’est en me respectant, en m’écoutant, en m’assumant, que j’ai gagné le respect d’autrui. C’est en étant fidèle à mes valeurs que j’ai acquis le respect de moi-même et par extension, celui de mon entourage. ça ne s’est pas fait en un jour. Mais aujourd’hui, je suis sereine par rapport à tout ça. Si le regard d’autrui ne m’a jamais vraiment préoccupée, j’ai constaté qu’il avait changé ces dernières années, et qu’aujourd’hui j’étais plus respectée que méprisée. Soit. ça me confirme juste que je suis sur le bon chemin.

Pourquoi vouloir à tout prix (vraiment à tout prix, même à celui de se perdre) être quelqu’un pensé par je ne sais qui? Pourquoi ne pas tout simplement être soi, avec ses qualités et ses défauts, mais surtout soi? On parlera de l’acceptation plus tard. Mais là, pourquoi ne pas tout simplement se dire: je vaux quelque chose. Moi, tel(le) que je suis. j’ai de la valeur, et en le reconnaissant, je me dois le respect.

C’est tout simple, il suffit de le décider. Comme ça. Un matin, au réveil, ou le soir au coucher, dans les transports en commun ou au volant de sa voiture, au milieu d’une foule ou dans un moment de solitude dans le calme d’une méditation ou le tumulte d’un concert de rock. En lisant un roman ou en plein cour de zumba. Simplement se murmurer, à soi, doucement: je vaux quelque chose.

Je pense sincèrement que ces simples mots ont un pouvoir surprenant sur nous. Se reconnaitre de la valeur. C’est si simple, et ça change tout.

petit pense bête de février

mot clé du mois: respecte


respect:

  • Sentiment qui porte à accorder à quelqu’un de la considération en raison de la valeur qu’on lui reconnaît.
  • Considération que l’on porte à une chose jugée bonne, avec le souci de ne pas lui porter atteinte.

se respecter:

  • agir de manière à conserver l’estime de soi-même.

 

des mots pour nous accompagner:

« La façon dont tu traites les autres est un reflet direct de la façon dont tu te sens envers toi-même. » Paulo Coelho

 

« Commencez par changer en vous ce que voulez voir changer autour de vous. » Gandhi

 

« Le respect de soi permet d’en avoir pour les autres » Jose Garcia

 

à suivre! J’ai l’impression que ce mois aussi sera très riche en découvertes! Découverte de soi, de ce que l’on a déjà et qu’on ignorait, et surtout découverte des autres, avec un regard tout neuf et plein de respect.

Mon voyage intérieur: janvier (07)

Presque 3 semaines de voyage déjà et quel voyage!!!! Je pensais sincèrement que ce mois-ci, j’apprendrais à me connaitre un peu mieux, que je comprendrais d’où je partais… Et au final, la leçon a été toute autre.

J’apprends à … m’accepter. Je me rends compte ces derniers jours qu’en fait, c’était déjà fait. En douceur, l’air de rien… il était temps, je suppose, que j’ouvre les yeux. je n’ai plus à me battre contre ou pour quelque chose. Je n’ai même plus à me débattre avec moi-même, ou avec l’image que je renvoie. Pas à pas, je me suis libérée de toutes ces entraves, sans effort, naturellement. Et je le constate ces jours-ci.

C’est une sensation étrange. Juste être soi-même, sans aucune appréhension, sans aucune réserve. Si j’aimais à penser que le regard d’autrui ne me perturbait pas plus que ça, j’étais quand même sur la défensive, prête à enfiler mon armure et à me justifier si il le fallait. Et puis on nous enseigne qu’on ne peut se définir que par rapport à autrui. En réaction ou en conjonction avec ce et ceux qui nous entourent. Alors qu’en fait, c’est bien plus simple.

J’avais déjà perçu que quelque chose avait changé, que je m’affirmais plus encore qu’auparavant… mais toujours avec cette attitude de défi au final. Un peu comme si je voulais qu’on me voit pour ce que j’étais… Une première étape, juste après avoir retiré mon armure mi téflon (tout glisse, rien n’adhère) mi kevlar (rien ne m’atteint). J’étais telle que je suis, plus fragile qu’auparavant parce que dénuée de ces protections qui m’ont préservée de la douleur et de la sensibilité lorsque je devais traverser mon enfer personnel.

Et je pense que la clé de tout ça réside dans cette simple pensée: accepter d’être vulnérable, accepter de ressentir de nouveau, parce que la survie n’est plus d’actualité, et que la vie réclame son du. En désirant revenir à la vie, en acceptant de retirer mon armure, j’ai aussi initié un processus bien plus profond. J’ai du accepter d’être fragile, et faire ce qu’il fallait pour y remédier, dans une certaine mesure.

Pas très clair? Prenons un exemple: j’ai un genou en très mauvais état. Depuis des années. Disons que j’ai fait ce qu’il fallait pour qu’il ne récupère pas des mauvais traitements que je lui ai infligé au fil du temps… Bref. Impossible de m’en occuper pendant longtemps, je devais ‘fonctionner’. Évidemment, il est arrivé un moment où il s’est rappelé à mon bon souvenir… Et puisque, bien que consciente du souci, je ne faisais rien pour y remédier, il ne m’a pas laissé d’autre choix que d’agir, en refusant de fonctionner correctement et en m’entravant dans certains mouvements… bref, j’ai donc décidé de m’en occuper une bonne fois pour toute. Et cette décision a eu pour conséquence de déclencher un processus bien plus complexe que la simple prise en charge médicale d’un souci. J’ai du accepter de ne pas pouvoir ‘fonctionner’, tout simplement (je ne peux ni descendre ni monter les escaliers ‘normalement’, mon genou refuse de m’obéir). Accepter d’être fragile physiquement. Accepter de faire ce qu’il faut pour y remédier. Accepter de passer des examens médicaux, de prendre soin de moi. Accepter mes faiblesses, accepter d’être suffisamment humble pour demander de l’aide. ça n’a l’air de rien mais c’est déjà énorme.

Et du coup, ma relation à mon propre corps a complètement changé. J’ai arrêté de l’ignorer, j’ai arrêté de le considérer comme une simple enveloppe, ou une entrave parfois. J’ai commencé à le regarder, vraiment le considérer. A faire son état des lieux…  rien de rien glorieux, mais rien de honteux non plus. Et surtout, j’ai vraiment pris conscience que ce corps, c’était aussi…. moi. Non pas dans le sens de l’image que je renvoie, mais plutôt dans celui du témoin de mon histoire. Mes cicatrices, mes kilos en trop, mes cheveux blancs, les petites rides qui deviennent permanentes, tous témoignent de mon histoire de vie. Et j’en prends conscience, réellement conscience. Auparavant, tout cela m’était complètement indifférent. Parfois, j’ai même tenté de les combattre, juste pour voir. Mais ça ne durait jamais, ils retombaient tous dans le puits très profond de mon indifférence.

Aujourd’hui ce n’est plus le cas.

Je caresse parfois mes cicatrices en me souvenant de leur origine (mon enfance casse cou, ma biopsie, l’appendicite, et les vergetures de ma grossesse), et je ne ressens que la douceur de ces souvenirs, je me rappelle certaines anecdotes, je souris à la pensée de toutes les leçons que j’ai acquise grâce à ces expériences de vie… Je les accepte, je les accueille. Elles sont autant de témoignages de celle que j’ai pu être, et que je suis encore.

Mes kilos en trop ont posé certainement plus de problèmes aux autres qu’à moi. C’était pour me débarrasser de leur jugement, de leurs regards que j’ai tenté et réussi à m’en débarrasser… pour autant, je n’étais ni mieux ni moins bien dans ma peau… et ça m’a posé question… par rapport à la superficialité des rapports humains… lorsque la maladie d’Emma s’est déclarée, je les ai retrouvés, mes kilos, entre autre du fait de mon inaction forcée… et du stress… un peu comme si mon corps se préparait à un grand danger en stockant ce dont j’aurais besoin pour survivre… il n’était pas dupe, le bougre… sauf qu’ils ne sont pas partis ensuite hahahaha. Aujourd’hui j’en souris. Je suis comme je suis, et je m’aime bien… J’aime à dire que je préfère prendre soin de mes courbes que de ma ligne. Je ne suis plus complexée (d’ailleurs, c’était surtout les autres qui me reprochaient mon apparence, moi seule, je le vivais plutôt bien). D’ailleurs, ça m’agace ce jugement que des personnes peuvent porter sur la corpulence d’une autre, avec tous les préjugés qui vont avec. Le plus drôle, c’est que les personnes qui sont avec moi lorsque je me pèse (à la salle, chez le médecin) sont toujours étonnées par le nombre qui s’affiche… Que voulez-vous, je suis…. dense! En général, c’est moi qui dédramatise, qui les rassure…. et oui, j’ose l’argument de la densité, et avec un grand sourire en prime! Je me ressemble, voila tout. Quelque part, mon corps est le reflet de celle que je suis. Avec mes forces, mes faiblesses.

Mes cheveux blancs sont encore assez localisés et j’avoue, j’aime coiffer ceux qui entourent mon visage d’une certaine façon. Je songe sérieusement à tresser ceux qui se trouvent sur mes tempes… quant à ceux qui se trouvent disséminés ici et là, j’aime bien la lumière qu’ils accrochent. Aucun souci ici, c’est dans l’ordre des choses. Et oui, je suis bien déterminée à tresser les mèches blanches qui apparaitront au fur et à mesure. Je les assume complètement. Je réfléchis vraiment à un moyen de ne pas les cacher mais au contraire de les mettre en valeur. Pour moi, ils sont les témoins des batailles menées, victorieuses ou non. Des trophées dont je suis fière.

Tout cela ne s’est pas fait un en jour. Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant ‘à partir de maintenant, je m’assume’. Je me rends compte aujourd’hui que mes choix ont cependant tous mené à cette sérénité que je ressens par rapport à mon apparence physique. Et que je suis en paix avec moi-même. Je suis telle que je suis, et pleinement. Je ne revendique rien, je ne cache rien non plus. Comme dans d’autres domaines, j’ai simplement décidée d’être sincère en apparaissant telle que je suis. C’est une forme d’affirmation, pas dans le sens de revendication, mais plutôt dans le sens d’acceptation: « oui, je suis comme ça maintenant, et c’est ainsi ».

Bref, ce mois-ci, j’ai donc pris conscience du fait que j’acceptais d’être celle que je suis aussi physiquement, et que c’était une forme de liberté. En assumant les choix qui sont les miens, je me libère de beaucoup de pression extérieure, et surtout je suis bien plus sereine.

Étrangement, j’ai aussi constaté un changement d’attitude de la part des personnes que je côtoie. Le simple fait que je m’assume et que ça transparaisse dans mon attitude a atténué les réflexions, les conseils, les avis sur ce que je ne fais pas, que je devrais faire… puisque je suis en paix avec moi-même, personne ne juge nécessaire de me remettre en question. Et je me rends bien compte qu’au final, c’était ma non-acceptation qui les encourageait à me ‘juger’ ou à me ‘conseiller’. Je suis en accord avec moi même, physiquement et mentalement… C’est cette sérénité qui transparait, je pense.

Voici donc l’une des choses que j’ai apprises ces dernières semaines: l’acceptation mène à la sérénité. Je n’ai pas à me justifier, je n’ai pas à me changer, à me conformer à une certaine image. Je suis, tout simplement.

%d blogueurs aiment cette page :