Le Bosquet de l’Alchimiste 30. La Marguerite.

Cette semaine, nous allons nous ouvrir, tels des marguerites. Nous ouvrir au monde, à nous-mêmes. Nous exposerons sans crainte notre cœur et recevrons ce que le monde a à nous offrir.

Être ouvert n’est pas si simple. Tant que nous sommes guidés par la peur. Peur d’être blessés, peur d’être mal compris, peur d’être jugés… En ce qui me concerne, il m’est devenu insupportable de rester fermée, juste parce que j’avais peur. Peu de blesser, peur de devoir me justifier encore, et encore, et encore. Et j’ai réalisé que j’étais celle qui m’enfermait dans ma propre prison. Mes plus grandes peurs n’étaient pas celles qui m’empêchaient de m’ouvrir. J’avais du faire face et surmonter ce qui me terrorisait. Ces peurs qui me gardaient enfermée étaient produites par des illusions, par des malentendus. Rien ne m’empêchait réellement de m’ouvrir complètement si ce n’était moi-même. Et il me devenait de plus en plus difficile de rester intègre. j’avais besoin de retrouver un équilibre. Et pour se faire, j’avais besoin d’apprendre qu’être vulnérable ne signifiait pas être faible. Bien au contraire, c’est une magnifique force; Je me suis rendue vulnérable, en exposant mon cœur de marguerite au monde. Mais j’ai aussi confiance dans mes capacités à faire face à ce qui vient, et d’en tirer de quoi évoluer encore.

La vie est faite de nombreux moments joyeux, beaux et heureux, et d’autres plus difficiles, plus sombres. mais ils font tous partie du chemin que nous avons à parcourir. Nous pouvons essayer d’éviter les défis, la douleur, la tristesse, mais nous les rencontrerons tôt ou tard. Ou nous pouvons les considérer comme des enseignants, comme des expériences qui nous rendrons complets. L’équilibre. J’espère que mes jours les plus sombres sont derrières moi, mais je sais également que si d’autres viennent sur ma route, je n’aurai pas à me fermer aux émotions qu’ils apportent. Je les reconnaitrai comme des amis de longues date et je les accueillerai. Ils resteront un moment, et nous nous séparerons de nouveau, ils laisseront leur place à des moments plus légers. Je sais que j’ai en moi la capacité d’apprendre de chaque expérience. Parce que je me suis ouverte à moi-même.

Alors que je traversais des moments très difficiles, j’ai ouvert ma boite de Pandore. Avec un esprit, les yeux et les bras grand ouverts. J’étais prête à accueillir chaque part de celle que j’étais. Et pour ce faire, j’ai laissé de côté ce troll de jugement qui nous accompagne tous. Cette créature créée par la culture à laquelle nous appartenons, par les croyances que nous avons apprises, par la société dans laquelle nous avons grandis. Elle ne nous appartient pas, elle nous a été imposée. Nous pouvons suivre les règles principales sans pour autant être spoliés de notre propre identité. Nous avons tous en nous une boite de pandore que nous gardons cachée au plus profond. En l’ouvrant, sans être dans le jugement, j’ai fait le choix de me libérer des chaines que je m’étais imposées. J’ai pris conscience de chacune des pièces qui constituait le puzzle de celle que j’étais, je les ai acceptées, et je les ai intégrée. Mon puzzle était enfin complet. Je me suis libérée des trolls, du jugement apporté par autrui. Et j’ai commencé mon chemin vers l’amour de moi-même. Pour être sincère, ce cheminement a pris un certain temps, mais il a été magnifique. J’ai mis beaucoup de temps à m’apprécier, à embrasser celle que je suis aujourd’hui, à respecter mon unicité. Mais en échange, j’ai reçu beaucoup de paix intérieur, et j’ai retrouvé mon intégrité. Ce qui me manquait, c’était ce respect de soi, en tant qu’être unique et spécifique, cet être parfaitement imparfait que nous construisons jour après jour. Et il m’a pris encore plus de temps pour oser montrer mon cœur au monde. Non pas parce que j’avais peur. mais plutôt parce que je ne me sentais pas à ma place la plupart du temps. Jusqu’à ce que je réalise que j’appartenais à ce flux, et qu’il était temps pour moi de me relever, et de briller, de montrer de quel bois j’étais faite, avec confiance, avec amour pour moi-même et avec une volonté tranquille mais indomptable d’apporter ce que pouvais au monde.

Bien sûr, certains n’ont pas compris ou accepté ma démarche. Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. et la leur est aussi valide que la mienne. Je ne peux pas leur en vouloir, nous marchons juste dans des directions différentes, et toutes ont besoin d’être explorées. De plus, je peux quand même apprendre d’eux, leurs expériences ajoutent une certaine perspective à ce que je vis. Je n’interfère pas dans leur cheminement, je les regarde juste évoluer et je prends ce que j’ai besoin de prendre de leur vision des choses, de leurs actions, pour enrichir mon point de vue. Mais ça ne change rien à mon propre voyage. D’autres personnes sont plus difficiles à vivre, parce qu’elles me blessent et déclenchent une réaction plus vive… En fait, ce ont les plus intéressantes, et leur enseignement est plus profond. Si elles déclenchent ces réaction en moi, c’est que je dois encore travailler sur ce qui m’a fait réagir comme ça. C’est que je ne me suis pas encore libérée de leur jugement envers ce domaine particulier. C’est que j’ai encore beaucoup à apprendre. Je suis loin d’être parfaite et je n’ai aucune intention de l’être. Et d’une certaine façon, savoir que je suis encore un travail en cours est vraiment merveilleux. Lorsque je suis blessée, ma première réaction est d’être sur la défensive. Ce qui dans mon cas signifie ériger de hautes murailles, me munir de ma hache à double tranchant et d’attendre la moindre occasion de m’en servir… Je me place en mode guerrière absolue, pour protéger ce qui doit l’être. J’essaie maintenant de prendre une autre voie, et ce n’est pas facile lorsque la défense est son mode de fonctionnement par défaut… mais en érigeant mes murailles, je m’enferme de nouveau… et ce n’est plus ce que je veux dans ma vie.

Alors maintenant, lorsque je suis blessée, je reconnais que je le suis, et je remercie la personne qui a déclenchée cette émotion. Non parce que j’apprécie ce qu’elle fait, mais parce qu’elle me donne l’opportunité de percevoir ce sur quoi je dois encore travailler pour poursuivre ma construction. Et lorsque c’est trop difficile (on en passe pas d’un mode « guerrière absolu » à une marguerite en un clin d’œil…), je les ignore, je lâche prise, et je travaille dessus lorsque je me retrouve seule.. bon, je laisse aussi la colère s’échapper un peu, je ne suis qu’au début de ce cheminement… et j’ai encore beaucoup de fierté en moi. On ne peut pas traverser certains de ses enfers personnels et en sortir sans ressentir de la fierté d’avoir été capable de le faire… si? Donc je sais que j’ai aussi quelques ajustements à faire dans ce domaine mais je pense sincèrement que c’est une des raisons pour lesquelles je suis encore très sensibles à certaines choses… je suis un travail en cours, et j’aime ça, parce qu’il y a toujours des choses à améliorer. Et je suis désormais capable de le faire avec respect et amour pour moi-même. Parce que je les mérite.

Donc de quoi devrais-je avoir peur? De découvrir ce qui a besoin d’être amélioré? C’est une réelle chance! D’être rejetée? Par quoi? Par ceux que je considère comme des professeurs intéressant, tout en continuant sur mon propre chemin. Ils ne me rejettent pas, ils me donne l’opportunité de prendre conscience de leur existence. Je n’ai pas à les suivre ou à appartenir à leur cercle, je suis entourée des personnes qui comptent vraiment pour moi. D’être jugée? Le jugement est une illusion. Il n’a pas sa place dans ma réalité. Et il est souvent du à l’incompréhension. S’ils ne comprennent pas, c’est qu’ils n’ont pas encore à le faire. C’est leur cheminement, pas le mien. Nous allons dans des directions différentes et je peux quand même apprendre d’eaux, avec compassion et ouverture d’esprit. D’être blessée? La douleur fait partie de la vie tout autant que le reste. C’est aussi un formidable enseignant, de ceux qui nous nous font grandir et nous rendent plus forts et plus sages. J’embrasse la peine aussi bien que la joie et la paix.

Alors cette semaine, laissez votre marguerite s’ouvrir, éclore, et montrer au monde quel magnifique cœur vous avez. Parce que, vous aussi, vous le méritez.

La carte

Lorsque j’ai réfléchis à la notion d’ouverture, j’ai tout de suite visualisé une marguerite. J’aurais pu la dessiner vue de dessus, mais je voulais exprimer la croissance que l’ouverture signifie pour moi. J’ai également choisi de ne pas montrer son cœur parce que nous n’avons pas besoin de le voir, il n’est pas dirigé vers nous, mais vers le monde. Nous avons construit ce cœur, nous savons combien il est merveilleux. J’ai préféré me concentrer sur les pétales, pour illustrer à la fois notre volonté d’ouverture ( ils mènent au cœur) et notre vulnérabilité (ils sont si délicats), et sur la tige, qui supporte tout ça, en étant à la fois ancrée et bien droite vers le haut. Nous pouvons alors envoyer notre magie dans le monde… j’espère qu’elle vous plaira.

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une douce semaine.

The Alchemist Grove 30. The Daisy.

This week, just like daisies, we will open ourselves. To the world, and to ourselves. We will fearlessly expose our heart and receive what the world has to offer.

To be open is not that easy. As long as we are led by fear. Fear to be hurt, fear to be misunderstood, fear to be judged. Trust me, I’ve been there. But it became too painful for me to stay closed, just because of fear. Fear to hurt, fear to have to justify myself again, and again, and again. Then I realized that I locked myself in my own inner prison. My worst fear weren’t the one keeping me from opening. I know this as a fact because I had to face them, and to overcome them. Those fears are led by illusion, by misconceptions. Nothing could stop me from being fully open but myself. And it became more and more difficult to remained in a place of integrity. I needed to find my balance back. And in order to do so, I needed to learn that being vulnerable doesn’t mean being weak. It’s at the contrary a beautiful strength. I made myself vulnerable, exposing my daisy heart to the world. But I am also confident in my ability to face whatever may come, and to grow from that.

Life is made of many joyful, beautiful moments, and some more difficult, challenging times. They are both part of our life path. We can try to avoid challenges, pain, sadness, but they will come anyway. Or we can try to see them as teachers, as experiences that will make us full. Balance. I hope my darkest days are behind me, but I also know that if such days come back into my life, I won’t have to close to the emotions they will bring. I will recognize them as old friends and welcome them. They will stay a while, then we will part again, and lighter times will enter my life. I am confident enough in my own abilities to learn from each and every experience I live. Because I opened to myself.

On my darkest days, I opened my pandora box. With an open mind, open eyes and open arms. I was ready to welcome each and every part of who I was. In order to do so, I left aside this inner judgmental goblin we all have. This creature made by the culture we live in, the beliefs we were taught, the society we were raised into. They don’t belong to us, they were brought to us, they were imposed to us. We can follow the main rules without being robbed from our proper self. We all have an inner pandora box we kept hidden deep within. And by opening it, away from judgement, I made the choice to free myself from these self imposed shackles. I recognized my pieces, welcomed them, accepted them and integrated them into who I am. in doing so, I freed myself from the goblins, from judgement. And I initiated the beautiful path of self love. it took me some time to really appreciate who I am. To embrace my whole self, my passions, my uniqueness. But it brought me such an inner peace, and I found my integrity back. And it took me even longer to show my core to the world. Not by fear of it. More because it felt to out of place most of the time. Until I realized that I too belong to this flow, and that it was time for me to rise and shine, to show my true colors, with confidence, with love for myself and with a peaceful but strong will to let them bring their own touch to the canvas of life.

Of course, some didn’t understand or accept that I was how I was. We are just not on the same path. And theirs is as valid as mine. I can’t blame them, we are just walking in different directions and they all need to be explored. Still, I can still learn from them, their own experiences adding perspective to what I live. I won’t interfere, I will just watch them evolve and take what I need to take from their insights and actions. But it won’t change my own journey. Others are more difficult to deal with, as they really trigger me. Those are really interesting in fact, and their teachings are deeper. If I am triggered, it means that I still have to work on that very point. That I didn’t free myself from their judgement on that very subject. That I still have to learn about it. I am far from being perfect and I don’t aim to be. And in a way, knowing that I am still a work in progress is a real joy. When I feel triggered, my first instinct is to be in full defense mode… which to me leads to surround myself with high walls and grab my double blade axe. Full warrior mode, full protective mode. I now try to go another way, and it’s not that easy as this is my default way of dealing with this kind of things… but in doing so, I lock myself back… and that’s not how I want to go on with my life.

So now, when I feel triggered, I recognized that I am, and I thank the person who made me feel this way. Not because I love feeling that way, but because they show me where I need to focus my attention in order to grow. And when it’s too difficult (you can’t go from a full warrior mode to a daisy in a blink, clearly), I just ignore them, let it go, and work on it when I am by myself… I may also let some anger get out still, I am only a beginner in this realm… and I still have a lot of pride in me… You can’t overcome some of your personal hells without feeling a bit proud of yourself, can you? So I know, I may have to adjust that too, and I truly believe that this is why I am triggered so easily in some area of my life… I am a work in progress, and I love it, because there is always things to be improved. And I will work on them, with respect and love for myself. Because I deserve it.

So what do I have to fear? To discover what needs to be worked on still? It’s a beautiful thing. To be rejected? By who? They can reject me, but I still can consider them as valuable teachers, while going on my own path, with joy. To be judged? Judgement is an illusion. It doesn’t have to impact me, as it comes from a place of misunderstanding. We just go on different direction and I still can learn from them, with compassion and openness. To be hurt? Pain is part of life, just as everything else. It’s also a wonderful teacher, one of those who make you grow stronger and wiser. I embrace it as much as I embrace peace and happiness.

So this week, let your daisy self to open, to bloom, and to show the world what a beautiful core you have. Because you, too, deserve it.

The card

When I thought about being open, I envisioned a daisy right away. I could have drawn it from another view point, but I wanted it to express the growth openness means to me. I also chose not to show its core, because we don’t need to see it, it’s not aimed to us, but to the world. We built this core, we know how beautiful it is. I instead decided to put the focus on the petals, to illustrate both our will to open (they lead to the core) and our vulnerability (they are so delicate) and on the stem, holding everything together, grounded and rising . We can now spread our own magic into the world… I hope you’ll like it as much as I do!

My journey

Our journal

I wish you a beautiful week. Rise and shine!

Le Bosquet de l’Alchimiste 29. Les éléments: la Terre.

Cette semaine, nous voyagerons avec le dernier des quatre éléments: la Terre. Pour moi, la Terre est celui qui nous ancre, qui nous nourrit. C’est la force qui nous fournit tout ce dont nous avons besoin pour grandir, nous développer tout en étant profondément ancrés dans notre propre réalité.

Je me sens parfois complètement dispersée mentalement. Trop de choses à gérer, trop d’émotions, et trop peu de temps pour m’en occuper. C’est à ce moment-là que je sais que j’ai besoin d’aller dans l’un de mes lieux naturels préférés. Le lac, ou le jardin de mes parents, ou le bord de la rivière… ou tout autre lieu qui m’attire. Je commence par l’observer, puis je choisis un lieu où m’assoir. Ce qui peut être un rocher, l’herbe, un arbre contre lequel m’appuyer, les galets de la berge de la rivière, quelque part où je peux m’assoir confortablement. Je retire alors mes chaussures, et je laisse mes pieds jouer avec le sol, prendre contact avec lui. Je peux alors méditer, ou écouter les oiseaux, les feuilles qui jouent les unes avec les autres, l’eau , ou prendre un livre ou un carnet et me détendre. Ce n’est pas du tout perdre mon temps à ne rien faire, ou à éviter de m’occuper de ce qui doit l’être, bien au contraire. C’est un moment d’ancrage, un temps où je peux me remplir de ce dont j’ai besoin pour retrouver mon équilibre intérieur. C’est un moment où je reviens à moi-même, à ma paix intérieure. Je peux ensuite retourner à ce qui a besoin d’être fait, et être bien plus efficace pour m’en occuper.

Nous perdons souvent le contact avec la terre, dans notre vie moderne. Et nous oublions ce que cela signifie. J’ai la chance de vivre dans un lieu où la nature est très présente, et où je peux choisir le lieu qui correspond le mieux à mon besoin de contact avec la nature. Nous sommes souvent conduits à voir la nature comme quelque chose de dangereux, de sale, et que tout doit être le plus propre possible. Et en essayant de l’organiser , de l’apprivoiser, nous nous coupons de cette connexion, de ce moyen extraordinaire de nous ancrer dans notre réalité, dans notre identité. Nous faisons partie de la nature, nous sommes des êtres vivants. Et nous pouvons essayer de le nier, de nous placer au dessus de tout, alors que nous ne sommes qu’une petite part d’un magnifique organisme vivant. Nous en faisons partie, nous le nourrissons tout comme il nous nourrit.

Pour moi, l’élément Terre est ce sentiment d’humilité et d’appartenance. Passer du temps dans des lieux naturels me fait vraiment ressentir cette connexion particulière avec ce qui m’entoure. Lorsque je vois le petit jardin de mes parents, je ressens cette même joie. Ils en prennent soin, et il les nourrit en échange. D’une certaine manière, c’est, à une petite échelle, l’illustration de notre relation avec l’élément Terre. Si nous en prenons soin, si nous le reconnaissons, si nous nous y connectons, si nous travaillons avec lui, il nous donnera en échange ce dont nous avons besoin pour grandir, pour être nourris, pour poursuivre notre chemin, de manière saine.

Lorsque je médite, ou lorsque je profite juste d’être dans un lieu naturel, je ressens vraiment cette connexion. Je place non seulement mes pieds nus contre le sol, mais aussi mes paumes de mains. J’imagine l’énergie circulant, entre le sol et mon corps, entrant par mes pieds, au travers de mon corps entier, ressortant par mes mains, retournant dans le sol, où le cycle se reproduit, en un cercle vertueux. C’est un peu comme si je rechargeais mes batteries, c’est vraiment la sensations que je ressens. Et c’est tellement bon !!

Alors cette semaine, essayez de trouver un peu de temps pour aller vous connecter à l’élément terre, pour vous recharger avec ce qu’il a à vous offrir. Parce que vous le méritez.

La carte

Quatrième et dernière carte des éléments. Je ne voulais pas qu’exprimer l’aspect ancrage mais aussi le fait qu’il nous nourrit. Alors j’ai opté pour dessiner une petite plante. J’aime beaucoup les dessiner, traditionnellement, avec mes feutres ou l’aquarelle, et j’étais vraiment heureuse de pouvoir le faire aussi digitalement. Je fais des études très régulièrement et les plantes ont été les premiers sujets sur lesquels je me suis concentrée, parce que j’aime beaucoup les dessiner. Elles me paraissent tellement… joyeuses! Elles sont fragiles et pourtant déterminées à se développer, elles sont ancrées profondément et fortement dans le sol nourrisseur. Qu’est-ce qui pourrait mieux représenter l’élément Terre que ces petites plantes? J’espère que vous l’aimerez!

Mon Voyage

Notre Journal

Je vous souhaite une magnifique semaine!

The Alchemist Grove 29. The Elements: Earth.

This week, we will journey with the last of the four elements: Earth. To me, Earth is the anchoring, nourishing one. It’s the forces that provide us with everything we need in order to grow, to expand while being deeply grounded in our own reality.

I sometimes feel all over the place mentally. Too many things to deal with, too many emotions, and so little time to deal with them all. This is when I need to go to one of my favorite natural place. It can be by the lake, or in my parents’ garden. Or to any place I feel drawn to. I first look at it, then I choose somewhere I can sit. It can be a rock, grass, a tree, pebbles on a river bank, wherever I feel I can sit in a comfortable way. I then remove my shoes, and let my feet play on the soil, making contact with it. I can then meditate, or listen to the birds, to the leaves playing together, to the water, or take a book and relax. It’s not a time I waste doing nothing, or avoiding taking care of what needs to be taken care of. It’s an anchoring time, a time where I can download what I need to recover balance within. It’s a time where I go back to myself, to my inner peace. Then I can go back to what needs to be done, and be efficient in it.

We often loose this contact with earth, in our modern life. And we loose track of what it feels to be. I am lucky to live in a very natural place, and I can choose the one that feels the rightest when I feel I need to go get in touch with Nature. When are often led to believe that nature is dangerous, that it’s ‘dirty’, that we need to keep it clean at all cost… even if this cost is to cut ourselves from this connection, from this amazing way to anchor ourselves in our reality, in our identity. We are part of it, we are living beings. And we may try to deny it, to put ourselves on top of things, while we just are cells or an amazing living organism. We are part of it, and we are nourishing it as well as it nourishes us.

To me, Earth is that feeling of humility as well as belonging. Spending time in natural places really make me feel that special connection with what is around me. When I see my parents’ small garden, it makes me happy. They take care of it, and it nourishes them back. In a way, it is, at a really small scale, the illustration of our relationship with the element earth. If we take care of it, if we recognize it, if we connect to it, if we work with it, it will give us back what we need to grow, to be nourished, to go on, to be healthy.

When I meditate or just enjoy being in natural place, I really feel this connection. I often put not only my bare feet on the ground, but also my hands, palm down. I imagine the energy going through me, in a circle, from the ground, through my whole body, entering by my feet and going out through my palms, to go back to the ground. It’s a bit as if I was filling my batteries back, it truly feels that way. And it feel sooooo good.

So this week, try to find some time to go and connect yourself to earth, to fill your own personal battery with all what earth as to offer. Because you deserve it.

The card

This is the fourth and last one of the elements cards. I didn’t want to only express the grounding aspect of the element but also the nourish part of it.. So I went for a small plant… I love drawing them traditionally, with my pens and watercolors and it felt so good to be able to shift it to digital! I spend a bit of time drawing studies, and plants where my main focus at first, because I just love them so much! And they seem so… joyful! Fragile yet determined to grow, deeply and strongly anchored in the nourishing soil. What else could represent element earth than these ? I hope you’ll like it too!

My journey

Our Journal

I wish you a beautiful week.

Le Bosquet de l’Alchimiste 28. Les éléments: l’Air.

Cette semaine, nous nous laisserons porter par un troisième élément: l’Air. Pour moi, il représente les pensées claires, cet état d’esprit qui nous aide à prendre des décisions ou à faire des choix. L’Air est aussi cette brise légère qui nous inspire. Et enfin c’est cette aspiration profonde que nous prenons parfois pour revenir à nous même, à notre sérénité.

J’ai déjà parlé de ma nature plutôt enflammée, que j’accepte, assume et apprécie complètement. Mais en situation de crise ou lorsque je dois faire des choix importants, j’ai une arme secrète: je suis capable de vider mon mental de toute émotions et d’analyser la situation avec un esprit clair. Je suis capable de passer d’un état d’empathie plutôt exhaustif à un esprit purement analytique en une fraction de seconde. C’est quelque chose que j’ai dû apprendre à faire lors de moments réellement difficiles, et ce n’est pas mon état d’esprit préféré, pour être honnête. Mais j’ai appris à l’utiliser lorsque j’ai du prendre des décisions réellement difficiles, ou lorsque mes émotions prennent le dessus. Je me dis parfois que je dois avoir un système d’urgence intégré, qui s’active automatiquement lorsque je suis stressée ou perdue. Il fait partie de ce que j’appelle mon mode de survie. C’est un peu comme si je pouvais dévoiler une situation en un éclair. Je la vois alors clairement, globalement, et je peux agir en fonction des données qui me sont fournies. C’est un système d’urgence, et une fois la décision prise, je ne reviens pas dessus, je l’assume et je poursuis mon chemin, après avoir rouvert les vannes de mes émotions et les portes de mon empathie.

La plupart du temps, néanmoins, j’essaie d’avoir les idées claires chaque soir. Je mets les choses en perspective, j’essaie d’avoir la vision la plus claire possible, et je détermine les directions que je peux potentiellement prendre. D’une manière non émotionnelle. Ce qui ne signifie pas froidement non plus. C’est plus un état de paix, de sérénité, sans jugement porté ou reçu. Il n’y a pas de bons ou de mauvais choix. Chacun d’entre eux est un enseignement. Pour peu que nous soyons capable de l’accepter avec un esprit ouvert. Nous avançons, pas à pas, et si nous trébuchons, nous pouvons passer du temps à nous lamenter sur notre cheville tordue, notre genou égratigné, notre égo blessé, ou nous pouvons nous dire que dorénavant, nous porterons un regard plus attentif sur le chemin que nous parcourons. Et l’Air est cette caresse qui participe à sécher nos larmes, et à nous permettre de poursuivre notre chemin. Mes pensées se connectent à d’infinies possibilités, et m’offrent des choix. Je peux alors prendre mes décisions en fonction de ce que je suis ici et maintenant, en pesant le pour et le contre. Mes choix antérieurs ont été fait par celle que j’étais alors, et ils correspondaient à ce que j’étais. Mes choix à venir seront ceux de celle que je serai alors, avec une expérience bien plus riche que celle que je suis aujourd’hui.

En dehors du fait de nous aider à voir les choses aussi clairement que possible, l’Air est aussi capable de nous inspirer. Lorsque j’ai l’esprit clair, lorsque mes idées errent librement, je perçois leurs connections les une aux autres plus facilement, et elles donnent naissance à tout un spectre d’idées, de plans, de créativité. Je peux alors ajouter mes émotions, ma passion, mes capacité au projet, pour le matérialiser. Alors, lorsque je me sens bloquée, ou lorsque la procrastination apparait, lorsque je manque de motivation ou que je me pers dans les détails, je prends quelques respirations profondes, en imaginant l’Air dissiper ce qui m’empêche de voir les choses clairement, et libérer le passage vers mon objectif. Et lorsque tout est de nouveau plus clair, je ressens souvent une accélération de ma motivation à mener mon projet à son terme.

Alors pour moi, l’Air est un allié précieux. Il m’aide à poursuivre mon cheminement aussi longtemps que je peux respirer. Il m’aide à prendre des décisions, à faire des choix, il m’inspire, me détend… et voir aussi clairement que possible où j’en suis.

Cette semaine, prenez le temps de vous connecter à vos pensées, à votre esprit, et dévoilez ce qui doit être vu. Saisissez l’opportunité d’être en paix avec vous-même. Parce que vous le méritez.

La carte

Troisième carte de la série des éléments. Celle-ci a été un peu plus difficile à conceptualiser. Je ne voulais pas dessiner un simple cercle vide (bon, pour être honnête, j’aurai fini par le faire si je n’avais pas trouvé d’autre idée). J’ai fait une pause pour me préparer une tasse de thé. Et lorsque j’ai vu la vapeur s’élever de ma tasse, j’ai eu l’idée des nuages… Oh, mais techniquement, les nuages sont de l’eau… comment représenter ce qui ne se voit pas? J’ai pris ma tasse encore fumante pour faire ce que je fais lorsque j’ai besoin d’aide : regarder le paysage à travers ma fenêtre… Et là, une tempête se préparait. Les nuages se déplaçaient à une vitesse innouïe … ok.. bon, donc des nuages…encore.. .poussés par un vent puissant, de l’air, donc… je suis repartie sur mon idée de nuages, avec cette image en tête. Pendant ce processus, je ne me suis pas laissée allée à la frustration, je suis restée concentrée sur l’idée de l’air, et j’ai ouvert mon esprit pour l’autoriser à l’inspirer, pour que je puisse faire mon choix… Bref, j’ai expériementé l’essence de l’air en voulant représenter l’air… j’aime être connectée à ce point à ce projet! J’espère que cette carte vous plaira et vous inspirera également.

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une douce semaine

The Alchemist Grove 28. The Elements: Air

This week, we will focus on a third element: Air. To me it represents clear thoughts, clear mind, that helps us to take decisions, to make choices. Air is also this soft breeze inspiring us. And it’s this deep breath we take from time to time, to come back to ourselves, to our serenity.

I am a very fiery person myself. But in time of crisis, or when facing choices, I have a secret weapon: I am able to clear my thoughts and mind, keeping my emotions at bay and analyze the situation with a clear mind. It took me a while and some really tough times to be able to just go from being a full empath to a pure mental being in a second. It’s not my favorite state of mind, to be completely honest, but I learned to use it to take really difficult decisions, or when I am overwhelmed with emotions. I must have like an emergency mode in my brain, that activates automatically when I am stressed or confused. This is what I call my survival mode. It’s a bit as if I could unveiling the situation with a lightning. I then see it clearly, in all its aspects, and act accordingly.

Most of the time, though, I just try to clear my mind and/or thoughts each evening. Putting things into perspective, trying to have the clearest vision, and determining the different paths I can choose. In a non emotional way. Which doesn’t mean in a cold way either. More in a state of peace, serenity, non judgemental. There are no bad or good choices. Each of them is a teacher. Just think about the last time you felt a soft breeze on your face… The way I see it, my thoughts connect into a web of possibilities, and offers me choices. I then can take my decisions depending on where I am right now in my life, pondering risks, and keeping in mind my main path.

Aside from helping us to see the situation as clearly as we can, Air also inspires us. When I am in a clear state of mind, when thoughts are wandering as they wish, they can connect to each other and give birth to ideas, plans, creativity. I then can add my own emotions, passions and skills to the project in order to bring it into reality. So when I feel stuck, or when I lack of motivation, when I lost my vision, I take a few deep breath, imagining it unveiling what I lost sight of. And as everything is clearer, I often get a motivation boost, or the ability to take a project to its end.

So to me, Air is a precious ally. It keeps me going as long as I can breathe. Helping me take decisions, make choices, inspiring me, relaxing me… And see as clearly as I can.

This week, take time to get in touch with your thoughts, your mind, and unveil what needs to be seen. See it as an opportunity to be at peace with yourself. Because you deserve it.

The card

Third one of the series. This one was challenging. I didn’t want to just draw an empty circle (I would have, if I got stuck, clearly hahaha). I took a break and went to make a cup of tea. And it hit me when I saw the steam… clouds. Oh, I know, technically it’s water… but then while I kept wondering how to represent the idea of something you can’t see, I took my cup of tea and watched through my window… a big storm was coming, and I could see the clouds moving really quickly… ok… so yes, clouds it will be! I didn’t get frustrated, I kept my thoughts on the idea of air, and opened my mind in order to allow it to inspire me, so I could make my choice… Air in a nutshell! I hope you’ll like it.

My journey

Our journal

I wish you a beautiful week.

Le Bosquet de l’Alchimiste 27. Les éléments: l’Eau

Cette semaine nous poursuivons notre exploration des quatre éléments. Après la passion du feu, il est temps de nous plonger dans la profonde purification de l’Eau.

Lorsque je me sens stressée par une journée de travail, ou simplement après avoir été en présence de trop de monde, je prends une longue douche. Pour moi, c’est un moment où je prends soin de moi. Je mets de la musique douce mais puissante, j’allume quelques bougies, j’attrape ma serviette de bain la plus douce, et j’entre dans un état presque méditatif. Je règle la température de l’eau sur chaud, parce que, pour moi, l’eau chaud est protectrice, aimante, réconfortante. Je suis alors prête à laisser l’Eau accomplir sa magie. Laissez-moi partager avec vous ce moment, que j’appelle ma médiation purificatrice.

Alors que je laisse l’eau couler sur mon corps de haut en bas, je l’imagine tout nettoyer. Je me concentre sur chaque partie de mon corps. Je sui parfaitement conscience que l’eau ne fait que couler à l’extérieur de mon corps, mais j’essaie de visualiser chaque partie de mon corps être nettoyée de l’intérieur également.

  • Je commence par ma tête, mes pensées, mon esprit, mes analyses sans fin… ça me prend un certain temps, parce que j’ai stocké ici tout ce qui s’est passé dans la journée, et j’ai besoin d’y mettre un peu d’ordre. Je reconnais ce qui doit l’être, et je lâche prise sur ce qui n’a pas besoin de rester.. jusqu’à ce que ma paix intérieure soit de retour, jusqu’à ce que mes pensées soient calmes.
  • Puis je passe à ma gorge, à ce qui peut être est resté coincé, à une couleuvre que j’ai du avaler, à la parole que je n’ai pas pu/su dire… J’en prend connaissance, j’en prends conscience, et je le laisse partir. Je m’en libère. Je passe alors à ma nuque, à tout le contrôle dont j’ai du faire preuve dans la journée. Je peux être moi-même, je n’en ai plus besoin. je le laisse partir, ainsi que la tension qu’il implique… Je laisse l’eau chaude masser ma nuque pendant un moment, jusqu’à ce que mes muscles soient plus détendus.. j’ai remarqué que c’est souvent à ce moment là que je commence à cahntonner, la bouche fermée, au rythme de la musique. Les vibrations de ma voix s’associent à l’eau chaude pour m’apporter un masage réconfortant à la fois de l’intérieur et de l’extérieur.
  • Je passe alors à mes épaules. Je prends conscience du poids que j’y ai mis pendant ma journée, petit à petit. je suis ici et maintenant dans un lieu sûr, je n’ai plus besoin de le porter. Je le relâche, je le nettoie. je peux sentir mes muscles se détendre sous l’action de l’eau chaude, cette cascade d’eau purificatrice qui vient de ma pomme de douche. Mon cou peu bouger plus facilement, je n’ai plus besoin de contrôler quoi que ce soit, juste de me laisser porter. je commence à respirer plus facilement, je ne suis plus écrasée par ce que je me suis imposée dans la journée.
  • La prochaine étape est de me concentrer sur mes poumons. Je prends de profondes inspirations, en visualisant l’air propre et frais entrer en moi, remplir mes poumons, ôter toutes les particules résiduelles de mon stress, et permettre à mes poumons de se déployer librement. En général, je prends une longue inspiration, bloque ma respiration pendant 5 à 6 secondes, pour permettre à l’air de faire son travail, puis j’expire fortement par la bouche, pour faciliter l’expulsion de ce qui n’a plus à être là. Je recommence ce cycle 3 ou 4 fois, jusqu’à ce que ma respiration soit plus aisée. La vapeur dans l’air apporte cette purification supplémentaire, dans mon esprit du moins.
  • Puis je passe à mon coeur. je peux le sentir pulser calmement maintenant, et je laisse mes émotion sortir. je me libère de tout ce que j’ai ressenti pendant la journée. Sans juger, dans l’acceptation. Ce sont mes émotions, elles sont réelles, et elles m’apprennent chacune quelque chose sur ma vision du monde. Chacune a son importance, et je suis fière de la palette émotionnelle que je possède aujourd’hui. Puis je me concentre sur la circulation de ce torrent de sang frais et propre dans mon corps, envoyé par mon coeur libéré. C’est à ce moment-là aussi que je me débarrase de mes émotions débordantes. Les jours très compliqués je laisse couler mes larmes. En connectant mon eau intérieur à celle qui nettoie mon corps de l’extérieur.. je reste un moment ainsi, jusqu’à ce que je sente une harmonisationentre mon flux intérieur et la cascade qui continue de s’écouler de dessus ma tête.
  • Je déplace alors mon attention à mon estomac, à mon abdomen, à mes intestins… Que dois-je digérer de cette journée? Qu’est ce qui a du mal à passer? J’essaie d’être la plus honnête possible avec moi-même. C’est sur quoi j’aurai à travailler… une fois trouvé, je le relâche aussi, je le nettoie de mon corps. Je l’ai reconnu, ça n’a plus besoin de rester en moi.
  • En général, à ce moment de la méditation, je passe à ma colonne vertébrale. Je bouge mon corps afin que l’eau chaude puisse la masser. J’ai besoin d’en prendre soin, puisqu’elle me permet de rester droite, qu’elle me donne la structure solide sur laquelle je me construis, tout en étant souple. J’essaie de faire en sorte que chaque vertèbre soit massée par l’eau qui tombe. Elles font partie d’un tout, elles se soutiennent les unes les autres, et ensemble elles m’offre un cadre solide. Je les en remercie.
  • Je passe alors à mes hanches, à ma région pelvique, et je contracte puis relâche mon périnée, le centre de mon corps. j’aime visualiser l’eau aller du sommet de ma tête à mon périnée, nettoyant ce pillier qu’est ma colonne vertébrale. Mon périnée en est la base… J’en prends conscience, en le contractant alors que je prends une large inspiration, et en le relachant sur l’expiration.
  • je me concentre alors sur mes jambes, en faisant un arrêt par mes genoux, pour les remercier de me soutenir quoi qu’il arrive. Je relâche les tensions potentielles, en je disant « je suis complètement soutenue, je me soutiens complètement »…
  • Arrive le moment de clore ma médiation. Je visualise une dernière fois l’eau courant dans tout mon corps, et je la laisse s’échapper par mes doigts et mes pieds, la laissant rejoindre l’eau de la douche courant sur ma peau. Je suis désormais purifiée de l’intérieur et de l’extérieur.
  • Je prends une dernière profonde respiration, coupe l’eau, m’enveloppe dans ma serviette et je vais me préparer une tasse de mon thé préféré du moment, à la lumière des bougies et au son de ma musique. Je me sens en paix.

Et voilà ! Les jours très compliqués, cette méditation peut prendre un certain temps. Mais en général, elle ne me prend que quelques minutes, surtout si je la pratique très régulièrement. J’essaie de ne pas laisser mon stress ou la négativité me submerger. En général, je m’installe ensuite à mon bureau et note ce que j’ai remarqué, ce qui a été porté à mon attention, que ce soit l’absence d’une tension habituelle, ou au contraire quelque chose sur laquelle je dois travailler. Mais c’est vraiment un moment pour moi.

Il m’arrive également de faire le même genre de visualisation sans pour autant être sous la douche. C’est alors un travail de visualisation, en imaginant une cascade couler du sommet de la tête au pieds, en passant par tous les recoin de mon corps. je n’oublie pas alors de finir par la visualiser coulant sur ma peau!

L’eau est aussi l’élément des cycles, et j’ai avec le temps appris à les percevoir plus facilement. Ils rythment ma vie quotidienne, même si je ne crains pas de les briser de temps en temps pour explorer ce qui existe en dehors de ce cadre… Et puis j’ai décidé que je pouvoir m’autoriser à me laisser porter dans certains domaines de ma vie… suivre le flux de la vie là où elle m’entraine, sans poser de questions, mais en profitant de ce qu’elle a à m’offrir. Je me sens de ce fait beaucoup plus en harmonie avec moi même.. Et lorsque la vie me bouscule, ej tiens bon, en pensant à cette douche qui m’attends lorsque je rentrerai chez moi.

Alors cette semaine, laissez l’Eau vous guider. Embrassez vos émotions, purifiez-vous de l’intérieur et de l’extérieur, et profitez des cycles de la vie! Parce que vous le méritez.

La carte

Deuxième carte de la série des éléments! Je suis partie de l’idée d’une douce vague, avec un peu de profondeur. C’est un dessin tout simpl, mais les cartes des éléments sont plus liée à l’essence des éléments qu’à leur représentation… J’espère que vous l’aimerez.

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une douce semaine.

The Alchemist Grove 27. The Elements : Water.

This week we go on exploring the four elements. After the passion of Fire, it’s time for us to dive into the deep purification of Water.

When I feel stressed after a working day, or after simply being with too many people, I go and take a long shower. I love to see it as a special self care moment. I put some calm, but powerful music on, light a few candles, grab my favorite towel and I enter this quite meditative state. I set the water temperature to rather high, because to me, warm water is protective, loving, comforting. I am now ready to let Water do its magic. Let me share this practice with you. I call it my cleansing meditation.

As I let the water running from top to bottom, and I envision it washing all away. I focus on each part of my body. I am perfectly conscious that the water is only running on the outside of my body, but I try to envision each part of my body being cleansed too.

  • I begin with my head, my thoughts, my mind, my meandering analysis… it takes me a while, because I stocked there everything that happens during the day, and it need to be ordered a bit. I acknowledge what needs to be acknowledge, release what is not required to stay. Until I am back to inner peace, to the calmness of thoughts.
  • Then, I move to my shoulders, I acknowledge the weight I put on them during my day, piece by piece. I am now and here in a safe place, I don’t need to wear is anymore. I release it, washing it all away. I can feel my muscles relaxing under the action of the warm water, this waterfall of cleansing water coming from my shower head. My neck can move more easily, I don’t need to control anything anymore, I just go with the flow. I start breathing more easily, as I don’t feel this heaviness anymore.
  • Next step is to focus on my lungs. I take deep breaths, envisioning clean fresh air coming in, filling my lungs, taking all the remaining particles of stress away, allowing my lungs to expand. I usually take deep inspirations, envisioning this clean fresh air, then hold it for 5 to 6 seconds, to allow it to do its job, and exhale through my mouths with strength, in order to let it go. I do it 3 to 4 times, until I feel my respiration is far easier. The water drops in the air bring this extra cleansing, in my mind anyway.
  • Now is the time to focus on my heart. I can feel it pulsating calmly by now, and I can let all the emotions go too. I free it from everything I felt during my day. And I focus on the circulation of this clean stream of blood it sends through my whole body. This is when I usually let go of overwhelming emotions. In particularly tough days, I can let my tears go to. Connecting my inner water to the one cleaning my body from outside… I stay there, until I feel an harmony between my inner flow and the waterfall still flowing from above my head.
  • I then move my attention to my stomach, to my bowel, to my lower abdomen… What do I need to digest from this day, from this event? I try to really be honest with myself… Once I found what really was difficult for me to digest, I let it go, I let it be washed away too. I acknowledge its reality, I don’t need it to bother me anymore. It can go away.
  • Usually at that time of the meditation, I focus on my spine, moving slightly my body so that the warm water can massage it. I need to take care of my backbone, as it allows me to stand up, it brings me the solid structure to build my whole self from, being flexible when required, but strong. I try to have the water run on each of my vertebraes. They are part of a whole, they support each other and together they offer me a solid frame. I thank them for that.
  • I move to my hips, my pubic area, contracting and release my perinea, center of my body. I like to envision the water going from the top of my head to my perinea, cleaning this pillar which is my spine. My perinea is the base of it.
  • I then focus on my legs, making a stop by my knees, thanking them to support me. I release any tension I may feel there, focusing on these words in my head « I am fully supported, I support myself fully ».
  • Now is the time to close the meditation, I envision a last time the water running through my whole body, and I let it go through my finger tips and my toes, joining the warm water running on my body, to be released and letting me be cleanse from inside out.
  • And I take a last deep breath before stopping the water, wrapping my in my towel and going to make me a good up of my favorite tea of the moment. I feel at peace.

So here it is. I hope you can try it and enjoy this as much as I do.

You can also do it a sole meditation practice. You can go through the whole process without standing under a shower, just envisioning a waterfall going from the top of your head through your body.

Water is also the element of emotions, of cycles. I decided a while ago to go with the flow, to listen to what I feel and act accordingly. I feel in harmony with myself. And if I can’t, for whatever reason, I hold on, thinking about the good shower I will take when back home.

On my darkest days, I shut my emotions. It was a matter of survival, truly. I needed to get out of the place I was in my life, and I thought I wouldn’t be able to do so if I listen to everything I could feel. It was my way of dealing with those events and I learned a lot. I also actually got out and when time has come, I could open again to my emotions. It took me some time to align myself again with the intensity of some of them, but I embraced the process. I now welcome each of my emotions, as they are mine. They are part of my own life experience. They are landmarks of my journey. I don’t try to repress them or to judge them. They all have something to teach me. And each of them is valuable. The palette of my emotions is what makes me who I am. And I am thankful to be able to feel the way I do.

So this week, let Water guide you. Embrace your emotions, purify yourself inside out, and enjoy the cycle of life! Because you deserve it.

The card

Second one of the elemental card! I went with the idea of a soft wave, with some depth. it’s a simple design, but these cards are more about the essence than the representation. I hope you’ll like it.

My journey

Our journal

I wish you a good and beautiful week. Next week, we will explore Air!

Le Bosquet de l’Alchimiste 27. Les éléments: le feu.

Cette semaine, nous commencerons à explorer les quatre éléments, en commençant par le Feu. Le Feu représente la passion, la motivation et l’action.

Je me sens à l’aube d’un nouveau cycle dans ma vie, il me paraissait donc que le moment était venu de faire un point avec chacun des éléments, pour me souvenir de chacun d’eux et de les intégrer à l’intérieur de moi pour passer ce cap. Et puisque la dernière étape était le Soleil, il me paraissait logique de commencer par le Feu.

Je suis quelqu’un de passionnée. Lorsque je me sens attirée par quelque chose, je vais tout mettre en oeuvre pour le comprendre, le mettre en perspective, le maitriser. Je suis plutôt déterminée et rien en peut m’arrêter si j’ai décidé d’accomplir quelque chose. J’ai en moi cette curiosité qui me semble infinie parfois, et je n’ai pas peur d’agir pour aller vers ce qui mérite toute mon attention.

Ma guerrière intérieure est nourrie de cette flamme interne. Je n’ai peur de rien (que me reste-t-il à perdre? Rien), je suis déterminée et je peux supporter beaucoup. Je n’ai pas peur de me battre pour une cause qui me semble le valoir. Je n’ai pas peur de la défaite, puisque je sais que je resurgirai de mes cendres, plus forte, plus sage, et encore plus déterminée. J’ai en moi cette soif de vivre qui me pousse à agir comme bon me semble. Je n’ai pas peur de me montrer telle que je suis, et on peut définitivement sentir le feu qui m’anime.

Le Feu est également la créativité. C’est l’étincelle qui allume l’inspiration, l’enthousiasme de la création, les visions que j’essaie de manifester. Tout peut être inspiration. Tout peut être la source d’une spirale enflammée d’art, sous la forme qu’il désire.

Le Feu est la vie qui brûle au plus profond, qui me donne l’envie et la force d’aller plsu loin, plus profond, plus haut, sans crainte, et en m’attendant à l’inattendu. C’est ce qui m’inspire, ce qui me fait créer, ce qui me pousse à partager, avec enthousiasme.

Le Feu était vraiment celui avec qui j’avais besoin de m’aligner cette semaine.

Alors cette semaine, explorez l’élément de Feu dans votre vie, acceptez-le comme faisant partie de vous et profitez du voyage qu’il vous offre!

Parce que vous le méritez.

La carte

J’ai dessiné 4 cartes cette semaine, une pour chaque élément. Elles sont toutes sous la même forme, elles représentent chacune l’essence de chaque élément, pour moi. Elles sont donc simples, directes, mais emplies de leur propre magie. Je n’avais jamais dessiné de flamme auparavant, et ça a été une expérience que j’ai vraiment aimée. J’espère que vous l’aimerez aussi!

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une douce semaine.

The Alchemist Grove 26. The Elements: Fire.

This week, we will start to explore the four elements, beginning with Fire. Fire is passion, motivation, will, action.

As I feel at the edge of beginning a new cycle of my life, I felt as appropriate to check with each of the elements, to remember and integrate each of them within me for the time being. And as the last stage was Sun, starting with fire seemed appropriate.

I am a rather passionate being. When I feel drawn to something, I will aim all my will to understand it, put it in perspective, master it. I am strong willed and nothing can stop me if I set my mind on something. I am driven by a seemingly endless curiosity, and I am not afraid to act upon things I think deserve my whole attention.

My inner warrior is fueled by this inner flame of mine. I am fearless (what is left for me to lose? Nothing), strong willed, and I can take a lot. I am not afraid to fight for something I feel is worth it. I am not afraid to be defeated, as I know that I will then rise from my own ashes, stronger, wiser, and even more determined. I have this thirst for life that pushes me to act whenever I feel like. I am not afraid to show my true colors to the world, and they can definitely feel the fire burning within.

Fire is also creativity. It’s the spark that ignite inspiration, the enthusiasm of creation, the visions I try to manifest. Anything can be inspiration. Anything can be the source of a blazing spiral of art, in the form they choose to be.

Fire is the life that burns within, is what makes me go further, go deeper, go higher, without fear, expecting the unexpected. It’s what inspires me, what makes me create, share, with enthusiasm.

Fire was meant to be the first element I align with, this week.

So this week, explore the element of fire in your life, accept it as a part of you and enjoy the ride it will offer you!

The card

I drew 4 cards last week, one for each of the elements. They are all in the same format, they all represent the essence of each element, to me. Therefore they are simple, straightforward, but full of their own magic. I never truly drew a flame before, and it was an experiment I really enjoyed. I hope you like it too!

My journey

Our journal

I wish you a sweet week, because you deserve it.

%d blogueurs aiment cette page :