Le Bosquet de l’Alchimiste 24. La colline.

Cette semaine, nous nous concentrerons sur nos buts, et pourquoi pas sur la poursuite d’une quête!

Parfois, nous nous sentons englués dans nos vie ordinaire. Nous perdons notre motivation, ou cette étincelle qui nous donne envie d’aller plus loin, de nous projeter dans quelque chose. Nous vivons au jour le jour, sans enthousiasme, nous suivons une routine qui perd peu à peu de son sens. C’est exactement la manière dont j’ai ressenti cette année. J’allais travailler, faisais ce que j’avais à faire, malgré tous les obstacles et freins qu’on pouvait placer sur mon chemin. Avec en plus cette peur chevillée au corps due à la pandémie, de tomber malade, ou qu’un des enfants transmette le virus à un membre fragile de leur famille. Nous ne pouvions pas utiliser le matériel collectif, je ne pouvais pas travailler comme j’avais l’habitude de le faire, avec tous ces petites choses qui rendaient la classe plus sympa. Et puis enseigner la lecture masquée, comme dire, ce n’est pas vraiment le plus efficace… Sans parler du fait que les enfants n’avaient que nos yeux pour lire nos expressions faciales, ce qui a réellement été un frein dans le lien qu’on peut établir avec eux, et tout était plus compliqué… Néanmoins, j’ai fait ce que je devais faire pour les emmener là où ils devaient aller. Sans enthousiasme, sans étincelle, en essayant de préserver ma voix et mon souffle du mieux possible… J’ai vraiment songé à démissionner à un moment donné (pas tellement à cause de ces conditions, mais surtout à cause de tous les à cotés, la sensation de n’être qu’une nounou gratuite, le manque de considération ou de connaissance du métier des supérieurs qui nous rajoutaient encore et encore des bâtons dans les roues… en changeant le protocole parfois d’une semaine sur l’autre, en nous donnant des informations contradictoires, que nous apprenions en même temps que la population générale à la télé et que nous devions justifier alors que… bon… voila quoi… ce à quoi s’est ajouté un aveuglement presque criminel.. bref, je suis encore bien amère, et ça ne risque pas de changer, à vrai dire). Et puis un matin, j’ai décidé que ça suffisait… je ne pouvais rien faire contre tout ça. Par contre, je pouvais changer ma manière de faire, pour la rendre plus agréable pour moi et les enfants… J’avais besoin de quelque chose qui rallume ma flamme, qui redonne du sens à mon travail. Et j’ai agi dans ce sens. L’année prochaine, je change tout. Je vais retrouver de l’intérêt et de l’enthousiasme à faire mon travail. Et je continuerai à rééquilibrer les choses entre ma vie privée et ma vie professionnelle. J’ai fait des recherches, j’ai passé des commandes et je me suis sentie immédiatement soulagée. J’ai quelque chose sur laquelle travailler, je me lance un nouveau défi, que je compte bien remporter, j’ai retrouvé ma motivation. J’ai beaucoup de travail à faire cet été pour tout mettre en place, mais l’année prochaine, je serai beaucoup plus sereine et motivée. Mon étincelle est de retour. Je me sens déjà beaucoup mieux.

Lorsque j’y repense, ce n’est même pas ce que je vais mettre en place qui me motive, c’est le fait que j’ai décidé de le faire. J’ai pris ma décision, j’ai défini mon intention, j’ai agi dans son sens. Je me sentais prisonnière de sables mouvants, à me demander comment m’en sortir, où comment avancer… Et aujourd’hui, je me projette vers une toute nouvelle direction. Juste comme ça. Et j’ai réalisé que c’était ainsi que je fonctionnais. Je fais ce qu’on me demande de faire, parce que c’est ce que je dois faire… Et je me perds en route… surtout lorsque les ordres sont contradictoires, que je dois aussi faire avec des difficultés additionnelles, des imprévus qui remettent tout en cause sans avoir les moyen d’y faire face. je dois alors m’adapter à des trucs sans aucun sens… et les justifier… ce qui accroit ma frustration, et je passe toute mon énergie à la gérer… et je ne suis toujours pas douée pour le faire, même si j’y travaille… la frustration prend le dessus. Et je me sens impuissante, au lieu de trouver un moyen de prendre le dessus et de redonner du sens en laissant parler mon esprit plus que créatif…

Dès que j’ai réagi, et agi, j’ai repris le contrôle, dans un sens. Je n’étais plus écrasée par tout ça. Je ne subissais plus, je le surmontais. ce qui avait été ma zone de confort était devenu un lieu vraiment inconfortable, j’avais besoin de plus d’espace, de reprendre une bouffée d’air frais. Et c’est exactement ce que j’ai fait: m’autoriser à prendre un peu d’air frais et étendre ma vision sur mon travail. En le regardant sous un autre angle, je n’étais plus coincée, je n’étouffais plus. je n’étais plus frustrée. Il est redevenu excitant, plein de sens et j’avais de nouveau envie.

C’est aussi vrai pour d’autres domaines de ma vie. Je peux me sentir submergée parfois, mais à partir du moment où je décide d’agir, je découvre souvent que cette sensation n’était qu’une illusion. Je peux faire tout ce que je désire, il suffit que je le veuille. Étrangement, je découvre bien souvent que tout va bien plus vite que je ne l’aurai pensé. Toute l’énergie que je dépensais à nourrir ma frustration se retrouve maintenant dirigée vers quelque chose de positif, de constructif. Quelque chose qui m’élève, au lieu de m’écraser.

Alors cette semaine, établissez des objectifs pour un domaine de votre vie. Vous pouvez commencer par un objectif facile à atteindre, quelque chose qui vous parait accessible. Et agissez. Que ce soit en faisant de tous petits pas, ou en sautant à pieds joints dedans. Faites des recherches, acquérez le matériel dont vous aurez besoin, faites des plans, et lancez vous. Parce que vous le méritez.

La carte

Lorsque j’ai pensé à ce que signifiait le mot ‘objectif’ pour moi, j’ai visualisé cette pierre au sommet d’une colline. Quelque chose que l’on peut atteindre, quelque chose que l’on peut voir alors qu’on va vers elle. Elle devait être spéciale, alors je lui ai donné cette couleur fuchsia, pour qu’elle contraste avec son environnement. Je me sens plus en confiance pour essayer de nouvelles choses, pour expérimenter, et je me suis bien amusée pour faire l’arbre et les buissons, et lorsque j’ai tenté de dessiner les rochers et la mousse. Au départ, les rochers devaient être dans une couleurs bien plus sombre, mais j’ai changé pour une couleur plus neutre. Parce que nos yeux doivent se porter vers la pierre au sommet de la colline, et non sur ces rochers à la fois protecteurs et bloquants. Je pense avoir réussi à exprimer ce que j’avais en tête.

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une semaine à la fois douce et excitante.

The Alchemist Grove 24. The Hill

This week, we will focus on reaching a goal, on accomplishing a quest.

Sometimes, we feel stuck in our everyday life. We loose the motivation or the little spark that makes us willing to go further, to project ourselves into something. We just take one day as it comes, and live through it, without any enthusiasm or joy. This year was like that, to me. I went to work, did my job the best way I could with all the boundaries and blocks placed by the pandemy, with a fear anchored in my guts each and everyday. To be sick, to have a kid pass it to one of his high risk family members… We couldn’t use common material, we all had to wear a mask (not the 2 first months though, only teacher had to). Have you every tried to teach language and phonology with a mask on? Yeah, not that easy. Have you ever tried to get 25 kids attention while the only facial expression they can read are your eyes? Nearly impossible… Anyway, I decided to just do what I had to do and to get them where I was supposed to get them. No sparks, no enthusiasm… I almost thought about quitting at one point (because the situation was difficult, but if you add administration blindness and meaningless orders, well, it’s getting close to mistreatment… ). Then I decided to have a goal, something that would ignite my spark back, something that would give a sense back to my job. I decided to change my whole way of teaching, next year. This year is almost done, I can’t do anything about it, but next year, I want to be the teacher I usually am, and I also want to balance my private and professional life in a way that won’t let the second one take over the first. I did my researches, and the simple fact that I will take a new start made me feel relieved. As soon as I set my goals and acted upon them, everything changed. I have something to work towards, I have a challenge to face, I have a lot of work to do, this summer, but it will be something I build, not something I just follow while I wait for the end of the year to come. This is something that I can do no matter the circumstances, that I will be able to improve and to take joy doing. My spark is back. And I already am in a better place. Right now.

When I think about it, it’s not even the actual goal that made me find my motivation back. It’s the action I took, once I took my decision, once, I set my intention. I was stuck in a swamp, up to my waist, wondering how to get out or even to go on… And now I feel like I was lifted out of there, and projected in a whole different direction, just like that. And then I realized that this is the way I work, actually. I go on the way I am supposed to go, because this is the way I am told to go. I lose myself in the process… especially when the orders are contradictory, that you also have to deal with unexpected additional difficulties to overcome… when I have to adapt to meaningless things… It increases my frustration, and I spend a lot of energy to deal with it… And I am still not good at that, even if I work on it… It took over my professional life. And I felt helpless, instead of finding a way to own it and to go my own way, to find a way to creatively make everything more meaningful.

As soon as i decided to react, to act, and to gain back some control, in a way, I wasn’t crushed anymore by all this. I wasn’t enduring it. I was overcoming. What was my comfort zone became a very uncomfortable place, I needed more space, I needed a new breath of fresh air. And that’s what I managed to do: allowing me to take some fresh air and to expand my vision on my job. By looking at it from another perspective, I wasn’t stuck anymore. It wasn’t boring anymore, it wasn’t frustrating anymore. It became exciting again, it made sense again, I was enjoying it again.

This is true for other realms of my life too. I can feel overwhelmed sometimes, stuck, but as soon as I decide to act on it, I discover that it was only an illusion. I can do whatever I put my mind to do. I just have to stop running, stand up and declare that from now on, I am working on it. Weirdly, everything goes in the right direction far faster than I first thought it would. And all the energy I spent feeding my frustration is now aimed to something more positive, actually meaningful, something that lift me up instead of crushing me down.

So this week, set goals for a realm of your life. A small easily reachable goal. And act towards it. Baby steps or giant jump, it doesn’t matter, just act. Do researches, get the material you need, make a plan, and go forward. Because you deserve it.

The card

When I thought about a goal, I envisioned this stone on top of a hill. Something you can reach, something you can keep your eyes on while you walk towards it. It had to be special, so I went for a pinkish color, to contrast with the environment. I feel more confident to try new stuff, to experiment, and I had a lot of fun playing with the tree and bushes, and to try and draw the rocks and moss. I first went with a far darker color for the rocks, but changed it to this more neutral hue. Because our eyes have to be on the stone on top of the hill, not on those protective but blocking rocks. I think I managed to express it. I hope you’ll like it too.

My journey

Our journal

I wish you a sweet exciting week!

Le Bosquet de l’Alchimiste 23. Le camp.

Cette semaine, nous faisons une pause, nous prenons soin de nous.

J’ai besoin de faire des pauses régulièrement, de m’éloigner du tourbillon de la vie. Je peux le faire pendant quelques heures, une journée entière, voir plusieurs jours. J’ai besoin de me retrouver avec moi-même, de me recharger énergétiquement, et de profiter de la solitude. C’est une sorte de rituel de purification pour moi. Lorsque je commence à être submergée par les émotions, ou que je me rends compte que je perds contact avec ce qui compte vraiment à mes yeux, il est temps de prendre du recul. Avec le temps, je sais reconnaitre les premiers signes et il me suffit de méditer un peu, d’écouter de la musique, de dessiner, pour retrouver ma sérénité. Mais parfois, la vie me heurte comme un tsunami et je sais que je vais avoir besoin d’un peu plus de temps pour revenir à la paix intérieure.

Alors, dans ces cas là, je m’organise, je prévois, je préviens mes proches que j’ai besoin de temps pour moi, afin qu’ils ne s’inquiètent pas si je ne réponds pas au téléphone ou aux messages, et j’entre dans ma bulle. Je commence en général avec une bonne douche, voir un bain dans lequel je mets de la lavande et du sel de l’Himalaya. Je nourris mon corps d’huile végétale, et je m’enveloppe dans les vêtements et/ou la couverture les plus doux et confortables que je possède. Je me prépare une infusion (j’adapte les mélanges de plantes à mes besoins). Et je mets mes écouteurs, qui finissent de me couper du monde extérieur. Je peux méditer, ou bidouiller, ou écrire, peindre, dessiner, jouer de la musique… Je fais ce que je sens devoir faire pour me sentir bien. C’est un moment d’ancrage, de retour à soi.

Je peux aussi faire la grasse matinée, obtenir le repos dont j’ai besoin, et rester au lit en écoutant les chants des oiseaux le matin, sentir la chaleur et la lumière du soleil sur ma peau. Je peux aller dehors, m’installer sur une couverture au bord du lac. Je fais ce qui m’apporte la détente, l’harmonie avec moi-même. C’est un moment en dehors du temps, où je peux reprendre contact avec mon moi le plus profond, où je donne à mon corps ce dont il a besoin pour se régénérer.

Puis lorsque je me sens de nouveau en paix, je reviens à ma routine quotidienne, tout en étant en phase avec mon être dans son entièreté. Je profite aussi de ces moments pour fabriquer mes petites ‘capsules’. Ce sont des choses que je peux faire en quelques minutes pour me détendre. Je me prépare ces petits cadeaux pour ne pas avoir à ajouter le stress de la préparation en cas d’urgence de zénitude hahaha. Ces capsules peuvent être des méditations spécifiques, des techniques respiratoires, des mudras, un projet de gribouillage, une activité créative etc… je rassemble ce dont j’ai besoin (une playlist, une guidance audio, un tutoriel, du matériel etc… ) et je les dépose dans une boite spécifique à la maison. lorsque j’ai besoin de me détendre mais que je n’ai que peu de temps, je peux piocher une de mes capsules dans la boite et en profiter. J’aime l’idée de prendre soin de mon futur moi, d’intégrer sa vulnérabilité et de lui proposer quelque chose d’efficace, d’accessible et de simple.

Cette semaine, prenez le temps de faire une pause, et fabriquez vos propres capsules. Si vous le désirez, je peux vous donner des idées et des exemples. Et pourquoi ne pas constituer une boite tous ensemble? Parce que vous le méritez.

La carte

Si j’avais un jardin, c’est ce que vous y trouveriez hahaha. Lorsque je médite pour me détendre, c’est le genre de lieu que je visualise. Je voulais le rendre aussi léger que possible, puisqu’il n’y a rien de pesant dans notre pause. Je voulais que ce soit un lieu ouvert, puisque nous relâchons tout le stress que nous avons accumulé. Je voulais qu’il soit confortable et accueillant, parce que… c’est le but! Et coloré, parce que la vie est bien plus belle en couleurs. Je voulais qu’il soit éclairé par plusieurs bougies, parce que leur lumière douce est précisément ce dont nous avons besoin. Mais je ne suis pas sûre d’avoir réussi à illustrer correctement les multiples sources de lumière, mais pour le moment, c’est le mieux que je puisse faire. Et oui, même si nous faisons une pause, nous sommes toujours protégés par la magie de la vie… j’espère que vous l’aimez!

Mon voyage

Notre journal

The Alchemist Grove 23. The Camp.

This week, we will take a break, step back and take care of ourselves.

I need to take breaks regularly from the whirlpool that life can be. I can take a few hours only, or full days, just being by myself, energetically reloading, and enjoying solitude. It’s a cleansing habit of mine. When I start to be overwhelmed by my emotions, or that I feel I lose touch with what truly matters to me, I know it’s time for me to step back. I usually can feel the first signs and just meditate for a while, listening to music or drawing. But sometimes, it gets me like a wave and I know I will need more time to come back to peace.

So I do groceries and make sure I have everything I need, I tell my friends and family I need some time for myself, so they don’t need to worry if I don’t answer my phone or messages, and I enter my bubble. I usually start with a warm shower, or even a bath in which I put lavender and Himalayan salt. I spread floral oil on my body to sooth it, and bring it comfort, I then wrap myself in the softest clothes and/or blankets I have, and make a warm tea (depending on what I feel, I can go with different herbal mixes). I put my headphones on and cut myself from the outer world. The time has come to ground myself. I can meditate, or craft, write, draw, paint, do whatever I feel like, and what I feel drawn to listen. It’s not a time to attract anything. It a time to put some order within, and to anchor ourselves.

I can oversleep, getting the rest I need, and stay in bed while listening to the bird songs in the morning, feeling the warmth of the sun on my skin. I can go outside and spend some time on a blanket by the lake. I do whatever I feel like doing in order to relax, to harmonize myself within and out. It’s just a time out of time, when I can get back in touch with my soul, when I give my body what it needs to rejuvenate.

Then when I feel in peace again, I go back to my everyday routine, being in tune again with my true self. I also make sure I got some ‘capsules’ ready in case I need them. This are small things I can do in minutes or really short amount of time to relax. It can be a specific meditation, a breathing practice, a drawing project, a creative activity… I gather all I need (playlist, audio guidance, material) and put it in a specific box at home. When I need to relax but don’t have a lot of time to do so, I just go and pick something from the box and enjoy. The fact that I took care of my future self care is also really efficient to get into the activity and to relax.

So this week, take time to rest, and build yourself some self care capsules. If you want to, I can give you ideas and examples. But do it, because you deserve it.

The card

If I had a garden, this is what you would find in it hahaha. When I meditate to relax, this is the kind of thing I would visualize and interact with. I wanted it to feel as aerial as I could draw it, as nothing is heavy during our retreat. I wanted it to be open, as we release all the stress we have accumulated. I wanted it to be comfortable because.. well, it’s the whole point! And colorful because colors are life. I wanted it to be lit by several candles, for their soft light is what we need.. Dealing with multiple light sources wasn’t that easy, and I am pretty happy with what I did at this point of my digital painting journey. And yes, even if we rest and relax, we are still protected by Life’s magic… i hope you like it as much as I do!

My journey

Our journal

I wish you a sweet and resting week.

Le Bosquet de l’Alchimiste 22. Le Chemin.

Cette semaine, nous nous concentrerons sur le lâcher prise, sur le fait de se laisser porter, de faire confiance à notre cheminement. Parfois, nous avons besoin d’arrêter de chercher à comprendre. Nous avons juste besoin de suivre le flux, de remarquer les synchronicités et de nous laisser porter.

Lorsque je me sens engluée dans un domaine de ma vie, je ne suis plus frustrée comme j’ai pu l’être pendant longtemps. Je lâche prise et j’ouvre mes yeux et mon esprit pour remarquer les petits riens qui vont me montrer le chemin vers le retour à la confiance en moi, à la joie et à la sérénité. Je continue de faire ce que j’ai à faire, mais je n’y suis plus liée émotionnellement. Je suis focalisée sur les indices qui m’aideront à sortir de cette sensation vraiment désagréable. Et la plupart du temps, ça arrive d’une manière à la fois vraiment inattendue et très efficace. Par exemple, cette année, je ne me sentais vraiment pas bien dans mon travail. Une accumulation de facteurs m’ont menée au bord du burn out et je commençais sérieusement à envisager une reconversion. Et j’ai reçu ces manuels scolaires (je suis enseignante)… comme ça arrive plusieurs fois par an. Mais cette fois, j’ai ouvert les spécimens. Et j’y ai trouvé ce que je cherchais et qui m’offrait une solution à une partie de ma frustration. Donc aujourd’hui, j’ai presque hâte de commencer l’année qui vient (presque parce que je dois d’abord terminer cette si longue année). J’ai retrouvé ma motivation, et je sais que je ne vais plus avoir besoin de laisser mon travail dévorer ma vie personnelle. J’ai retrouvé un enthousiasme que je pensais perdu. Alors que je me demandais comment faire, j’ai demandé le montant de mon compte de classe et j’ai de quoi équiper mes deux niveaux complètement, et donc je n’aurai pas besoin de passer mon été à tout refaire moi-même. Il y a deux mois, j’étais prête à démissionner si c’était ce qu’il fallait faire pour me sortir de tout ça. Et aujourd’hui, je me concentre sur un projet qui va m’aider à repenser ma manière de faire et qui surtout va me permettre de prendre plus de temps pour moi, et de profiter de ce que j’ai autour, qui m’apporte l’équilibre dont j’ai besoin. J’étouffais, je ne prenais plus de plaisir, cette année était compliquée à plus d’un titre, mais j’ai saisi un opportunité et tout s’est mis en place pour me permettre de reprendre mon souffle, et de trouver une dynamique qui me correspondra mieux et qui me laissera le temps de voir si je songe toujours à changer de voie. Sans pression cette fois.

De même, je me sentais vraiment engluée dans ma manière de dessiner.. j’arrivais à un pallier et je ne savais pas comment le passer. Et puis j’ai vu ce cours en ligne… j’avais assez pour payer la partie qui n’était pas offerte, mais c’était quand même un investissement… est-ce que ça valait le coup? J’essayais de peser le pour et le contre, et ça commençait à m’agacer un peu… et puis j’ai arrêté d’y penser, j’avais envie de voir, je me suis laissée portée par mon envie, et j’ai commencé la partie gratuite. ça correspond vraiment à ce dont j’ai besoin pour dépasser mon fameux pallier, je prends beaucoup de plaisir et j’ai fait de gros progrès, enlevé quelques blocages. Je profitais des chapitres offerts et mes parents, qui ne savaient rien de mes projets en la matière, m’ont offert pour mon anniversaire de quoi payer la moitié de cette formation. Je n’ai pas besoin d’y penser, je peux m’y plonger sans souci! J’en avais envie, j’ai agi pour exprimer mon intention, et je me suis laissée portée.

Pendant longtemps, je me suis protégée des autres. J’avais déjà suffisamment à gérer, entre mon deuil et ma reconstruction personnelle. Et j’en avais assez de devoir m’expliquer, sans cesse. Je suis celle que je suis. Et j’en suis fière. Je n’ai pas besoin de m’expliquer, je n’ai qu’à être… moi. J’ai pris beaucoup de temps à désinstaller mes murailles. Parce qu’elles étaient vraiment solides et épaisses, capables de faire face à tout et n’importe quoi. Et puis un jour, je me suis réveillée avec cette idée, si claire: j’en avais fini de protéger… les autres. Parce qu’en réalité, je ne me protégeais pas, je n’en avais pas besoin, mais je protégeais les émotions des autres, leurs perceptions, leur sensibilité. Assez. je me suis libérée, je sui ressortie de mes cendres, j’ai regagné la liberté d’être celle que je suis, pleinement. Ils pouvaient l’accepter, ou non, peu m’importait. Parce que j’ai confiance en mon cheminement, et que je n’ai pas à me brider, à me nier, pour que d’autres, qui en l’occurrence se posent bien moins de questions quant à leur attitude envers moi ou autrui, se sentent bien et confortés dans leur vision de la vie. Je me suis ouverte à ce qui vient, je me suis laissée portée. je n’attendais aucune connexion, je voulais juste être moi, tout simplement, pleinement. Et pourtant, en suivant ces petits riens, j’ai trouvé une communauté de personnes qui m’apprécient pour ce que je suis, qui me respectent et qui sont là pour moi. Je suis à ma place.

Je gardais également mes blessures le plus profondes pour moi. Parce qu’elles peuvent être vraiment lourdes à porter et que je ne voulais pas en charger d’autres que moi. Peu sont capables d’y faire face. Je continue mon processus de guérison, je n’en suis pas encore au bout. Mais j’ai décidé là aussi de m’en libérer, et d’en partager des bribes. Ce qui a permis à certaines personnes de mieux comprendre d’où je venais, et ça me fait du bien.

J’ai arrêté de tout prendre sur moi, même si je suis capable de le faire. J’ai décidé qu’il était temps pour moi de lâcher prise, de me laisser porter et de rester ouverte à ce qui vient, parce que j’ai confiance en mon cheminement. Je sais que je trouverai ce dont j’ai besoin lorsque j’en aurai besoin, et que ça arrivera certainement sous une forme inattendue, parfois déstabilisante, mais que ça correspondra exactement à mes besoins à ce moment là. Je m’attends à l’inattendu, en quelque sorte. Et je compte bien en profiter.

Alors cette semaine, libérez-vous des perceptions qui vous empêchent d’avancer, et choisissez de prendre les chemins de traverse si vous en avez envie. Soyez convaincus que vous trouverez ce dont vous avez besoin lorsque vous en aurez besoin. Parce que vous le méritez.

La carte

Si je poste ce billet aussi tardivement, c’est que je ne suis pas satisfaite de cette carte et que j’ai essayé de la retravailler, en vain. Elle est trop verte, trop sombre… Je la referai très vite, dès que j’aurai une vision plus claire pour l’améliorer. Je voulais exprimer que le chemin qui s’offre à nous nous appartient. Nous pouvons choisir de suivre les marches, ou nous reposer sur la pierre un moment, ou sauter sur les roches pour voir ce qui se trouve derrière, ou nous reposer un moment dans les herbes… Il y a de nombreuses possibilités, et elles font toutes partie de notre cheminement.

Mon voyage

Notre journal

The Alchemist Grove 22. The Path.

This week, we will focus on letting go, on following the flow, on trusting the process.

Sometimes, we need to stop trying to figure things out. We just have to trust in the process, be aware of synchronicities and go with the flow.

When I feel stuck in an area of my life, I don’t get frustrated anymore, as I used to. I just let go and open my eyes and mind to little things that can show me the way I need to take to regain confidence, joy and serenity. I still go on what I am doing, but I am not linked to it emotionally anymore. I am focused on clues to get out of this feeling. And usually, it is unexpectedly really effective. See, I wasn’t feeling good in my job this year. I even thought about quitting. A lot of things made me feel frustrated, and dealing with it almost lead me to burn out. As I was really considering going another way, I received some new textbooks… As I do several times a year. But this time, I opened them. And they offered me all I was missing and gave me the solution to some of my frustration. So now, I am almost (I still have to finish this year, and pfew, this one is soooo long!) eager to start anew. I found back my motivation, my mind is imagining all I could do, with an enthusiasm I thought I lost. And as I was thinking about how I could do it, my director sent me the money I still have on my class account. I have enough to buy all the textbooks and notebooks I need. And I will still have more money to do other projects… So I thought about that, and I am all excited at the thought of what I will be able to do next year. 2 months ago, I was about to quit. Today I am really motivated to explore another way of doing my job, a way that makes more sense to me, and I am sure kids will feel it and that we will all spend a good year.

I also felt I was stuck in my way of drawing… and I had the opportunity to join this online course… I even had enough money to pay for the non free part, but I was still thinking about it, was it worth it? And one day, I decided to stop worrying about it, to start the free part and to see if I liked it or not, if it was what I needed… I let go of pressure, just enjoying the process, going with the flow. And my parents, who didn’t have a clue about what I was thinking, gave me enough money to cover half the price of the course. So no more thinking, I can peacefully dive into it!

For a long time, I shielded myself from people. I had enough to deal with already, I was grieving and trying to put my pieces together. Plus I was done trying to explain myself. I am the one I am. I am proud of the one I became. I don’t need to explain myself. I just need to be … me. It took me more time to let go of my defense walls. Because they really were thick, able to face anything. And one day I woke up with this deep feeling: I am done protecting others. Because in reality, I wasn’t protecting myself, I don’t need to, but I was protecting others feelings, perceptions, sensibility. Enough. I am myself, rising from my ashes once more, shining and stronger than I ever was. Accept it, or leave me be. I let go of those restrains I put on myself. I gained back my freedom. And I trusted the journey I was taking. I began to really noticed all these little things, I opened myself to whatever came. I followed the flow, with my mind and my arms wide open. I didn’t expect to find deep connection to people, but my steps lead me to kindred souls, and I really feel I am where I am supposed to be.

I also usually keep my wounds to myself, because they are deep and heavy, and I don’t want to put them on another plate. Few are those able to handle them. I still have to heal, and have been for years. But I decided to let go too, and to share some of them.. And it allowed people to better understand where I am coming from. And it felt good.

And the loneliness due to covid and the restrictions we have here, the different lock downs and the non so logical decisions we had to put in place were starting to take a toll on me. And instead of being oppressed about it, I just let it go. It didn’t depending on me. But what depended on me was the way I was living it. So I trusted in my path. i had to live it to realize that if I was good by myself I wasn’t against having someone close in my life. And I went on with my life, following the flow. Till I realized I had someone in my life already, as we spend all our evenings together for months now. It wasn’t what I was expecting, if I expected anything, but it is exactly what I needed at that time, exactly what I was missing. And I am happy about it. I don’t know how I would have dealt with the last months without that person in my life. Trust the process, you will find what you need. Expect the unexpected. And enjoy!

So this week, let go of the perceptions that stops you from going on your path, and choose to take the cross roads if you feel like it. Just trust that you will find whatever you need whenever you need it. Because you deserve it.

The card

I am not happy with this one, and if I post this that late today, it’s because I tried to fix it a bit. I will redo it soon, I think, as soon as I find the time to do so. I wanted to express that the path were are on is ours. We can choose to follow the steps, or to rest on the rocks, or even to go on the left, to jump on the top of the hill to see what is behind, or just stopping to lie on the grass, to look at plants… there are a lot of possibilities and they are all a part of our journey.

My journey

Our journal

Have a good week. And if you feel something is wrong, just let it go, and be open to change. You will get exactly what you need, probably not what you thought or imagined. Enjoy!

Planner/Bujo: stickers de juin!

J’ai réussi à les finir pour vous les proposer aujourd’hui!! J’avoue que je me retrouve un peu submergée, entre le travail et mes projets divers et variés, sans parler de mes cours de digital painting… Mais je parviens à garder la tête hors de l’eau, à m’organiser pour pouvoir tout faire en conservant des moments pour rêver un peu aussi.

Pour le mois de Juin, j’ai choisi une palette acidulée, presque estivale. Elles s’harmonisent plutôt bien ensemble. j’ai testé la page hebdo pour vous donner une idée:

J’ai aussi choisi de coder mes projets en couleur, et j’ai pioché dans mes stylos gels pour trouver les tonalités qui correspondraient… tout en gardant l’encre noire de mon stylo plume, parce que. J’ajouterai peut-être quelques détails au stylo gel blanc, histoire de rendre tout ça plus pétillant…

Vous trouverez la base pour le planner ici (c’est un planner que j’ai acheté à action et que j’ai rebidouillé à ma sauce, ma version correspond à mes besoins, mais celle que je vous propose est plus … ‘générale’). Sur la même page, vous avez aussi la base pour la version bujo (bullet journal, je ne l’utilise pas, mais mes copines si, et elles méritent d’avoir des jolis stickers aussi!)

Voici donc les stickers du mois de juin pour la version planner:

J’ai ajouté 2 pages de stickers décoratifs, parce que j’en avais envie et qu’on a toujours besoin de se faire du bien. Par contre, il n’y a qu’une page de photos. J’espère qu’ils vous plairont!

Version Bujo

Les coloriages sont les mêmes qu’au mois de mai, je n’ai pas réussi à trouver le temps d’en faire de nouveaux, mais promis, au mois de juillet, ils seront différents!

Je vous souhaite un doux mois de juin! J’espère que mes petits stickers vous apporterons un peu de joie!

Stickers de juin: palette

Je suis en train de préparer les stickers pour mon planner action du mois de juin. Et j’ai choisi cette palette. J’espère qu’elle vous plaira!

Le Bosquet de l’Alchimiste 21. La Pierre Dressée.

Cette semaine, nous nous dresserons, immobiles, forts, fiers, pour garder et protéger ce qui doit l’être. Et nous laisserons la lumière passer à travers nous, avant de la relâcher pour que le monde puisse en profiter.

Le temps est venu de laisser le monde avoir un aperçu de notre croissance. Il y a encore beaucoup à découvrir, mais nous sommes suffisamment ancrés et forts pour commencer à nous dresser, bien droits. Parfois, il est inutile de se battre contre l’adversité. Parfois, nous avons juste besoin de nous redresser, de relever notre tête et de faire face à ce qui vient, calmement, fermement, silencieusement. Nous n’avons pas à aller où que ce soit. Ce que nous sommes, notre vie, nous appartient. Et rien ni personne n’a le droit de nous en déposséder. Nos valeurs, nos croyances nous rendent aussi forts que nous avons besoin de l’être. Et nous suffisamment sages pour ne pas conserver de négativité en nous. Au contraire, nous la laissons s’écouler, dans le sol et dans le monde, en la transformant peu à peu, en la chargeant de quelque chose de plus positif, de plus serein: notre propre énergie.

Lorsque tout semble chaotique, je m’arrête et je prends du recul. Le chaos est souvent illusoire, issu d’énergies, de pensées et d’actions contradictoires. En les regardant sous une autre perspective, depuis un point de vue plus paisible, je peux comprendre ce qui est réellement en jeu. Je peux alors discerner ce sur quoi je peux agir et ce qui ne relève pas de ma responsabilité. Je n’ai ni le temps ni l’énergie de m’occuper de ce qui n’a rien à voir avec moi. Par contre, je peux agir sur ce qui relève de mes capacités. Et si je continue à être préoccupée par le chaos environnant, j’essaie de trouver un moyen de changer ma manière de voir les choses. Rien n’est autorisé à briser ma paix intérieure. Bien sûr, je n’ai parfois pas le temps de prendre du recul, alors en attendant de pouvoir le faire, je me protège. Je suis vraiment douée pour ériger d’épais murs et les défendre ardemment. Puis je me retire dans un état d’esprit plus serein et ouvert, aussi vite que possible, et je m’occupe de ce qui a besoin que je le fasse.

La leçon la plus importante que j’ai eu à apprendre a été de lâcher prise sur ce qui ne m’appartient pas de régler. Pendant longtemps, je pensais que tout ce qui se présentait sur mon chemin devait être reconnu, confronté, intégré. C’était à la fois épuisant et inutile. Je réalise désormais que je n’ai besoin que d’en prendre conscience, et le laisser poursuivre sa route. Nous sommes chacun sur le chemin de l’autre, et nous allons dans des directions opposées. Si nous pouvons prendre conscience de la présence de l’autre, nous n’avons en revanche pas besoin de le confronter et de perturber son voyage. Certaines personnes ou situations ne sont pas de notre responsabilité. Nous avons un cheminement différent, nous suivons des rythmes et des dynamiques différents. Parfois, elles sont juste là pour nous faire prendre conscience de combien nous avons déjà avancé sur notre chemin de vie. Et d’autres fois, elles sont là pour nous apporter l’humilité dont nous avons besoin pour progresser. Nous pouvons donc les remercier et retourner à notre voyage.

Se redresser fièrement ne signifie pas bloquer le chemin. Au contraire, nous filtrons les illusions et nous libérons de la clarté. En refusant d’y participer, nous pouvons utiliser notre point de vue différent sur le tumulte qui nous entoure pour le transformer en quelque chose de plus apaisé. Nous sommes les gardiens de notre espace, et il nous appartient d’y apporter notre énergie spécifique. Chacun d’entre nous en est une partie. Nous apportons tous notre propre personnalité, nos passions, nos espoirs, notre expérience, notre énergie à notre environnement. Nous pouvons choisir ce que nous désirons partager et ce que nous préférons conserver en nous. Ça ne dépend que de nous. Et nosu pouvons effectuer ces choix en restant immobiles, dressés bien droits, en filtrant et en libérant.

Alors cette semaine, prenez quelques instants pour vous redresser, et libérer ce que vous choisissez de partager avec le monde. Parce que vous le méritez.

La carte

Au départ, j’avais l’idée d’une simple pierre dressée, brute et polie par les éléments, parce qu’elles me fascinent. Il a fallu tellement de volonté et de vision pour les ériger ainsi. Elles expriment vraiment l’idée d’une vison ancestrale de la vie, et l’ancrage profond que nous pouvons avoir si nous le désirons. Puis, pendant mes recherches, je suis tombée sur ces pierres percées et j’en suis tombée amoureuse. Elles ajoutaient cette idée de lâcher prise, de transformation. Ces pierres laissent la lumière passer tout en retenant la chaleur dans leur corps. Quelle magnifique métaphore! J’ai aussi opté pour un espace plus ouvert, pour contraster avec la verticalité de la pierre. Et évidemment, le soleil couchant m’apparut comme le moment parfait pour cette carte. Sa lumière chaude mettrait en avant la magie de l’alchimie que nous pratiquons jour après jour. J’aime aussi l’idée du contraste entre le matériau brut, humble et solide de la pierre et l’immatérialité de la lumière et des étincelles qu’elle laisse passer et crée. J’espère qu’elle vous plait également.

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une semaine lumineuse.

The Alchemist Grove 21. The Standing Stone.

This week, we will hold our ground. We will stand strong and proud, guarding and protecting what needs to be. And we will let the light go through us and release it for the world to enjoy.

The time has come for us to show the world our growth. There is still so much to discover, but we are strong and firmly grounded enough to start standing by ourselves, to rise. Sometimes, we don’t need to fight against adversity. Sometimes we just need to stand still, to raise our head and to face it calmly, grounded, silently. We don’t need to go anywhere. We own this place of ours. We own this life of ours. And nothing, no one is entitled to take it from us. Our core values and beliefs make us as strong as we need to be. And we are wise enough to avoid keeping any negativity within. On the contrary, we let it go through us, releasing what needs to be released in the ground and into the world, charged with a new positive, peaceful energy, our energy.

When everything seems to be chaotic, I just stop and step aside. Chaos is often an illusion brought by contradictory energies, thoughts and actions. Looking at them from a different perspective, from a peaceful standpoint allows me to decipher what is really going on. I can then see what I can act upon and what is not my responsibility. I don’t have the time or the energy to deal with the later, but I can do something with the former. And if I am still bothered, I try to find a way to change my point f view on things. But I don’t allow anything to take over my peace. Of course, I sometimes don’t have the time to step back and then my first move is to protect myself. I am really good at building thick walls and to defend them fiercely. But I always find a way to go to a a more peaceful open state of mind, as soon as possible.

The most important lesson I had to learn was to let go of what doesn’t belong to me to be acted upon. I considered for a long time that if it came on my way, I had to deal with it. And it was both exhausting and vain. I now realize that I just have to acknowledge its existence, and let it go its on way. We both are on each other ways. We just go different directions and if we notice each other presence, we don’t have to disrupt our journeys. Some persons or situations are not our responsibility. We are all on different journeys, following different rhythms and processes. Sometimes they are just here to remind us how far we already are on our path, sometimes they are here to make us realize how much we have still to learn. So we just need to thank them and go back on our journey.

Standing firmly and strongly doesn’t mean blocking the way. We are just filtering illusions and releasing clarity into the world. By refusing to participate to the circus around us, we can use our different perspective to change it into a more peaceful energy. We are the guardian of our space, and it belongs to us to bring our specific energy to it. Each of us are part of it. We all bring our own personality, our own passions, our own energy to it. We can choose what to share and what to conceal still. It only depends on us. And we can make this choice by standing still, filtering and releasing. We are strong enough to do so.

So this week, take a moment to hold your ground, and to stand still, and release what you choose to share with the world. Because you deserve it.

The card

I first went with a simple standing stone, as I really feel something special about them, about the amount of will and vision it took for them to be erected the way they were. It really expressed the idea of a really ancient vision of life, and the grounding roots we all have if we let them be. Then in my researches I saw hollowed stones and I fell in love. They added this idea of letting go, of transformation. These stones are allowing the light to go through them while keeping the warmth in their core. What a beautiful metaphor! I then decided to go with a more open space, to contrast with the vertical position of the stone. And of course, the setting sun seemed to be the perfect time to place the whole card into. Its warm light would enhance the magic of the alchemy we practice every day. I also love the idea of contrast between the raw material of the stone, humble and strong, and the light and sparks it lets go. I hope you love it as much as I do.

My journey

Our journal

I wish you a beautiful week. Ground yourself, let go of what needs to be, and rise!

%d blogueurs aiment cette page :