2019 epopee: card#23. I follow my own RHYTHM

Life is a dance. That’s a fact. Life is a symphony. We can’t deny it. Now it’s up to us to dance in a group, in couple, or by ourselves. Some of us will enjoy the proximity of others, and moving at the same pace is something kind of hypnotic. Others will only focus on their significant one and will enjoy their life as a tango or a waltz. Others will just dance as if nobody is watching, following the rhythm their soul inspire them. What really matters, is that we are all able to enjoy dancing.

I chose to follow my own rhythm. The one that speaks to my core. If I need to, though, I will be a part of a group, I will go at their pace. But as soon as I can, I will go back to my own dance. And enjoy each second of it.

I can’t spend a single day without listening to music. It’s part of who I am. I need to feel others rhythm to align, and to go back to my own. I tap the energy I need into music. I let go of energy I don’t need anymore dancing. I share my own energy singing and playing whistle. When I listen to someone’s music, it tells me a lot about the person, what they feel, what they need to tell. It resonates with my own emotions, my own needs.

Music is a powerful healer. We just need to let it come within, and wash away all that needs to go. Or let it enhance an emotion we feel. Or let it sooth our mind. Music is a very sensual magic. It connects with our body, with our mind, with our emotions… Depending on what we want to experiment, we can always find the right soundtrack for it.. And enjoy the ride.

Everything is rhythm, when you think about it. And each of us has its own symphony within. When you follow your own rhythm, you reach a part of you that goes back to the origins. It links you to something that is as old as the first word ever spoken. Languages are music, each of them has its own rhythm, its own musicality… It’s up to you to engage and let them show you their universe. You don’t need to master a language to feel its message, just listen to it, feel it. Rhythm is beyond communication. It’s tapping into the core of who we are as human beings, and being part of something deeper than space or time. It’s going back to our origins and being aware that we are part of something that goes beyond words, culture or self inflicted boundaries.

So go, follow your own rhythm, enjoy the journey, open yourself to each notes and chords. Dance like you never did before. Let music take you to your core.

Une année toute en nuances: présentation du projet

Hier, en me baladant sur la toile, je suis tombée sur des propositions pour Huevember. C’est un challenge qui propose d’utiliser une couleur par jour pour réaliser un gribouillage, soit 30 nuances à la fin du mois… Je sors tout juste d’Inktober (que je n’ai pas encore fini en digital), et j’ai plusieurs projets en cours… J’adore l’idée mais je dois être raisonnable… Du coup, j’ai eu une idée: Et si je proposais un challenge bien plus léger, mais sur le même principe? J’en discute avec les copinettes, qui sont partantes!!!

Donc ce soir, à peine rentrée du travail, j’ai bidouillé ça: un challenge sur l’année, où on doit réaliser un dessin, un collage, une photographie, une sculpture, ce que vous voulez en fait, par mois, avec une seule couleur et ses nuances….

C’est tout simple, ça ne prend pas un temps fou, et utiliser une seule couleur, c’est à la fois un challenge et vraiment sympa…

Si ça vous tente, j’ai bidouillé un doc explicatif, avec les règles (on fait ce qu’on veut, mais on respecte le code couleur), un nuancier et un marque page à découper pour l’avoir sous la main.

On peut commencer quand on veut, en janvier pour faire le challenge sur l’année civile, en septembre pour faire le challenge sur l’année scolaire, tout de suite, en avril. le but est juste de s’amuser, prendre plaisir, et sortir de sa zone de confort….

À vous de jouer!

Symbole n° 43: Hei Matau

Hei Matau est un symbole Maori en forme d’hameçon. Il est traditionnellement sculpté en os ou en jade. Il peut être représenté de manière très stylisée ou plus détaillée. Il symbolise la prospérité, la force, la terre, la fertilité et l’assurance d’une navigation sûre. Il représente également l’importance de la pêche pour les Maoris. Il peut même être considéré comme le symbole de la Nouvelle Zélande. Il est porté en pendentif par les hommes et les femmes, et est considéré comme un trésor national (Taonga).

La légende dit que l’île Nord de la Nouvelle Zélande était un énorme poisson qui a été attrapé par le grand navigateur Maui. Ce dernier a utilisé une ligne tressée et un hameçon fait à partir de la mâchoire de sa grand-mère. Le nom de cette île est Te Ika a Maui (« le poisson de Maui »).

La pêche était très importante pour les Maoris. Il voyaient cette activité comme tapu (sacrée) et il existait des règles déterminant quand ils pouvaient pêcher et comment les filets de pêche devaient être faits. Les pêcheurs relachaient le premier poisson p^éché pour plaire au dieu de la mer, Tangaroa. Ils essayaient également de lui plaire avec des prières, des rituels et des talismans tels que Hei Matau, dont ils espéraient la protection.

Épopée 2019: carte n° 23. J’apprends avec enthousiasme.

Alors que l’aventure Inktober se termine, je réalise que l’élément le plus important de ce challenge a été le fait de sortir de ma zone de confort, de me lancer dans l’apprentissage de nouvelles techniques, et surtout d’ouvrir une porte vers plus de créativité. Je me retrouve à chercher de nouvelles techniques, de nouveaux items à ajouter à mon répertoire graphique, à m’inspirer de tout ce qui me tombe sous la main. Avec un enthousiasme non feint. J’ai envie d’explorer, j’ai envie de me lancer, de faire des erreurs et de chercher à les corriger. J’ai envie de partir à la recherche de références, de les étudier pour en faire quelque chose qui m’appartient. Et chaque étape m’ouvre la voie vers d’autres possibles ce qui est réellement exaltant.

Et puis en y réfléchissant bien, c’est aussi ma façon d’être dans d’autres domaines. J’aime apprendre, j’aime progresser, j’aime comprendre, j’aime croitre. J’ai une base solide sur laquelle me reposer le cas échéant, mais je n’ai pas peur d’aller explorer d’autres univers, quels qu’ils soient. Je ne reste pas dans ma bulle d’autosuffisance mais au contraire je me confronte à ce que je ne comprends pas forcément. J’essaie d’étudier le plus sérieusement et objectivement possible afin de comparer avec ce que je connais déjà, et de voir si je peux ajouter ces compétences à ma palette ou si au contraire m’en servir de contraste. J’essaie d’avoir l’esprit le plus ouvert possible pour pouvoir absorber les informations sans filtre, pour pouvoir par la suite les intégrer et les confronter à ce que je sais déjà. mais dans un premier temps, j’absorbe tout ce que je peux.

Lorsque je suis confrontée à quelque chose que je ne maitrise pas ou peu (et ça m’arrive très très souvent, comme à chacun d’entre nous), je ne me dis pas que je suis vraiment ignorante/incompétente/nulle. Mais je détermine de suite ce qui me fait défaut et je cherche à le comprendre, puis à l’intégrer. De ce fait, je ne suis pas dans une réflexion qui m’amène à me diminuer mais dans une action qui vise à m’améliorer. Et c’est toute la différence. Bien sûr évidemment je ne peux pas tout maitriser (le lâcher prise, vous vous souvenez?), mais si l’envie me prend de me pencher sur quelque chose, je le fais, si j’en ai la possibilité, où je le mets dans un coin de ma tête en attendant le bon créneau. Parfois c’est une question d’immédiateté, parfois ça ne se réalisera jamais. Et c’est très bien comme ça. Je ne peux pas absorber toute la connaissance du monde, et je l’accepte, je me concentre sur ce qui, à mes yeux, peut m’apporter quelque chose, peut me faire grandir.

Je suis mes envies, parce que si il existe cette petite étincelle au départ, il n’y a aucune raison qu’elle s’éteigne. Au contraire, elle s’épanouit la plupart du temps, et illumine le chemin vers d’autres envies… A moi de choisir, ou pas. Parfois c’est une évidence, parfois un événement, une rencontre, une expérience me sert d’inducteur. Quoi qu’il en soit, je n’ai aucun regret, aucun sentiment d’échec ou de sacrifice. J’aurai certainement l’occasion de revenir sur ce que je n’ai pas choisi, au moment opportun pour que ce soit de manière optimale.

Je n’ai pas peur de reprendre les bases. Si j’ai besoin de le faire pour asseoir mes nouvelles compétences, soit. Et puis c’est l’occasion d’explorer ces petits détails que j’aurais ignorés sinon. C’est une construction spiralaire. Je reviens sur ce que je pense déjà savoir pour finalement toujours en apprendre un peu plus. Et c’est ce qui donne un petit plus au processus. Donc revenir aux bases n’est jamais une perte de temps, même si clairement, ce n’est pas le moment le plus exaltant. Mais une fois les bases consolidées, on peut se lancer dans l’exploration plus en profondeur.

Je profite du voyage pour me plonger vraiment dans le domaine que j’apprends. Que ce soit une langue, un domaine de connaissance intellectuelle ou spirituelle, une technique, une culture. Je cherche à comprendre, je compare avec ce que je sais déjà, je mets en abîme, je décline, je décompose, je bidouille, et puis je reviens sur la voie principale pour aller à la prochaine étape.

Puisque je suis celle qui voyage, je vais à mon rythme. Et je m’autorise des digressions sans aucune culpabilité. Lorsque je sens que je commence à me lasser ou à manquer d’intérêt, je passe à autre chose. Lorsque quelque chose m’attire vraiment, je peux laisser ce que je suis en train de faire pour suivre cette nouvelle voie. Si je suis attirée par quelque chose, c’est qu’il est temps que je me penche sur la question. J’aurai toujours la possibilité de revenir sur ce que j’étais en train de faire. Rien n’est définitif, rien n’est figé. mais tout se construit, à son rythme, sur plus ou moins long terme.

Pour moi le plus important, c’est de toujours garder cet enthousiasme intact, et de le nourrir avec de nouvelles envies. J’ai une liste d’envies, de choses que j’ai envie de tenter et je sais que je peux y puiser autant que je le désire, puisque je continue à l’approvisionner au fil de mes rencontres, de mes expériences, de mes questionnements.

Alors cette semaine, je vous souhaite de vous connecter à vos envies vous aussi, et de vous lancer dans l’apprentissage de quelque chose de nouveau, même minime, pour le plaisir, avec enthousiasme.

Intober version digitale: jour 16. Wild/sauvage

Bon clairement, rien à voir avec le dessin d’hier…. J’aime toujours autant expérimenter avec mes petits bonshommes. Comme sur la hâche…. j’ai osé!

Lorsque je pense à mon enfant intérieur, je visualise très facilement ce petit bonhomme. Oui, c’est un garçon…. oui il a une crête…. et il est lourdement armé…. Un côté rebelle avec son iroquoise et son sabre de pirate et joyeux de partir se battre pour la bonne cause, hache en main (ça aurait pu/du être une hallebarde, j’ai un truc avec les hallebardes, mais j’ai choisi la hache pour cette fois)…Si je n’ai aucun souci avec ma féminité, j’ai clairement bien ancré, depuis toujours, ce caractère rebelle et un peu masculin… un vrai garçon manqué… qui a du faire pas mal d’effort pour trouver et accepter sa part de féminité… Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre entre mon côté féminin (la preuve: j’ai les ongles vernis, ah!) et ma nature plus… masculine. Entre mon côté calme, posé, et ma nature de guerrière… Entre la douceur dont je peux faire preuve et mes envolées lyriques… entre mon aspect très féminin et mon caractère beaucoup plus masculin… Bref, voila ma proposition pour ce seizième jour d’Inktober, version digitale!

Inktober… encore!

Si je dois remercier ce challenge pour quelque chose, c’est d’avoir libéré ma créativité… J’ai envie de dessiner, je prends beaucoup de plaisir à le faire, et je me lâche un peu plus. J’ose, je tente..

Hier, j’ai dessiné 7 des mots que je n’avais pas encore fait en digital… 7!!! Certains sont plus aboutis que d’autres, mais j’ai de quoi faire pour un moment!!

Et aujourd’hui, j’ai ressorti ma précieuse pour me lancer… Plus d’appréhension du tout, j’ose, je tente, j’ai dit! Et puis c’est plus facile d’apporter des modifications, même après avoir fait le travail au trait. C’est le gros gros avantage de la tablette graphique! Bon je ne maitrise pas encore le processus, je fais à ma sauce, mais ça me donne l’occasion de rajouter un item à ma liste de trucs à apprendre… Et ça, j’avoue, j’aime beaucoup! Lorsque j’en ai envie, je n’ai qu’à regarder ma liste et me mettre au boulot. Certains items sont plus complexes que d’autres et du coup, ils me prendront plus de temps, mais d’autres ne sont que des points de détails des trucs bien précis que je peux intégrer rapidement.

Bref, voici donc mon premier gribouillage mis au propre: jour 14: overgrown, envahi par la nature…. je me suis fait plaisir, j’avoue!

Je tenterai de le colorer pendant une autre séance, là j’avoue que j’ai peur de le massacrer, il faut que je réfléchisse aux couleurs etc…. Je vais peut être l’imprimer et faire des essais aux crayons de couleurs… parce que je ‘maitrise’ un peu plus la coloration manuelle que la coloration digitale. Ce serait l’occasion de faire plein d’essais de palettes etc…. chouette!

Et … oui….. les mains sont définitivement dans ma liste de trucs à travailler…. j’ai passé plus de temps à tenter de les dessiner qu’à faire tout le reste…. tout coup, zut de flute, j’ai décidé qu’elles seraient aussi envahies et toc! Mais ça fait partie de mes priorités … donc je devrais bientôt être capable de dessiner des mains qui ressemblent à des mains (et j’ai aussi rusé pour les mains des autres dessins à faire migrer hahaha).

Inktober 2019: bilan

Dernier jour d’Inkotber 2019! Pfiou! Je ne pensais pas être capable de gribouiller une carte par jour sur un thème imposé et pourtant….. voici mes 31 gribouillages:

Il est temps de faire un petit bilan et de voir ce que je peux retirer d’une expérience comme ce challenge, ce que je ferai différemment ou non pour une prochaine édition (pour laquelle je suis complètement partante!)

Un gribouillage par jour

Je savais que ça serait un véritable challenge de trouver le temps de faire un gribouillage par jour, surtout avec un boulot à plein temps, la fatigue de la fin de période, les vacances en plein milieu, et le départ prévu pour une semaine avec ma famille… Globalement, j’ai réussi à tenir le rythme… Mes proches ont apprécié de manière diverse le fait que je m’isole un peu chaque jour pour gribouiller. Si certains m’ont encouragée et ont trouvé l’expérience sympa, m’ont demandé de leur montrer ce que j’avais fait, d’autres m’ont reproché de ne penser qu’à ça … alors que bon, je me suis organisée pour faire le challenge de manière à ce que ça n’impacte pas trop ma vie sociale… et ça n’a jamais duré des heures…. bref…. je suis une artiste incomprise voila tout hahaha. Le plus difficile je pense a été de trouver l’inspiration pour certains mots…. parce que certains ne me parlaient pas du tout du tout…. et que je ne voyais vraiment pas ce que je pouvais gribouiller sur ce thème. Mais je ne me suis pas laissée abattre et j’ai tenu le cap.

  • points positifs:
    • prendre le temps pour gribouiller chaque jour, tout poser et me mettre dans ma bulle, une sorte de méditation créative.
    • sortir de ma zone de confort, oser des trucs nouveaux
    • progresser, être de plus en plus assurée avec mon matériel
  • Points négatifs:
    • parfois l’inspiration n’est pas là, et bonjour la frustration, la pression interne auto-infligée…
    • ça ne passe pas forcément côté interactions sociales….

Le matériel

J’avais choisi de faire un double challenge (j’aime me faire du mal, que voulez-vous).

Je n’ai malheureusement pas pu tout faire avec la tablette (vacances, j’ai limité mon temps d’écran et donc incompatibilité avec la tablette). Mais je pense quand même continuer et faire mes gribouillages digitaux pour la plupart des mots proposés (bon clairement certains ne m’inspirent pas… donc on verra…). Le challenge est tombé juste après mon achat, et il s’est avéré un cadre parfait pour explorer ce médium. J’ai pris beaucoup de plaisir à faire des gribouillages plus légers, surtout parce que ma maitrise du stylet était plus qu’aléatoire… paradoxalement, c’est en gribouillant sur la tablette avec l’outil ‘pinceau’ que j’ai osé gribouiller ‘pour de vrai’ avec mon feutre pinceau… Ce que je ne regrette absolument pas, il est vite devenu mon outil préféré!

Côté gribouillage ‘manuel’, si j’appréciais déjà de gribouiller avec des feutres techniques, le challenge m’a permis d’aller plus loin, de me lancer dans les ombrages, de faire des expériences, et j’ai beaucoup progresser. Je ne pensais pas être capable de faire certains de mes dessins avant de me lancer, et d’oser. J’ai pris beaucoup de plaisir, et je me suis libérée d’une sorte de ‘timidité’. Le challenge m’a offert un cadre d’expérimentation parfait… j’ai pu jouer avec les différentes épaisseurs de trait, avec mon nouveau meilleur ami le feutre pinceau, et prendre chaque jour un peu plus d’assurance. Par contre, j’aurai aimé parfois utiliser un autre médium pour certains dessins, comme de l’encre et un pinceau… mais pour des raisons pratiques, je me suis imposée assez rapidement de me limiter aux feutres techniques.

  • points positifs:
    • le cadre offert par le challenge était parfait pour expérimenter, progresser, me lâcher
    • choisir deux modes d’expression atténuait un peu le sentiment de frustration que je pouvais parfois ressentir devant un dessin.
    • Le rythme soutenu a fait que j’ai pu progresser plus rapidement, que ce soit sur tablette ou manuellement
    • J’ai pu explorer plusieurs styles graphiques en profondeur.
  • points négatifs
    • J’ai passé beaucoup beaucoup de temps sur la tablette, surtout avec certains dessins un peu ambitieux… et du coup ça a été un peu envahissant…
    • en me limitant aux feutres techniques, j’ai parfois été frustrée… j’aurai pu être un peu plus large au niveau du matériel, mais je me suis imposée cette contrainte….

Le partage

Au départ, ce sont des copinettes qui m’ont parlé du challenge. Nous l’avons donc fait en parallèle et j’ai vraiment beaucoup aimé voir leurs productions. Je me suis régalée aussi de voir ce que les autres avaient pu tirer des mots proposés. Puisque je n’avais (et n’ai ) aucune autre ambitions que celle de partager mes gribouillages, je n’avais aucune pression pour les montrer. Et puis c’est chouette de rencontrer d’autres univers, d’autres styles, d’en parler, de partager son expérience. Et quel régal pour les yeux de voir ce que d’autres, dans le monde entier, ont pu faire! Le fait que nous partons tous sur le même mot est fascinant, au vu des propositions. J’ai donc eu ma petite dose de créativité chaque jour, et je pense garder l’habitude de le faire. Certains univers m’ont vraiment parlé et je sais que je vais me régaler à les suivre.

Et puis avec mes copinettes, on s’est aussi dit que ce serait dommage de s’arrêter là…. du coup, on s’est fait un petit challenge rien que pour nous, histoire de continuer de partager des gribouillages, et de se motiver les unes les autres. Il est moins lourd qu’inktober, puisqu’il n’y a que 2 mots par semaine. Et évidemment, aucune obligation de les dessiner tous. Je pense ne pas être assidue du tout, puisque je suis déjà bien occupée avec mes cartes symboles et affirmations positives. Mais je pense que si un mot m’inspire, je me ferai un plaisir de le gribouiller.

  • points positifs
    • découvrir de nouveaux univers
    • l’émulation, la motivation de proposer quelque chose, même inachevé, même si on n’est pas satisfait du truc
    • le retour qu’on peut avoir sur ce qu’on propose
    • la sensation de faire partie d’un mouvement créatif mondial.
  • points négatifs:
    • aucun

Bilan

J’ai vraiment beaucoup aimé participer à ce challenge et je signe de nouveau l’année prochaine, avec grand plaisir. Par contre, si j’ai conscience que d’autres challenges ont lieu dans l’année, sous plus ou moins les mêmes contraintes, je pense me limiter uniquement à Inktober. Parce que si j’ai pris énormément de plaisir à le faire, je suis aussi drainée hahaha.

Ce que je changerai, l’année prochaine:

  • Je ne me limiterai pas uniquement à mes feutres, mais introduirai probablement de l’encre ou de la peinture.
  • Je ferai des croquis, mêmes très simples, dès la publication des thèmes, histoire de me concentrer uniquement sur l’encrage le jour voulu.
  • Je changerai peut être le format de mes supports. Peut être un carnet. Ou non….

Voila, je vais pouvoir reprendre un rythme ‘normal’. Mais avant d’en finir avec le challenge, je vais me faire une enveloppe spéciale pour les cartes que j’ai gribouillées… pour les ranger avec le reste de mes gribouillages divers et variés….

inktober 31: ripe/mûr

Dernier jour!! Pfiou!! Une corne d’abondance pour célébrer!

Quelle aventure!! Je vais sortir ma tablette pour faire quelques gribouillages avec les thèmes d’inktober. Pas sûre du tout de tous les faire, par manque de temps ou d’inspiration.

Je prépare aussi un article bilan sur le challenge…. quoiqu’il en soit, je signerai de nouveau l’année prochaine, j’ai adoré le voyage!

Inktober jours 27 à 30

J’ai rattrapé tout mon retard!!! Pfiou!! Demain étant le dernier jour, je voulais être à jour de mes gribouillages… histoire de prendre le temps de faire un point sur cette expérience… ce sera donc pour demain, avec mon dernier gribouillage pour cette année.

Jour 27: coat/ couche, manteau, pelage / enrober, couvrir

Puisque je n’en avais pas beaucoup gribouillé pendant le challenge, j’ai voulu profité de l’idée de couche pour me faire plaisir avec quelques motifs… juste disposés en couche… je suis dans le thème hahaha!

Jour 28: ride

Bon clairement, là, j’ai tout de suite pensé au snow…. toute ma jeunesse…. ah si seulement je n’avais pas un genou en moins, je me ferais plaisir à dévaler les pentes cet hiver…. bah… je fais des économies…. mais ça me manque, clairement…

Jour 29: injured / blessé (sens propre et figuré)

J’avais vu quelque chose comme ça passer il y a un petit moment, et j’ai tout de suite eu cette image dans la tête… parce que pour moi, la douleur s’exprime avec pudeur…. et que j’ai été blessée, physiquement ou émotionnellement, bien plus que je ne l’aurais voulu… mais que c’est l’intégration de ces blessures qui m’a rendue telle que je suis… donc il s’agit plus d’une évocation…

Jour 30: catch/ attraper, prendre, surprendre, frapper, saisir.

J’ai tout de suite pensé à l’une de mes photos préférées d’Emma, avec son grand-père… J’ai donc pour la première fois depuis des mois fouillé mes dossiers de photos et j’ai fini par la retrouver…. Toujours aussi peu douée pour représenter le réel, mais cette petite main autour de l’index de mon père, ça veut tout dire…..

2019 epopee: card #22. I am WELCOMING cycles

I spent a beautiful week with my parents and my nephew on the Mediteranean sea. It took me a full day though to recover from it hahaha. But I welcomed it, embraced it. I took a day off everything. Just refilling my energy. This is why I didn’t post yesterday.

This week, I want to focus on cycles. They are really important in my life, and I really feel good when attuned with them.

Cycles are the rhythms of existence. It’s easy to notice them if we take the time to do so. Some are obvious, others are more intricate, more personal probably. Most are just witnesses of our life, milestones that mark our time, to which we can refer in order to materialize the path we already walked. Some are more present in our growth. Others are just meant to be broken in order to go on… But they are. They exist. And we can make the choice to recognize, value them, give them the importance we want them to have in our life.

Days. I love to think that days are my shelter cycle. When needed, I can only focus on the day I live. I then don’t care about anything else, no long term projects or regrets. Only the day I am living. I then can spend time to look at each and every little thing that makes this day special. We often loose track of the singularity of each and everyday we are gotten to live. We just exist, lost in our routine…. while each day brings its own colors, its own taste to our life, if we let it do so. So from time to time, I just love focusing on the very day I live, enjoying every minute of it. It brings me happiness, serenity, and fills me with memories that I would other wise ignore. I usually do it when I wake up in a grumpy mood, which can be seen as a paradox. But it’s the solution I found to counteract my bad mood. On those mornings, when I wake up and just want to go back under my blankets, I trained my mind to just switch on ‘enjoy the day’. First step: take a big huge breath, smiling…. Then stretch like a cat, being aware of each parcel of my body…. then I go on with my day, being aware of my acts, my thoughts, my feelings…. And trying to look for the secrets of this day, what makes it so special I had to focus on it…. It’s an amazing experience. Really fulfilling. And it builds up awareness. I love it!

Moon. As a woman, I am lucky enough to be attuned with the lunar cycle. My own cycle is in perfect alignment with it. So it plays a role of importance in my life. I just love feeling that my body enters in resonance with the Moon. It probably helped me to accept and to understand what was going on at first. But now I just embrace it and live it to its fullest too. And I love thinking that each new moon means a new beginning too… I try to focus on it as much as I can, and I love celebrating it with my own little rituals ( like taking a warm bath with lavender oil and Himalayan salt, soft music and candles).

Seasons. I am lucky enough to live in an area where seasons can really be seen and felt. As we enter fall, I get ready to dive into a more self reflective time, while watching nature letting go of what needs to go before winter. I try to tune in and do the same, celebrating and thanking what helped me grow and letting go of what doesn’t need to be part of my life now. No sadness, but a deep feeling of gratitude to have been able to go through it, with it. Time to switch from summer light clothes to warmer, cosier clothes… scarfs and mittens. Time to listen to rain on the windows while drinking a good and warm tea. Then winter will come, and its crisp cold, maybe snow if I am lucky. Light will play a special part while night will greet my warm tea and blanket time… Time to enjoy home, its warmth, time to cuddle and to enjoy the foggy mornings. Time to wear those warm cosy clothes, coats and mittens. To enjoy the warmth of fireplaces and restaurants with friends. Then spring will softly come back, and with it the happiness to be alive, and to watch nature come back to life too. It’s time to start to go out again, to enjoy those mornings at the lake, to spend more time with friends outside, to wear back those light weight clothes, to slowly put away scarfs and mittens. Then summer will bring its warmth, its light, and everything I need to make my favorite salads. Time to enjoy outdoor endless evenings with friends, under a starry sky. Time to spend time by rivers to cool a bit. Each season brings us something to be grateful for, to enjoy, to attune ourselves with Nature. And each of them teaches us something about us, about life.

Other cycles rhythm my life. But those are the most universal, to me.

Thing is, we can either embrace those cycles, as they teach us something new each and every time, or we can fight them. To me, some anniversaries are hard to face. But they keep come back, and I realize that it was up to me to let them put me down for a while or to look at them as just dates. With time, it becomes easier for me to face some of those days. And surprisingly, I forget about them, noticing the meaning I gave them once they passed. Some of them are still painful, and I know that it will take time, and acceptance, before they become ‘just a day’. A few will probably still be painful for a while, or maybe a lifetime… but it’s ok, I will learn to greet them, to welcome them, as they are part of my path, of what made me the one I am.

So this week, I will welcome cycles, as they come, as they go, and enjoy each and every of them, as they are my best teachers.

%d blogueurs aiment cette page :