2020 saga. Respect.

This week, we will focus on respect. You can’t enjoy your inner journey if you don’t express and feel and live respect.

The first thing to understand and to do is to respect yourself. Respect your rhythm, respect your needs, respect your self, body, mind and soul. This is different for each of us, but it starts by taking care of yourself. And accept yourself. Love yourself. Be aware of your strengths as well as your weaknesses and embrace them all. Look for what makes you vibrate and dive into it. Try to spend even a few minutes a day doing what you love, what you need, what makes you happy. We all have those simple things that bring us joy, peace, laughter. Those are the ones you need to reach. And enjoy. Then go on to self affirmation. Be proud of who you are, be proud of what you lived. Look at past errors as the most valuable lessons you received. Thank them and go on. You don’t need to remind them anymore. They were true for the one you were then. You are not the same person now. So they became irrelevant in your life. You learned your lesson well, you moved on, you grew, you assimilate what needed to be. It’s time to part. Let them on the side of your path, and go on, without the burden they represent. Forgive the one you were then. Whatever was done, it belongs to the past, to the one you were then. You are entitled, now that you evolved to a better version of your self, to forgive the one you were. Be gentle with yourself. There is enough adversity out there, you don’t need to be your inner enemy. Treat yourself with respect, acknowledge your errors and stop being your own tormentor. Be your best friend. Don’t elude your defaults, but accept them as part of who you are, someone evolving and dealing with what needs to be dealt with, step by step. If perfection is an illusion, improvement is not, though. So as long as you improve the way you live your life, your vision of it, your way of walking on your own personal path, you are doing what you are supposed to do. People will always be judgmental, but you don’t need to be, especially with yourself. Be gentle. Set boundaries and goals. And do your best, with what you have on hands, to reach them. Enjoy your life, honor it by truly living and learning. Honor the one you are, because you worth it. Each of us worth it. And we owe to ourselves to honor the luck we have to experiment a meaningful life, whether we are aware of it or not. Open your eyes on who you are, who you truly are. And straighten this crown on your head, keep it up high.

Respect others. This is the second step on our journey to respect. Honoring and affirming yourself doesn’t mean denying others. You are the sovereign of your own personal kingdom as they are of theirs. And it’s something to honor, truly. We are all walking on our paths, at our own pace. When I meet people who are only at the beginning of their journey, I tend to share some of my own experience, or hints. But I accept that they choose to do whatever they need to do their own way. This is a learning process. And I respect that. I made the choice to open my eyes, mind and whole self to what was my life. And my vision of it switched from a meaningless existence to a meaningful one. But life gave me the opportunity to do so. Not everyone has this luck. I also went through hell several times, so i understand the value of life, of existence itself. And i chose to honor it. But not everyone had this opportunity, at least not yet. Who am I to judge people on their choices, or the way they live their life? Compassion is something I often feel… well, not really compassion, because I don’t need to suffer as they do to sense what they are going through. But I can recognize their pain, and put them in link with my own, those I used to feel… those that are part of me now. So I tend to respect people, no matter what they are living… I even surprise myself to feel sorry for those who are playing games… they don’t have a clue of what they will have to face when time has come for them to grow… it’s not my business, I can only give hints to escape to those they play with… if needed they know where I am and will reach me when they are ready to go on their own path. I also have a huge respect for those who have walk further and became wonderful teachers… Those we can spend hours sharing life experiences with. Those who make us grow by sharing their ways, their own vision of life. Those who live in their own truth and find peace within, peace they usually share with enthusiasm. The beauty in those, is that some of them ignore what wonderful teachers they are. They just are themselves, walking their own path. Some of them are old and wise, others are so young you wouldn’t believe what they can bring you. As a matter of fact, anyone can be your teacher. And you can miss a valuable lesson by not respecting the teacher life sent you to teach it to you. Then you will have to go through a whole new process to change in order to be able to learn it.

Which leads me to my last point: respect the process. We are so lucky to be able to take our own inner journey, to grow, to share, to live it. This is something we have to honor. If we make the choice to walk on our path, what it will be made of doesn’t entirely depend on us. We will have choices to make, and they will lead to other crossroads where other choices will be offered to us. And those choices will make us take paths we never thought we would take, those exact paths we need to grow and evolve. So respect the process, even if you feel lost and stuck. Be aware of what surrounds you. You may have miss to notice something you need in order to go on… the little things, those we are so used to live with that they become ignored while their value goes far beyond their actual worth. It’s only when you look at them with an open mind that they will reveal the secret they always concealed to be found by you when time has come. When you feel stuck or lost, take time to care for yourself, to rest. We sometimes need to focus on our self care, on enjoying life as it is, before going back on our journey, stronger, more in peace, ready to face whatever may come. And when it happens, we are ready to enjoy each and every piece of it. Trust in the journey, respect the process. And live, truly, fully live!

So this week, I wish you the joy of feeling and receiving respect.

Yep, lazy me is enjoying the fact that for once I only had to make one, as the english and french words are spelled the same way… and mean the same too! Not something that happens a lot!

And it was a perfect time to be so as I have a new computer, that will allow me to go further in what I want to explore. So this week end, I really was happy to just take the time I needed to set it up exactly like I wanted it to be… Now I am ready to see what I can do with it… it will be fun, for sure! It’s also the perfect example of what I live for a few weeks now: everything is falling into place as I let myself go with the flow… Keeping an open mind, open eyes and open arms… You never know what may come, but you can be sure it will be exactly what you need when you need it to do what you need to do… I am grateful to be able to experiment this… And I wish you to feel the same!

Saga 2020. Respect.

Cette semaine, nous allons voyager dans le respect. Respect de nous-mêmes, respect des autres, respect du voyage en tant que tel, aussi. Pour pouvoir évoluer et progresser, nous devons faire preuve de respect dans nos actes, nos choix, nos rencontres. C’est ce qui rendra le voyage plus fluide, plus en accord avec ce qu’il doit être, avec ce que nous sommes également.

Nous sommes les premiers envers qui nous devons faire preuve de respect. On oublie bien trop souvent de prendre soin de nous, de nous honorer comme nous méritons de l’être… de respecter nos rythmes, nos envies, nos besoins… Nous sommes honorables, nous sommes respectables à bien des égards. Pour que les autres puissent le percevoir, nous devons initier le mouvement. Honorons-nous, faisons ce qui nous donne du plaisir, ce qui nous nourrit intellectuellement, physiquement, spirituellement. Et commençons par nous pardonner. J’ai bien évolué sur le sujet du pardon… Pendant longtemps, je ne comprenais pas en quoi pardonner me libèrerait… Pour moi, ne pas pardonner allait de paire avec me souvenir des leçons reçues. Afin de ne pas reproduire les erreurs du passé, je devais m’en souvenir. Et donc ne pas pardonner. Je suis plus nuancée aujourd’hui. J’ai pris conscience que certaines choses, certains faits, voire certaines personnes appartiennent au passé, et que je n’ai plus à m’en souvenir, du moins plus aussi intensément, dans le sens où la leçon que j’ai reçue a été intégrée depuis longtemps. Et surtout, je ne suis plus la même que celle qui l’a reçue. Si il m’est toujours difficile de pardonner à quelqu’un qui m’a profondément blessée, j’ai décidé de me pardonner. De pardonner à celle que j’étais alors, qui n’était pas armée pour se protéger. J’ai subi de nombreuses blessures dans ma vie, physiques ou émotionnelles. Comme tout un chacun. Lorsque je regarde ou caresse mes cicatrices physiques, je ne ressens pas de douleur, je ne replonge pas dans l’événement qui les ont produites. Elles font partie de moi, et font que je suis celle que je suis. Elles racontent mon histoire, elles sont les témoins des événements qui m’ont construite. Elles symbolisent une faiblesse, une prise de risque, un obstacle auxquels j’ai été confrontée à un moment donné, mais qui ne sont plus du tout d’actualité. La leçon a été acquise, et je suis passée à autre chose, renforcée par l’expérience que j’ai vécue. J’ai réalisé qu’il devait en être de même avec les autres cicatrices, invisibles mais bien présentes. Il ne s’agit plus de l’acceptation, mais de l’intégration de ce qui les a produites. Et je peux là aussi passer à autre chose. Je n’ai plus besoin de m’auto-flagéler. J’ai fait des erreurs, j’ai fait des choix qui m’ont menée à expérimenter des choses parfois douloureuses, souvent intenses. Qui m’ont transformée, forgée, et qui font de moi celle que je suis aujourd’hui. Si je veux être parfaitement honnête, je parviens même à pardonner à ceux qui m’ont infligé ces cicatrices invisibles. Non pas parce que je le dois, parce que c’est « bien ». Mais parce que garder ce souvenir n’a plus aucun sens à mes yeux. Pour pouvoir porter ma couronne la tête haute, je ne peux passer mon temps à regarder en arrière ou à la baisser de honte à l’idée de ce que j’ai pu accepter. C’est donc faire preuve de respect envers moi-même que de laisser ces souvenirs et les émotions qui les accompagnent au bord du chemin. Je n’en ai pas besoin. Je vaux mieux que ça, mieux que la rancœur, la culpabilité. Nos chemins se séparent et je peux désormais continuer le mien sereinement.

Ce qui me mène au respect d’autrui. Parce qu’une fois que nous avons réappris à nous respecter, à respecter notre être dans son entièreté, ce respect est ressenti par ceux qui nous entourent. Nous sommes les souverains de notre existence, et ça se voit, ça se perçoit. Pour autant, affirmation de soi de signifie pas négation de l’autre. Ce n’est pas parce que j’ai décidé de m’honorer que je suis supérieure en quoi que ce soit aux autres. J’ai la chance d’être doté d’un sens de l’autodérision assez prononcé. Je peux prendre mon cheminement au sérieux sans aucun souci. Par contre, je suis aussi capable de prendre conscience de mes erreurs, de trébucher, avec style certes, mais trébucher quand même. Et d’en rire. J’ai aussi l’habitude de me distancier lorsqu’une situation me parait trop lourde émotionnellement. Je passe alors en mode analytique, rapidement, mais suffisamment longtemps pour ne pas me laisser prendre par le tourbillon qui s’approche. Je m’ancre profondément dans mes valeurs et je laisse la tempête passer, la tête haute. J’essaie en revanche de toujours trouver une explication à un événement, à un comportement, et mon intuition m’est un précieux allié dans ces moments-là. J’évite le plus possible d’être dans le jugement. Je veux comprendre, pour pouvoir apprendre une nouvelle leçon. J’ai bien conscience qu’il s’agit plus de compréhension que de compassion, mais je n’ai pas besoin de souffrir avec autrui pour comprendre ce qui les anime… ou plutôt, je n’en ai plus besoin. Ma propre expérience de vie me permet de puiser dans mes émotions pour créer un lien sans pour autant me laisser embourber. C’est un peu comme si j’avais construit une sorte de système immunitaire lié aux émotions. J’ai en moi la reconnaissance des émotions, puisque je les ai expérimentées, mais pour autant, je n’ai pas besoin de les revivre pour les reconnaitre, elles font déjà partie de moi. Je peux en revanche les enrichir, leur apporter des nuances auxquelles je n’aurais pas pensé seule. C’est un exercice plutôt intéressant que de se pencher sur ce qui anime les autres, et de ressentir ce lien. De ce fait, je respecte plus facilement ceux qui doivent expérimenter à leur tour ce par quoi j’ai du passer pour pouvoir en arriver là. Je sais par quelles épreuves ils doivent passer mais aussi qu’ils sont seuls à pouvoir décider de les surmonter ou de s’y perdre. Sachant que tant qu’ils n’acquièrent pas la leçon offerte, ils devront s’y confronter, encore et encore… c’est peut être là que ma propre expérience peut être utile, en la partageant. Mais la plupart du temps, je me contente de donner des indices ou des astuces pour qu’ils puissent prendre conscience de ce qui se passe réellement. Et parfois, je ne fais qu’observer surtout lorsque mon avis n’est ni requis ni respecté. Chacun avance à son rythme et il ne m’appartiens pas de juger du tempo. Par contre, je peux respecter le processus. J’ai encore tellement à apprendre, qui suis-je pour juger de l’évolution d’autrui?

J’éprouve un profond respect également pour le cheminement que nous avons la chance de pouvoir faire, en tant qu’êtres humains. Lorsque je prends le temps de réfléchir au mien, parce qu’il est justement mien, et que j’ai de ce fait les données nécessaires, je ne peux éprouver qu’un profond respect. Si j’ai fait le choix de suivre le chemin qui est le mien, le reste en revanche ne dépend pas de moi. Et j’avoue que je trouve la complexité de l’interaction des personnes que j’ai pu rencontrer, des événements auxquels j’ai été confrontée, des actes que j’ai pu commettre ou subir, absolument étourdissante. Si aujourd’hui je peux me permettre de me laisser guider par le flux de ce qui vient ou s’en va, j’en aurais été incapable ne serait-ce qu’il y a quelques mois. C’est parce que j’ai fait le choix de voir les choses d’une certaine façon, de retirer une leçon de tout ce qui se présente, et de le faire avec en tête un désir d’évolution, de croissance, que je peux en retirer tout ce dont j’ai réellement besoin. C’est en exprimant clairement et simplement mes désirs et mes envies que ce que je vis résonne. C’est en me concentrant sur certaines notions que je recevrai ce qui me permettra de mieux comprendre, de mieux me comprendre. Chacun perçoit sa vie comme il l’entend, en définitive. Chacun a sa vision de ce que sa vie doit être, de ce en quoi il croit, de ses espoirs, de ses valeurs et de ses principes, de ce à quoi il aspire. Et chaque chemin est valable. Chaque chemin mène à ce qu’il est sensé mené, c’est quelque chose qui m’inspire le plus grand respect. La capacité que nous avons d’apprendre de nos erreurs comme de nos succès, la capacité de ressentir tout un panel d’émotions, avec des variations d’intensité propres à chacun, c’est quelque chose qui m’inspire le plus grand respect. Le choix que nous pouvons faire de recevoir des leçons de vie ou de les ignorer, le choix d’évoluer ou de rester là où nous sommes, quelles qu’en soient les raisons, c’est quelque chose qui m’inspire le plus grand respect. Cette capacité que nous avons à aller plus loin, ou non, de nous adapter ou non, de vivre avec les autres, ou parmi eux… C’est quelque chose qui m’inspire le plus grand respect. C’est quelque chose que j’honore. Et qui me donne envie d’aller un peu plus loin, un peu plus fort, un peu plus profondément…

Cette semaine, respectons-nous, respectons ceux que nous côtoyons, respectons nos cheminements personnels… et prenons plaisir à garder notre tête couronnée bien haute, pour pouvoir admirer la vue qui nous est offerte.

Tu devrais me voir… you should see me…

…. avec une couronne. Nous sommes les souverains de notre existence, et il est toujours bon de s’en souvenir, et de l’honorer. Nous nous devons le respect. Et nous devons également respecter notre royaume, ce et ceux qui nous entourent…. J’essaie également d’être la plus intègre possible. Je prends mes responsabilités et en assume les conséquences… Et puis, je me souviens avoir été une reine pour une fée, et c’est aussi ma façon à moi d’honorer son souvenir… Portons nos couronnes avec fierté et honneur!

…. in a crown. We are sovereigns of our existence, and it’s always a good thing to remember and honor it. We owe ourselves respect, as well as we owe respect to whatever and whoever is around us. I also try to be as upright as I can. I take responsibilities and accept the consequences…. I also remember that a fairy once called me her queen, and it’s my way to honor her memory…. So let’s wear our crowns proudly!

J’ai changé l’image ce matin, wordpress avait changé les couleurs dans le format jpeg…. en png par contre, ce n’est pas le cas, ouf!

I had to upload another format this morning, as wordpress messed with the colors in jpeg… it didn’t with png though, yay!

2020 saga. Momentum.

So I am letting go. And it feels like I see things far clearer than before. I let go of everything and anything that didn’t depend on me. And I let myself go with the flow. As I did, I surrendered to the momentum. And everything was falling into place.

The funny thing is that I though I was stepping back. Instead, I was projected forward by a force I had within the whole time. By allowing myself to embrace life as it comes, I open the field of possibilities. I can be caught in storms but I am not lost. I am the one who stand still and guide others. When the storm is gone, I can let them take the lead again, I don’t really care about this kind of things.

So by letting go, I free myself. And allow me to live whatever comes. I am more open to people, to listening whatever they have to share with me. I am allowing myself to bring them a piece of my inner peace (ha!). I take everything as an experience to live and enjoy. I am fearless because I know that I can face anything. I’ve been through hell and came back a couple of time, and I faced my worst fears. Still I am alive, truly alive, back to the one I was supposed to be, and determined to explore what I left aside while recovering from my last trip to my inner hell…

I caught the momentum and let it project me to whatever I have to live, enjoying each and every step forward, enjoying each person I meet. Enjoying the stories told. I reconnected with my love to beat absurdity at its own games… using its own weapons. I practice my own alchemy at its fullest.With a new twist: the momentum I create by absorbing negativity and releasing positivity reach people who in turn spread it to others…

And I really enjoy doing it.

Things are coming my way when they are supposed to. I don’t have to wait for them to happen. I can act and live and go on with what I do instead. It won’t make them come sooner, or later. Everything comes when it’s supposed to. I don’t have to overthink it. I just have to be myself and enjoying each moment of it. I never was good with frustration anyway, so I don’t need to go through it again.

So this week, I wish you too can experiment momentum. Let it come to you, or create it! But don’t let false ideas and feelings get in the way and leave you stuck… You are not a tree. You can move, creating then an impulse. And let it spread. If you are lucky, you can watch it do so with your own eyes. Just be!

Saga 2020. Élan.

Cela fait maintenant quelques jours que je ressens cette sensation… Cet enthousiasme, mêlé d’excitation, d’anticipation… Quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis si longtemps qu’il m’a tout ce temps pour l’identifier…. Et cette sensation, c’est l’élan.

C’est ce qui nous fait nous lever le matin avec l’envie de vivre la journée à fond, qui nous fait repérer tous ces petits riens qui nous confortent sur notre chemin, qui fait que tout semble prendre place pour nous faciliter le voyage. C’est cette force aussi, qui nous fait affronter les tempêtes sans crainte aucune.

C’est cette énergie qui nous porte, cette étincelle qui nous éclaire et qui brûle en nous. C’est cette détermination à tourner chaque obstacle en point d’appui. C’est ce qui nous permet de partager ce qui nous anime et de faire preuve d’empathie. C’est ce qui nous guide à allumer à notre tour ces étincelles d’espoir, de détermination, de joie chez les autres. C’est ce qui nous fait vibrer et que les autres ressentent, qui les attire vers note univers personnel. C’est ce qui initie des rencontres, improbables parfois. C’est ce qui nous permet de libérer la parole, d’écouter aussi.

C’est ce qui fait de nous des alchimistes. Parce que si nous absorbons le négatif, c’est cet élan en nous qui projette le positif autour de nous. C’est une dynamique puissante, et qui pourtant se régénère, pour peu que nous la laissions s’exprimer. Elle nous protège également, en étant toujours en mouvement, en nous enveloppant de ses vibrations particulières.

Cette semaine, j’ai vécu des événements stressants, très complexes émotionnellement. Et pourtant, je me suis étonnée à me retrouver dans un rôle moteur, apaisant, dédramatisant aussi. J’avais parfaitement conscience du sérieux de la situation mais je ne me suis pas laissée engluée dedans… au contraire, j’ai choisi d’absorber les informations et d’enclencher mon plan d’action. J’en ai aussi profité pour ne pas me limiter à mes proches mais pour en faire profiter de parfaits inconnus… ça n’a rien changé à la situation, objectivement, puisqu’elle ne dépendait absolument pas de moi, mais par contre, ça a changé la façon dont on l’a vécue… parce que ça, ça dépendait entièrement de notre façon de voir les choses.

C’est dans ses moments que je prends vraiment conscience de ma nature de guerrière… C’est quelque chose qui fait partie de moi. Lorsque je me trouve dans une situation de crise, je garde mon sang froid, j’analyse rapidement ce qui se passe et j’agis en fonction. C’est pour ça aussi, probablement, que mes proches savent pouvoir compter sur moi. Mais cette fois c’était un peu différent. Parce que j’étais anime de cet élan. Et que je pense avoir fait en sorte que nous le vivions tous le moins mal possible. Et j’ai pu observer le potentiel d’une telle approche. J’ai beaucoup appris cette semaine. Et je suis reconnaissante d’avoir pu le faire.

Du coup, je continue dans mon élan et je suis déterminée à garder cette dynamique le plus longtemps possible, parce que ça change tout. C’est un mélange d’acceptation, d’intégration et d’action. J’ai pu prendre des responsabilités qu’en temps ordinaire je laisse volontiers à d’autres. Mais là, je sentais qu’il était de mon ressort de prendre les choses en main. Et je ne le regrette pas. Par contre, autant je veux bien le faire en temps de crise, le temps que tout prenne place, mais je tiens bien trop à mon indépendance pour le faire de manière pérenne.

Cette semaine m’a appris à prendre conscience de ce que j’étais capable de faire, et de vivre des moments surréalistes mais qui en définitive se sont révélés vraiment riches. Ce sont aussi eux qui ont donné lieu à de nouvelles dynamiques, plus vastes, plus positives aussi… et c’est ce qui m’a confortée dans mon positionnement.

Bref, je vous souhaite à votre tour de ressentir cet élan, et qu’il vous emporte vers de nouvelles réalisations.

2020 saga. Trust

This week we focus on trust. To be able to truly enjoy the journey and tell our story, we need to trust. Which is a huge step forward.

For a long time, I felt I couldn’t trust. It wasn’t that obvious, or sudden, but the result of poor choices I made, the realization that I wasn’t living my own life but just fit in other people project, and the betrayal of those closest to me… So I learned to put everything in question. To try to look through. Even if those years weren’t obviously the happiest of my life, they also taught me really valuable skills and I don’t regret to have chosen this path.

I definitely had trust issues… that led to isolation. At first, I just didn’t want to feel the pain. Then I didn’t want to live up to anyone’s expectations. And after that, I just wanted to trust myself enough before trying to trust anyone else… Which makes me smile today. Once again, I couldn’t be more lost than then. I didn’t know or even have the slightest idea that nothing depended on my choices, but that everything depended on letting go of any choice.

I learned to trust myself. It took me a long time, but I finally understood that I had something within I could fully trust. Once I let my intuition to take the lead, everything was simpler, fell into place, and made sense. So more than myself, I trust my intuition. And I let go of ego and will, truly. If I feel anything, I listen to that feeling. Whether it’s a warning feeling or a « go for it » feeling. I listen to it, I attune, and I enjoy what it brings me. It took me a lot of practice (remember, I came from the « trust no one, even yourself  » land) but with time I learned to trust myself. To the point that I am connected to my intuition at all time. Because I know that I can trust it to give me exactly what I need when I need it. And it never failed me as I decided to trust it. No more ‘poor choices’. To be really honest, I also think that the way I see thing played a huge part in this process… but anyway, learn to trust your self and enjoy!

I learned to trust the process. Whatever comes into my life, I know it’s part of a bigger process which will bring me what I need to learn, see or live. And that everything is fine. Of course, it’s easy for me, as I’ve faced my biggest fears and came back from hell, alive, stronger, wiser… so I have nothing left to fear. Hence the deep belief that everything will be fine from now on. It bring me self confidence too. And as I walk with more confidence, more good come in my way… which brings me more confidence, and more good things. Thing is, I don’t expect anything to come. But I know when time has come, some thing will bring me to another, and that everything will be fine, falling perfectly into place. For example, I may see or hear things on the radio, or in conversation, talking with friends, seeing it on tv, on in a magazine, or even online… whatever, really… that lead me to think about something specific I would like to do, get or live… I really feel I have to. Then money comes in my way so I can get it, or I meet people that are able to take me to do it, or to teach me how to do it… it’s that simple. And what makes me smile is that I never know if it happened because I sent the intention, or if it was brought to me at the first place. Does it really matter? I don’t think so. I am just enjoying what is and what will be.

The most difficult step was to trust people… We you only rely on yourself, it’s not that easy. So I started to give my trust for small things. Not fully trusting the person by himself/herself, but trusting him or her to do this or that. Baby steps… I felt betrayed so many times that it’s not something natural anymore, to me… probably because, in my mind, when I give my trust to someone, it’s the most valuable thing I can give. I realized lately that I didn’t have to give my full and entire trust to anyone, actually. Well, I don’t have to yet. As I said, betrayal with huge consequences left scars… deep ones. As I go on my path, I don’t really need or care about these trust issues. What was a deep open wound is just something I think about from time to time. I am far less isolated now that I was when I decided to trust no one till I dealt with my trust issues… Trust is not really an issue anymore. I don’t give it the same value as I did before, I guess. I don’t need to. So it’s simpler. My life is also simpler, as I don’t compartmentalize it as I used to. I also have far less secrets or things I want to keep for myself. I opened myself and what you see is what is… So no need to trust someone to keep something for him/her self. I don’t care about what may be said or thought… As soon as I made the choice to be myself no matter what, even if it may be judged by some (co workers, familly), I freed myself from their judgments and from the necessity to keep things separated from a realm of my life to another. It wasn’t that easy at first…. Baby steps once again. Now I just am who I am, and if they have a problem with it, it’s theirs, not mine. Self confidence is the key. The ability to trust in yourself, and not to depend on anyone else.

So this week, let’s take a step forward, let’s bring trust in our life!

Saga 2020. Confiance

Encore un mot en C!

La confiance est essentielle si nous voulons vivre pleinement notre histoire, si nous voulons profiter du voyage qui commence. Confiance en soi, confiance en autrui, confiance dans ce qui se passe dans notre vie.

J’ai mis longtemps à me faire confiance. Jusqu’à ce que je comprenne qu’il n’y a pas de bon ou mauvais choix, pas de bonne ou mauvaise décision. Que chaque pas que nous faisons nous mène exactement là où nous devons aller. Dès lors, je suis beaucoup plus sereine lorsque je dois effectuer un choix. Même si il donne lieu à des épreuves dont je me serais bien passé, je sais que j’en sortirai grandie, plus sage du moins. Et puis après tout, n’était-ce pas exactement ce que je devais apprendre ou expérimenter? J’ai arrêté de me culpabiliser inutilement, de m’autoflageller… Je me fais confiance pour avancer sur le chemin qui s’impose à moi. Depuis quelque temps déjà, j’ai même décidé de ne pas faire de choix, mais de me laisser porter. C’est en soi une belle preuve de confiance en soi que de lacher prise. Je n’ai pas besoin de contrôler tout ce qui vient à moi, je vais et viens selon l’envie du moment, selon les indices laissés par ma curiosité. Je sais que tout se passera bien parce que si un obstacle surgit ou qu’une situation est compliquée, je saurai faire ce qu’il faut. Parce que j’ai avec moi un bagage de vie qui me permet de raisonner de cette manière.

Mais pour ce faire, il faut aussi avoir confiance dans ce qui s’annonce. Je sais que tout ira bien, parce que c’est quelque chose que je ressens au plus profond. Je suis à l’écoute de mes sensations, et j’ai confiance en mon analyse des messages qu’elles me transmettent. Et je suis sereine. Si des retards se font jour, je ne commence pas à me poser de multiples questions, je ne remets pas tout en question, je ne me laisse pas aller à la colère ou à la frustration. Je pars du principe que les choses prennent le temps nécessaire. Et que ce temps n’est peut être pas celui que j’aimerai, mais que le jeu en vaut la chandelle. Je continue donc à faire ce que j’ai à faire, en ayant confiance dans l’issue. En chemin, j’apprends, je consolide, je construis, et je vis de nouvelles expériences qui enrichiront ma saga.

Et puis il y a tout ce qui ne dépend pas de moi. Pendant très longtemps, je n’avais pas confiance en autrui, je ne comptais que sur moi. Et j’ai appris à lacher prise là dessus aussi. Je ne peux pas tout faire, tout résoudre, tout gérer. D’autres sont plus spécialisés que moi dans tel ou te domaine, je les laisse donc exercer leur expertise en toute confiance. Ce qui me laisse tout le loisir de me concentrer sur ce qui dépend réellement de moi. Encore une fois, je gagne en sérénité. Je sais que puisque j’ai fait un choix, basé sur mes connaissances et sur mon instinct, tout se passera comme cela doit se passer.

La confiance est en quelque sorte le pendant du contrôle. On a besoin de contrôle lorsqu’on perds un peu pied, lorsqu’on est perdu, lorsqu’on a besoin d’être rassurés. Mais si on a confiance en soi, en autrui, et dans le processus, le contrôle est superflu. Tout se met en place de soi-même, et on gagne en sérénité.

La clé n’est pas le contrôle. Il est complètement illusoire de penser que nous pouvons avoir le contrôle sur chaque domaine de notre vie. Et c’est aussi s’enfermer dans une anxiété qui nous étouffe peu à peu. Plus on cherche à contrôler, moins on se fait confiance, moins on fait confiance, et plus on a besoin de contrôle. Alors qu’il suffit d’accepter qu’on ne peut tout contrôler pour pouvoir profiter. On fait ce qu’on a à faire, sans pression, juste parce que c’est ce qui est pertinent ici et maintenant. On s’ouvre aussi au changement, on embrasse la possibilité de faire un détour, sans culpabiliser, mais parce que la vue promet d’être belle. La clé est cette assurance que l’on fait ce qu’on est sensés faire. Avoir confiance en soi, oser se faire confiance, telle est la clé. Oser être ce qu’on se sent être, oser se laisser porter avec confiance. Oser profiter du paysage et non se préoccuper des graviers sur le chemin. Oser s’écouter, oser voir ce qui doit l’être. Oser sentir lorsque tout se met en place. Oser se réjouir de vivre cette expérience…

Ce n’est pas une question d’égo. Nous n’avons rien à prouver. Mais par contre, nosu avons encore tout à apprendre, à expérimenter. Nos décisions et les chemins que nous décidons de prendre nous apportent toujours quelque chose. A nous de leur accorder la valeur que nous voulons.

La confiance que je peux avoir en moi m’est personnelle, par nature. Elle ne dépend pas d’autrui, du regard qu’autrui peut porter sur ma personne, sur ma vie, sur mon évolution. Elle peut être perçue, mais ne dépend que de la manière dont je perçois mon cheminement. De la manière dont je vis les choix que j’ai fait. De ma prise de responsabilité dans mon avancée. De mes envies et de mes désirs. Chacun d’entre nous est libre de se faire confiance ou non, de percevoir sa vie comme bon lui semble.

Pour moi, la confiance est synonyme de sérénité, et c’est pour cela qu’elle fait partie de mon cheminement. Elle me permet de lacher prise, de vivre plus simplement, et de profiter du voyage!

Une année toute en nuances/ Happy hue year: Janvier/ January

Ce mois-ci, nous nous plongeons dans un jaune un peu froid, un jaune de soleil d’hiver…

This month, we dive into a pale yellow, a winter sun yellow…

J’avoue, ce n’est pas la couleur qui m’inspire le plus…. du coup, j’ai opté pour la facilité….

Let me tell you it’s not my most inspiring color… so I decided to stay in my confort zone…

2020 saga. Curiosity.

Curiosity is the strong desire to know or learn something. Now that we made a step forward, time has come to go on a path. Several of them are open, we just need to make a choice. I used to take a lot of time before making any choice, especially if I felt it was an important one. Pondering, considering each aspect of it, focusing on the consequences, on the possibilities… a lot of time…. a lot of energy too… and almost always the reasonable choice… no risk, no pain, no excitement either…. and this feeling I missed something important…

When I was younger, I sometimes made spontaneous choices…. most of the time because I needed to feel I made something for me and not to please people around me or to meet others’ expectations… As they were truly reactions and not actions, I had to face the consequences and… well, let’s say they weren’t my best choices…. but they always offered me truly valuable lessons…

I don’t make choices anymore. I let go of them. I just notice the little things, the smallest hints that appear on my path, and keep them within. I follow my path, and I know I am going the right direction when everything seem to conspire to allow me to go forward.

For a while, I was just surviving. I was focus on going on, nothing more. I dealt with what was coming on my way, no desire, nothing more than this simple thought: I promised to go on, so I do all I can to keep my words… those who had to face grief understand… dull life, dull feelings. Something had died within when my daughter passed… I thought I wouldn’t be able to love, to enjoy, to smile anymore.

Then I started to notice little things. And I remembered how we faced the whole situation living day by day, but mostly enjoying these little sparks each and every day. So I came to realize that the best way to honor Emma’s memory and to keep my promise was to look for these little things and enjoy them. And that’s when I started to see hearts everywhere… heart shaped rocks, clouds, fields… I decided that they were from her. And pain turned into love again…

I opened a door… slowly, softly, I started to notice more and more things… And I was looking for them. I felt this little spark of curiosity going stronger. I became more and more aware of what a going on around me… I came back to life. Effortlessly, just opening my eyes again.

Now I took it to another level. I sometimes notice a need I have to fulfill. As I ‘wish’ to do so, I know I can expect something to happen to validate or invalidate it. So when I feel something is missing, or needs to be changed, my curiosity is turned to those hints that will make it happen or not… as I watch it unravel, I really enjoy the journey.

So I am not passive anymore. I send intention and look for hints…. My curiosity and awareness give me this little spark of excitement that makes me enjoy the journey, that makes me willing to see and know what is coming on my way. I am also exercising patience, not passiveness… My intuition makes me feel something is going to happen, and that I need to be ready to see/live/feel it. So I go on, smiling, knowing that whatever comes, I will learn from it… and my curiosity gives me this little extra joy and eagerness to jump into change I required.

I can choose between several paths to follow. My curiosity gives me hints on each of them… I know that whatever I choose to do, everything will be fine. Because the little things on the way will guide me to make the best choice for me at the time.

So this week, let’s yield to curiosity! Let’s enjoy those little exciting hints!

Saga 2020. Curiosité

Bien, donc nous avons effectué le premier pas vers ce qui s’annonce une belle aventure. Que faire maintenant? De nombreux chemins s’offrent à nous. Tous très différents et à la fois tellement similaires dans leur façon de nous appeler, de nous tenter, de nous intriguer… Nous envisageons les différentes possibilités qui s’offrent à nous avec cette excitation, cette effervescence, cette envie d’en savoir plus, d’en voir plus, d’en vivre plus.

Cette curiosité, cette sorte d’incertitude, d’instant suspendu où tout n’est encore qu’imaginaire, où nos mondes intérieurs s’agitent, entrent en collision, libérant l’énergie nécessaire pour nous inciter à aller plus loin, à vivre plus fort.

J’aime cet état d’hypervigilance nécessaire pour discerner les moindres indices qui pourraient nous mener sur une voie ou sur une autre. Ce moment où tout est possible, où notre imagination nous nourrit de quêtes improbables et autres voyages au long cours. Ce moment validant tout ce que nous avons vécu jusque là. Ce moment où nous sommes en équilibre, ancrés, où nous sommes très exactement ce que nous sommes sensés être.

Et pourtant, au fond de nous grandit cette envie, cette nécessité de plus. Plus de compréhension de ce qui nous entoure, de ce qu’il y a en nous. Plus d’aventures, de partage, d’échanges, de contacts. Plus de rires, d’émotions fortes, de paix aussi…

Chaque chemin qui se présente à nous recèle son lot de surprises, de connaissances jusqu’alors dissimulées, de possibilités. Et c’est en faisant preuve de curiosité, d’envie de plus, de lâcher prise aussi, que nous ferons notre choix.

Ma curiosité me pousse aussi à lancer quelques sondes de ci, de là, pour le plaisir d’exercer mon intuition et de nourrir mon imaginaire… Et si je prenais ce chemin là, que pourrait-il arriver? Et si au contraire je choisissais celui-ci il a l’air plus éclairé…. ou pourquoi pas celui-ci, il semble bien accueillant… Et si….

J’aime jouer à ce jeu d’anticipation, d’imagination, d’intuition. J’aime même parfois pousser jusqu’à prendre des notes sur ce que je peux ressentir à certaines idées… Par curiosité de voir mes intuitions validées ou non. Sans attente réelle, juste pour le plaisir.

Et puis il y a ces rêves qui nous réveillent en pleine nuit pour être ancrés dans notre mémoire. Ces images récurrentes, expressions de désirs ou messages de notre esprit… Quoi qu’il en soit, ils attirent notre attention, aiguisent un peu plus notre curiosité.

Nous sommes sur le point de vivre quelque chose de fort, et tout contribue à garder notre motivation, notre intérêt à son plus haut niveau, pour que nous puissions vivre cette expérience le mieux possible, en profitant de chaque instant, en en faisant quelque chose d’unique, d’épique, de constructif. Pour que nous trouvions l’inspiration à chaque instant, parce que tout contribue à nous stimuler, telle une étincelle de curiosité qui nous fait aller un peu plus loin encore, qui nous prépare à ce qui vient à nous, qui crée le désir de vivre ce qui doit l’être.

La curiosité de voir où tout cela va nous mener. Nous ne sommes plus dans l’attente ou dans la patience, mais plutôt dans l’anticipation, et dans l’accueil. Et puisque notre intuition a allumé l’étincelle de la curiosité, nous pouvons en plus savourer chaque indice, chaque message, chaque étape.

Cette semaine, laissons-nous aller à la curiosité. Amusons-nous des détails, profitons de chaque instant.

%d blogueurs aiment cette page :