inktober 31: ripe/mûr

Dernier jour!! Pfiou!! Une corne d’abondance pour célébrer!

Quelle aventure!! Je vais sortir ma tablette pour faire quelques gribouillages avec les thèmes d’inktober. Pas sûre du tout de tous les faire, par manque de temps ou d’inspiration.

Je prépare aussi un article bilan sur le challenge…. quoiqu’il en soit, je signerai de nouveau l’année prochaine, j’ai adoré le voyage!

Inktober jours 27 à 30

J’ai rattrapé tout mon retard!!! Pfiou!! Demain étant le dernier jour, je voulais être à jour de mes gribouillages… histoire de prendre le temps de faire un point sur cette expérience… ce sera donc pour demain, avec mon dernier gribouillage pour cette année.

Jour 27: coat/ couche, manteau, pelage / enrober, couvrir

Puisque je n’en avais pas beaucoup gribouillé pendant le challenge, j’ai voulu profité de l’idée de couche pour me faire plaisir avec quelques motifs… juste disposés en couche… je suis dans le thème hahaha!

Jour 28: ride

Bon clairement, là, j’ai tout de suite pensé au snow…. toute ma jeunesse…. ah si seulement je n’avais pas un genou en moins, je me ferais plaisir à dévaler les pentes cet hiver…. bah… je fais des économies…. mais ça me manque, clairement…

Jour 29: injured / blessé (sens propre et figuré)

J’avais vu quelque chose comme ça passer il y a un petit moment, et j’ai tout de suite eu cette image dans la tête… parce que pour moi, la douleur s’exprime avec pudeur…. et que j’ai été blessée, physiquement ou émotionnellement, bien plus que je ne l’aurais voulu… mais que c’est l’intégration de ces blessures qui m’a rendue telle que je suis… donc il s’agit plus d’une évocation…

Jour 30: catch/ attraper, prendre, surprendre, frapper, saisir.

J’ai tout de suite pensé à l’une de mes photos préférées d’Emma, avec son grand-père… J’ai donc pour la première fois depuis des mois fouillé mes dossiers de photos et j’ai fini par la retrouver…. Toujours aussi peu douée pour représenter le réel, mais cette petite main autour de l’index de mon père, ça veut tout dire…..

2019 epopee: card #22. I am WELCOMING cycles

I spent a beautiful week with my parents and my nephew on the Mediteranean sea. It took me a full day though to recover from it hahaha. But I welcomed it, embraced it. I took a day off everything. Just refilling my energy. This is why I didn’t post yesterday.

This week, I want to focus on cycles. They are really important in my life, and I really feel good when attuned with them.

Cycles are the rhythms of existence. It’s easy to notice them if we take the time to do so. Some are obvious, others are more intricate, more personal probably. Most are just witnesses of our life, milestones that mark our time, to which we can refer in order to materialize the path we already walked. Some are more present in our growth. Others are just meant to be broken in order to go on… But they are. They exist. And we can make the choice to recognize, value them, give them the importance we want them to have in our life.

Days. I love to think that days are my shelter cycle. When needed, I can only focus on the day I live. I then don’t care about anything else, no long term projects or regrets. Only the day I am living. I then can spend time to look at each and every little thing that makes this day special. We often loose track of the singularity of each and everyday we are gotten to live. We just exist, lost in our routine…. while each day brings its own colors, its own taste to our life, if we let it do so. So from time to time, I just love focusing on the very day I live, enjoying every minute of it. It brings me happiness, serenity, and fills me with memories that I would other wise ignore. I usually do it when I wake up in a grumpy mood, which can be seen as a paradox. But it’s the solution I found to counteract my bad mood. On those mornings, when I wake up and just want to go back under my blankets, I trained my mind to just switch on ‘enjoy the day’. First step: take a big huge breath, smiling…. Then stretch like a cat, being aware of each parcel of my body…. then I go on with my day, being aware of my acts, my thoughts, my feelings…. And trying to look for the secrets of this day, what makes it so special I had to focus on it…. It’s an amazing experience. Really fulfilling. And it builds up awareness. I love it!

Moon. As a woman, I am lucky enough to be attuned with the lunar cycle. My own cycle is in perfect alignment with it. So it plays a role of importance in my life. I just love feeling that my body enters in resonance with the Moon. It probably helped me to accept and to understand what was going on at first. But now I just embrace it and live it to its fullest too. And I love thinking that each new moon means a new beginning too… I try to focus on it as much as I can, and I love celebrating it with my own little rituals ( like taking a warm bath with lavender oil and Himalayan salt, soft music and candles).

Seasons. I am lucky enough to live in an area where seasons can really be seen and felt. As we enter fall, I get ready to dive into a more self reflective time, while watching nature letting go of what needs to go before winter. I try to tune in and do the same, celebrating and thanking what helped me grow and letting go of what doesn’t need to be part of my life now. No sadness, but a deep feeling of gratitude to have been able to go through it, with it. Time to switch from summer light clothes to warmer, cosier clothes… scarfs and mittens. Time to listen to rain on the windows while drinking a good and warm tea. Then winter will come, and its crisp cold, maybe snow if I am lucky. Light will play a special part while night will greet my warm tea and blanket time… Time to enjoy home, its warmth, time to cuddle and to enjoy the foggy mornings. Time to wear those warm cosy clothes, coats and mittens. To enjoy the warmth of fireplaces and restaurants with friends. Then spring will softly come back, and with it the happiness to be alive, and to watch nature come back to life too. It’s time to start to go out again, to enjoy those mornings at the lake, to spend more time with friends outside, to wear back those light weight clothes, to slowly put away scarfs and mittens. Then summer will bring its warmth, its light, and everything I need to make my favorite salads. Time to enjoy outdoor endless evenings with friends, under a starry sky. Time to spend time by rivers to cool a bit. Each season brings us something to be grateful for, to enjoy, to attune ourselves with Nature. And each of them teaches us something about us, about life.

Other cycles rhythm my life. But those are the most universal, to me.

Thing is, we can either embrace those cycles, as they teach us something new each and every time, or we can fight them. To me, some anniversaries are hard to face. But they keep come back, and I realize that it was up to me to let them put me down for a while or to look at them as just dates. With time, it becomes easier for me to face some of those days. And surprisingly, I forget about them, noticing the meaning I gave them once they passed. Some of them are still painful, and I know that it will take time, and acceptance, before they become ‘just a day’. A few will probably still be painful for a while, or maybe a lifetime… but it’s ok, I will learn to greet them, to welcome them, as they are part of my path, of what made me the one I am.

So this week, I will welcome cycles, as they come, as they go, and enjoy each and every of them, as they are my best teachers.

inktober 26: dark / sombre, obscur, sinistre

J’ai tout de suite pensé à l’if, un arbre qui me fascine. Je trouve qu’il a un truc en plus, une sorte de détermination à survivre quoi qu’il arrive à être ce qu’il est en dépit de l’adversité, une capacité de se protéger et de croitre quoi qu’il en coûte… et puis ses formes torturées me plaisent beaucoup aussi, je dois l’avouer….

Mais pour beaucoup, cet arbre est sinistre, surement parce qu’on le trouve souvent aux abords des cimetières, et qu’il est hautement toxique.

Bref, l’if, illustration parfaite du mot du jour!! En plus, j’adore les dessiner, c’est une de mes obsessions, mais chuuut!

Je ne suis pas sûre de pouvoir publier le dessin du jour demain, puisque je serai sur la route, mais vous aurez du coup double dose lundi!

Bonne journée!

Inktober 25: tasty / délicieux

Ma première idée, une salade de fruits. Mais après plusieurs tentatives malheureuses, je commençais à désespérer…. Et puis on m’a amener un pain au chocolat pour le petit dej…. l’inspiration est revenue! Toujours aussi peu convaincue de mes capacités à représenter quoi que ce soit en noir et blanc, j’aurais au moins essayé! Mais pfiou…..

Au moins, je sais que si l’envie m’en prend, je pourrai m’entrainer pour progresser…

A demain! Je rentre dimanche, je vais pouvoir rattraper mon retard avec la tablette…. quoi qu’il en soit, je suis contente d’avoir pu mener le challenge à son terme, pour une première fois, ce n’est pas mal, et puis j’ai osé plein de trucs, je suis sortie de ma zone de confort… et rien que pour ça, c’est une expérience intéressante.

Inktober jour 24: dizzy/ avoir la tête qui tourne

J’ai tout de suite pensé aux toupies, à leurs différentes formes, à leurs trajectoires aléatoires… pas les nouvelles, mais celles en bois, en métal, les toutes simples et pourtant si diverses…. celles dont les couleurs tourbillonnent.

Voici donc mon gribouillage du jour:

A demain!

Inktober 23: ancient / ancien, antique

Pour le coup, j’ai vraiment choisi un truc ancien à gribouiller. Parce que la prouesse technique et la volonté dont ont fait preuve ceux qui l’ont érigé m’inspire énormément de respect…

Et comme de plus en plus souvent, je me dis que le dessin au trait me limite quand même, j’aurais aimé ajouter des ombrages ou des nuances à l’encre diluée, histoire d’apporter un peu plus de profondeur ou de contraste… mais bon, je n’ai pris que mes feutres, j’assume!!

En tout cas, je suis fière de moi d’oser de plus en plus de représenter des trucs, d’oser me lancer… ce challenge aura été super positif!! Je n’ai peut être pas passé autant de temps que je l’aurais voulu sur certains dessins, mais les contraintes extérieures ne m’ont pas laissé le choix… je reviendrai peut être sur certains gribouillages, soit sur les cartes directement, soit sous une forme différente. En tout cas, après 23 jours, je m’amuse toujours, et je peux voir que j’ai progressé dans certains domaines… Surtout je me suis tenue à ce que je voulais faire au départ (et la semaine prochaine, je rattrape mon retard avec la tablette graphique, là, je ne l’ai pas prise, trop risqué!).

A demain!

Inktober jour 22: Ghost / fantôme, esprit

Étrangement, l’inspiration est venue de suite pour le mot du jour. J’aime imaginer Emma sous sa forme adolescente/adulte… et m’attendre, mutine, au détour d’une tombe dans un cimetière. Rien de morbide, juste un clin d’oeil. Tout comme j’aime à penser qu’elle m’en fait d’autres, murmurés tout bas dans mes rêves, avec l’humour qui la caractérisait.

Bref, voici mon gribouillage du jour:

A demain !

inktober 21: treasure / trésor

Pour moi, le trésor le plus précieux est ma famille, un peu clanique, solidaire dans les tempêtes, dont j’ai aussi appris à me détacher pour suivre mon propre chemin. Je sais cependant que quoi qu’il arrive, nous ferons front, ensemble, en mettant toutes nos différences de côté le temps de la bataille. Et que si nous nous chamaillons, justement, c’est parce que nous tenons les uns aux autres…

Bref, en cette semaine de vacances en famille, justement, je voulais représenter ma famille sous la forme d’un trésor abondant, mais ouvert, offert…

epopée 2019: carte n°22. Je suis en ACCORDS.

Non non, il n’y a aucune erreur, je suis en accordS, au pluriel. Ces derniers temps j’ai eu quelques difficultés à gérer certaines relations… Comment me positionner, comment ne pas me laisser atteindre tout en étant suffisamment ouverte pour éprouver de l’empathie? Bref, compliqué. Surtout lorsqu’en face le stress, l’anxiété, le manque d’estime de soi combinés à la fatigue rend la personne très agressive… Je n’ai pas de vocation de martyr, je ne vois pas pourquoi je devrais être le récipient de toute cette énergie négative… Mon instinct primaire est de me mettre en position de miroir et de renvoyer ce que je reçois… Sauf que si j’ai conscience de la force de l’agression, la personne, en face, est en souffrance et ne se rend pas compte de l’amplitude de ce qu’elle envoie… Clairement, je n’ai pas à gérer les humeurs des uns et des autres, surtout lorsque la personne n’est pas très proche… Je n’ai pas à gérer leurs angoisses diverses et variées… Ce n’est pas mon problème. Et puis, sincèrement, ma voix n’est pas entendue, donc ce serait une dépense d’énergie inutile, à mes yeux…

Bref, je me suis laissée atteindre…. encore une fois… j’ai encaissé… encore…. et je n’ai pas du tout aimé ça… encore… Mais cette fois, j’ai pris le temps de vraiment absorber l’onde de choc… parce que ce sera la dernière fois. J’ai pris ma décision. Tant pis, puisque malgré tous mes efforts pour rester en dehors de tout ces drames on m’y plonge, je vais devoir agir… Comme je l’ai dit, ma première pensée a été de répondre proportionnellement… Sauf que si je suis capable d’encaisser quelque chose comme ça, ce n’est pas leur cas… et qu’au lieu de calmer la tempête, je risque juste de déclencher l’apocalypse… je m’en sortirai sans doute indemne, mais je ne peux pas dire la même chose pour les personnes concernées, qui sont déjà bien fragilisées….

J’ai donc choisi, dès la première attaque, de me décentrer émotionnellement… D’observer les dynamiques, d’analyser les rapports de forces… parce qu’il s’agissait évidemment d’une action concertée, multiple… Mais je suis restée calme… et j’ai écouté. Un pur exemple de gaslighting… sauf que ça ne marche pas sur moi… ça m’agace juste qu’on ait pu penser le contraire hahaha.

Et puis j’ai plié, comme un roseau, sans céder pour autant. J’ai plié, j’ai pris le recul nécessaire pour revenir en force, légitimement, honorablement…. parce que je ne peux pas leur reprocher ni régler leur immaturité émotionnelle… Elles ont besoin de faire un travail de gestion émotionnelle, et je ne peux pas leur apporter l’aide dont elles ont besoin. J’ai appris en suivant un chemin qui leur est étranger, et j’en suis ravie pour elles.

Et puis je me suis tue. Pour ne pas entrer dans leur jeu. Pour ne pas aggraver la situation. Et parce que mes mots ne peuvent les atteindre, leur malaise étant tel qu’il s’alimente en circuit fermé.

Bref, j’ai râlé une fois avec mes proches, j’ai laissé tout ce que j’avais sur le coeur sortir, et le constat a été le même: ça ne peut pas durer… Le problème ne vient pas de moi, j’ai fait tout ce que je pouvais… Et si je m’en vais, un ou une autre fera l’objet de leur furie…. et les conséquences pourraient être dramatiques… je ne peux pas avoir ça sur la conscience… je dois agir…. même si ça prend du temps, je vais le faire. En me protégeant.

Et je me suis souvenue des 4 accords toltèques. Je vous prépare quelque chose d’ailleurs là dessus, autre que mon bavardage d’aujourd’hui…

En résumé:

  1. Que ta parole soit impeccable
  2. Quoi qu’il arrive, n’en fait pas une affaire personnelle
  3. Ne fais pas de suppositions
  4. Fais de ton mieux.

Et j’ai simplement devant moi la feuille de route à suivre. La mienne, mais aussi la leur…

Que ta parole soit impeccable. J’ai bien fait de me taire au lieu de leur répondre sous l’effet de la colère. Mon langage corporel devait cependant parler de lui-même…. Mais mes mots ont été pondérés, posés, libérés d’émotions. Je suis restée factuelle. Et calme. Et j’ai écouté leurs reproches en ayant de plus en plus conscience qu’en fait, elles projetaient sur moi leurs propres angoisses et sentiment d’échec… Alors qu’il n’y avait aucune raison pour ça… Donc je prends la décision de les couper lorsque la situation se reproduire pour recadrer le discours et infuser du factuel. De les libérer de l’émotion pour leur permettre d’analyser plus sereinement la situation et de parvenir à relativiser.

Quoi qu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle. En me décentrant émotionnellement, j’ai pu me libérer de la colère. Je n’étais pas vraiment fautive, mais elles projetaient leur angoisses, leurs doutes et leur besoin de reconnaissance inassouvi sur moi. Je n’avais rien à me reprocher objectivement, d’autres ont pu le confirmer. Mais elles avaient besoin d’affirmer un sentiment de contrôle alors qu’elles se sentaient justement en perte de ce contrôle… Au lieu de chercher l’origine de ce sentiment et d’y remédier, il leur était plus simple de le reporter sur quelqu’un d’autre… sauf que je n’avais rien à voir avec la situation, et que donc je ne me sis pas sentie concernée… ça n’avait rien à voir avec moi, mais tout avec elles.

Ne fais pas de suppositions. J’ai appris depuis longtemps à ne pas projeter ma propre vision des choses sur des situations vécues par d’autres. Parce que chacun vit une expérience unique. Néanmoins, j’ai aussi appris à analyser et à observer, le plus objectivement possible, ce qui se passait, ce que le langage corporel laisse transparaitre, ce que les mots expriment de leur propre vision des choses… je ne suppose rien, je ne projette rien. Mais j’explique, je rationalise, grâce aux éléments objectifs et extérieurs que j’ai pu obtenir. ça m’aide certainement à ne pas ajouter de l’huile sur le feu. Pour autant, ça ne résout pas le souci… Par contre, en répondant à leurs propres suppositions avec des faits, des vérités. En ôtant une fois de plus tout l’émotionnel pour revenir vers quelque chose de rationnel, le plus objectif possible, je rétablis un certain équilibre. C’est ce que je ferai à l’avenir. Calmement, posément.

Fais de ton mieux. Sincèrement, j’étais aussi fatiguée, et je n’ai pas mis tout ça en pratique, ce qui m’a frustrée… Et je m’en suis voulue de m’être encore une fois laissée entrainer dans cette spirale descendante…. Mais j’ai fait de mon mieux en en répondant pas proportionnellement, en attisant le feu qui couvait et qui ne demandait qu’à exploser… je suis restée calme, silencieuse, posée… Et je me suis décentrée. J’ai pu m’éloigner émotionnellement d’une situation explosive qui aurait pu mener à une crise que je voulais absolument éviter. Parce que je sais, j’en ai eu la preuve à de nombreuses reprises, que leur immaturité émotionnelle les a menées là… Et qu’il ne m’appartient pas d’y remédier. Je peux en revanche leur présenter une autre manière de procéder, de se comporter, d’interagir…

Cette semaine, je vais donc marcher en accords, en appliquant les accords toltèques plus consciemment que d’ordinaire… Parce que j’en ai envie, et qu’ils me font du bien… et qu’il est toujours bon de s’y replonger de temps en temps… Les prochaines semaines, je vous les présenterai plus profondément.

%d blogueurs aiment cette page :