Epopée 2019. Carte n°21: J’explore l’inconnu avec PLAISIR.

Sixième jour d’inktober. Et je prends énormément de plaisir à faire le challenge. Du coup, lorsqu’il a fallu penser à une affirmation positive pour cette semaine, je n’ai pas eu à chercher trop loin. J’explore l’inconnu avec plaisir. Et si cette phrase s’applique au challenge et à la manière que j’ai de l’appréhender, elle concerne également d’autres domaines de ma vie.

Je pense que le jour où j’ai compris que, malgré tout ce qu’on nous pousse à croire, je n’avais rien à perdre, mais au contraire tout à gagner, je me suis autorisée à prendre les chemins de traverse que j’aime tant.

J’ai pour bagage mes valeurs et mes principes, qui m’empêchent de tomber dans les précipices qui peuvent se présenter sur ma route. Dès lors, je peux profiter du voyage, explorer en toute sérénité. Je n’ai rien à craindre, je peux ouvrir mon esprit, mes bras, et embrasser ce qui se présente avec un enthousiasme non feint.

Puisque je sais où j’en suis dans ma vie, qui je suis, je n’ai pas vraiment d’attente, juste un envie de m’ouvrir, une soif d’apprendre, de comprendre. Je peux me permettre de me remettre en question, si je sens que ça me fait progresser, si ça me permet d’évoluer dans une direction plus enrichissante.

Et puis cette semaine passée, j’ai appliqué l’idée d’une amie: je me suis donné pour mission de laisser mon énergie positive transparaitre, irradier, prendre possession des lieux où je me rendais, juste pour le fun. Et sincèrement, non seulement ça a changé ma perception, mais elle a pu transparaitre et affecter ceux qui m’entouraient.. Je vais donc poursuivre sur cette voie. J’en ai fini avec ma carapace, avec mon armure. J’ai enfin dépassé le stade où elle m’était nécessaire pour survivre et me reconstruire. Il est temps d’affirmer et d’exprimer ce que je ressens, et d’en faire profiter les autres.

J’avoue qu’au départ, j’avais un peu peur d’être drainée, tant la négativité, l’anxiété et le stress était prégnants. Mais j’ai vite réalisé que si je pouvais les percevoir, ils ne m’atteignaient absolument pas, qu’au contraire, j’avais la capacité de voir les choses plus clairement sans avoir à m’en préoccuper. Et que je me sentais bien, sereine, à ma place.

Bien évidemment, c’est plus ‘facile’ lorsqu’il s’agit de lieux connus, où les énergies sont facilement lisibles. Donc cette semaine, je me fixe pour mission de prolonger et d’étendre l’expérience dans des lieux moins familiers, pour le fun.

Pour illustrer cette idée, revenons au challenge Inktober. Chaque jour, un mot est proposé et nous devons nous en inspirer pour gribouiller un truc. Bon, soit, ça a l’air simple, non? Sauf que le mot, parfois…. ne m’inspire pas du tout… que faire? Me triturer les méninges, essayer de trouver quelque chose que je pourrais faire, parfois ressentir de la frustration, du stress parce que je ne suis pas sûre de pouvoir gribouiller quelque chose? Ou me laisser porter, gribouiller ce qui me vient à l’esprit (après tout, c’est en lisant le mot que j’en viens à cette idée), même si parfois le dessin a peu de lien avec le mot, du moins directement? Évidemment, je choisis très très souvent la deuxième voie… Je me laisse porter par le manque d’inspiration, je laisse mes pensées divaguer jusqu’à ce qu’elles activent mon envie d’attraper mon crayon. Et ça se passe très bien. De même, j’aime gribouiller des trucs non figuratifs, oniriques, avec mes feutres techniques ou mes stylos gels blancs. C’est ma zone de confort, le connu, le domaine dans lequel je me sens bien. Mais pourquoi ne pas profiter du challenge pour faire autre chose? Pour explorer des techniques différentes, des domaines différents? Après tout, c’est l’occasion de sortir de la routine, des sentiers battus, et de s’amuser à le faire. Le but de ce challenge, après tout, pour moi en tout cas, est d’explorer des univers différents. Et d’y prendre plaisir.

Parce que la clé est là: prendre plaisir à être, à faire ce que l’on est, ce que l’on fait. J’ai arrêté de me mettre la pression, d’être perfectionniste. Ce qui compte, c’est de prendre du plaisir à ce que l’on fait. Parce que la vie est suffisamment pleine de contraintes pour que l’on s’en impose de nouvelles. En fait, prendre plaisir à faire des choses parce qu’on en a envie équilibre ce qui nous contraint. Et il n’y a échec que si l’on considère que rien ne peut être fait pour améliorer la situation. En l’occurrence, je pourrai toujours reprendre un de mes gribouillages plus tard, si j’en ressens le besoin. Là, je me concentre sur l’expérience qui m’est offert de vivre. Et j’en profite pleinement.

Du coup, je prends le challenge comme je prends ma vie. Avec une envie non feinte de découvrir ce qui m’attend, la volonté de m’y confronter, l’assurance que tout se passera bien et que je ne pourrai que progresser, et la joie d’aller toujours plus loin.

Et, tout comme dans ma vie, j’ai la surprise de voir que mon enthousiasme, l’énergie que je mets sans retenue dans mes gribouillages transparait et me fait faire de belles rencontres, me pousse à aller un peu plus encore en moi-même pour y puiser ce qui me fait avancer. Et en tirer encore plus de plaisir, encore plus de détermination, encore plus de joie… et tout ça nourrit ma motivation de poursuivre sur ce chemin, en profitant du paysage.

Alors cette semaine, sautez dans l’inconnu les yeux grands ouverts et soyez a votre tour prêts à recevoir bien plus que vous ne l’auriez imaginé. Et profitez de chaque instant!!

motif: drop rose

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :