Symbole n°41: Kolovrat

Kolovrat est le symbole de Svarog, le dieu slave du soleil. « Kolo » signifie cercle, et « vrat » rotation. Il s’agit donc de la représentation de la rotation du cercle solaire. Il est composé de huit rayons émanant d’un point central. Les extrémités de ces rayons forment un cercle. Ce qui donne une illusion de mouvement de ce cercle soleil dans le sens des aiguilles d’une montre.

Kolovrat était porté en talisman et revêtaient de multiples et importantes signification pour son porteur:

  • Fertilité, récolte abondante
  • Puissance et énergie solaire
  • Victoire du bien, des forces de la lumière sur le mal
  • Santé du corps et force de l’esprit
  • Protection contre le mal
  • Chance dans les bonnes actions et les efforts

Pour moi, Kolovrat est chargé symboliquement de beaucoup de positivité, d’une force créatrice aussi. C’est pourquoi je l’ai choisi cette semaine. Non parce que je veux attirer ce genre d’énergie ou de pensée dans ma vie, mais parce que je les ressens déjà.

Que les choses soient claires, je suis loin de vivre au pays des bisounours. Mais j’ai également décidé de cesser d’accorder de l’importance à la morosité ambiante, souvent liée à une anxiété et à un stress qui pour moi, n’ont pas réellement lieu d’être. Je m’explique: on subit tous de petites contrariétés dans notre vie quotidienne. Ces petites choses qui ne vont pas dans le sens qu’on voudrait, ces imprévus qui nous freinent ou nous frustrent. Ces petits riens qui nous obligent à envisager d’autres solutions que celles que nous avions prévues… Dès lors il y a deux options: soit nous nous laissons aller à al frustration, au stress, à l’anxiété, soit nous lâchons prise, prenons du recul et nous adaptons à la nouvelle situation… l’humour, clairement, est une arme redoutable dans ce cas de figure…

En ce début de semaine, j’ai eu mon lot de petits tracas, d’imprévus, de contrariétés potentielles… mais j’ai développé au fil du temps la capacité de les laisser à leur place, de ne pas les accueillir en moi et leur permettre de me ronger de l’intérieur, petit bout par petit bout. Je les reconnais pour ce qu’ils sont, les identifie, et je remédie à leur présence au milieu de mon chemin. J’essaie de les mettre en perspective et non de les observer au microscope. Ils n’ont pas à avoir autant d’importance. Ils sont là, soit, comment faire pour que ça ne soit plus le cas? En cas de contrariété plus importante, qui cherche à s’incruster un peu plus longtemps que prévu, comment la contrer avec humour et efficacité pour retrouver un équilibre et un enthousiasme voilés un moment par elle?

Il ne s’agit pas vraiment de se forcer à voir les choses de manière positive quoi qu’il arrive. Mais plutôt de s’élever au dessus de l’émotion négative, de l’inconfort, de trouver en soi la force de se décentrer et de relativiser… D’avoir une vision plus périphérique que focale sur ce qui se passe dans notre vie. Et d’être ouvert à ce qui peut se passer, avec cette conviction profondément ancrée qu’on saura gérer la situation, qu’on saura s’adapter, et que tout est source d’enseignement.

J’ai eu à traverser des situations très difficiles dans ma vie. Sur le moment, j’étais immergée et j’essayais de me débattre pour garder la tête hors de l’eau… Mais par la suite, j’ai pris la décision de les voir comme des rites de passage, comme des leçons de vie, et d’en tirer le meilleur… Je ne les ai pas laissées m’immerger dans un marécage de culpabilité, de tristesse, d’échec. Alors que j’étais au fond, j’ai tapé du pied et j’ai pris mon élan pour m’en sortir. C’est le cas aujourd’hui. Et bien plus que ça, finalement… Cette impulsion a aussi eu pour conséquence de m’armer, de manière constructive et créatrice. Ces situations font partie de moi, de mon histoire, elles m’ont formée, elles m’ont sculptée. Mais je ne leur appartiens pas. Je suis reconnaissante d’avoir su y faire face, d’avoir pu trouver en moi les ressources pour les confronter, les surmonter. Et aujourd’hui, je sais qu’elles ne peuvent plus m’atteindre.

Le truc avec ce genre d’expériences, c’est qu’on a tendance à ne plus accorder d’importance aux petits tracas. C’est un cadeau de la vie. On apprend à relativiser et à s’élever au dessus de ce genre de situation, à les mettre en perspective et à trouver rapidement et sereinement des solutions… Et pour moi, c’est ce que symbolise Kolovrat.

Voila, cette semaine, laissez vous porter par la force et la positivité de Kolovrat.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :