Mon voyage intérieur: septembre (01)

voyage en tête

9ème étape de notre voyage…. j’avoue quand j’ai relu ma liste de mots pour l’année, que j’avais faite en décembre je crois, j’ai cru que me faisais une blague. Le côté positif, c’est que je dois donc avoir le sens de l’humour, c’est rassurant. Et de l’autodérision. Parce que le mot du mois, c’est: prépare….. J’avoue que choisir ce mot pour septembre, c’était audacieux… mais qu’en même temps, j’ai de la matière, puisque je prépare, je me prépare tout l’été…


Préparer:

  • Mettre quelque chose en état, le rendre propre à une utilisation.
  • Donner à quelqu’un certains soins, l’apprêter, le munir de tout ce dont il aura besoin pour quelque chose.
  • Réfléchir à l’avance à quelque chose, en établir les bases, les modalités.
  • Travailler à quelque chose pour être prêt le moment venu.
  • Amener progressivement quelqu’un à être dans les conditions qui lui permettront de franchir un obstacle, de supporter au mieux quelque chose.

 

1. Pourquoi et comment se préparer?

Si je réfléchis bien, j’ai une belle expérience en la matière: j’ai préparé des examens, ma classe, un nombre certain de déjeuners et de diners, mes valises, je me suis préparée au pire, à faire face, à vivre des aventures épiques. Bref, on peut préparer des tas de choses et se préparer pour des tas de choses.

Se pose la question de l’anticipation. Parce que si dans de nombreux cas, un minimum de préparation est nécessaire, il ne faut pas qu’elle devienne le centre de l’action. Je m’explique: se préparer à faire face à quelque chose est plutôt une bonne chose. Mais se préparer à toute éventualité, dans les moindres détails, risque surtout de nous paralyser, d’ôter toute spontanéité, de nous enfermer dans un cadre trop rigide pour nous permettre de profiter des petits imprévus qui donnent au voyage toute sa saveur.

Se préparer pour moi, ce n’est donc  pas tant anticiper, mais être prêt. Prêt à relever des défis, parce qu’on a confiance en nous pour le faire, parce qu’on a fait ce qu’il fallait pour le faire. Se préparer c’est donc acquérir cette sorte de  sérénité, d’assurance, de confiance en soi. C’est là le noyau de la préparation je pense: acquérir ce qu’il faut pour pouvoir ensuite agir avec sérénité.

Dès lors, il faut définir nos besoins, nos envies, et faire en sorte de construire des outils qui pourront être utilisés pour accomplir ce qui doit l’être. Définir, apprendre, construire, utiliser, maitriser.  Et prendre conscience que nous possédons déjà bon nombre de compétences. Se préparer c’est faire l’état des lieux de ce que nous sommes, de nos forces et de nos faiblesses, le plus objectivement possible. Se préparer c’est prendre conscience de nos capacités dans le but de les utiliser au mieux.

Et surtout, se préparer c’est aussi accepter qu’il y ait des imprévus avec l’assurance et la détermination qu’on saura en tirer le meilleur. C’est agir et analyser, c’est initier une nouvelle dynamique.

2.Se préparer physiquement

Non, nous n’avons pas besoin de faire un boot camp ou camps d’entrainement des forces spéciales pour être prêts… Par contre, quel que soit le but de notre préparation, elle passe par une alimentation équilibrée, un sommeil réparateur et un minimum d’activité physique… Oui, je sais, je n’invente rien. Se préparer physiquement, c’est donc agir et faire en sorte que nous ayons les capacités physiques pour affronter ce qui se présente à nous.

Je ne parle pas ici de préparation spécifique… Pas sûre du tout que manger équilibré, bien dormir et faire un peu de marche tous les jours puisse vous préparer à faire un voyage spatial, une exploration en arctique ou courir un marathon…. Par contre, dans votre vie de tous les jours, c’est une base sur laquelle vous pourrez vous appuyer.

Se préparer physiquement, c’est aussi faire l’état des lieux de son corps et de sa santé. Et prendre soin de ce qui doit l’être. Si vous pouvez tout à fait faire des séances de cardio training plusieurs fois par semaine, ou du renforcement musculaire si ça vous dit, la préparation physique peut aussi comporter une bonne dose de massage, de soins, de petits riens qui rappellent à votre corps que vous tenez à lui ( si si, n’oubliez pas qu’il vous supporte, et ce toute votre vie!).

Bien. maintenant qu’on est en paix avec son corps, il est temps de nous préparer à le rendre visible. Non, pas de stage naturiste ici (sauf si c’est votre préparation à vous, pourquoi pas). Je l’ai souvent dit, je crois, je me moque du regard que les autres portent sur moi. Par contre, je commence vraiment à m’intéresser au regard que je porte sur moi-même. Oui, fini l’ignorance et l’indifférence, il est grand temps que je m’apprécie un minimum! J’ai donc investi. Et c’est un placement à long terme, je l’espère.

Clairement, au départ, ce n’était pas gagné du tout. Aucune complaisance, voir un certain dédain… Comment avais-je pu tomber aussi bas (je connais la réponse, c’était juste rhétorique)… Donc première étape: arrêter de ne voir que les défauts, et tenter de trouver des qualités… et les mettre en valeur au lieu de vouloir tout camoufler indifféremment… puis prendre conscience que les défauts n’en sont pas, mais que bien utilisés il peuvent aussi être des atouts. S’accepter, s’assumer. Et refaire sa garde robe.

Un spa de temps en temps, ou un massage, ou encore un rdv chez l’osthéo…. de quoi se faire du bien et montrer à son corps que l’on a conscience qu’il a besoin d’être chouchouté aussi. Et soyons fous, on peut prendre rdv chez le coiffeur histoire de changer de tête, et là je parle d’expérience, je sors de chez la mienne, après un hiatus de 4 ans…. et je compte bien y aller plus régulièrement, parce que hormis les nombreux cm qu’elle m’a enlevé, je me suis sentie bien en sortant. Mes cheveux me remercient, et je me sens prête à affronter une nouvelle année scolaire…. c’est dire!

Se préparer physiquement, c’est donc définir les besoins de votre corps et faire en sorte de les combler. C’est le mettre en condition pour atteindre l’objectif qu’on se fixe. Et c’est sourire à la personne que l’on voit dans le miroir.

3. Se préparer mentalement

C’est la partie la moins visible de la préparation mais elle est très importante. C’est là que les changements les plus profonds se déroulent.

La préparation mentale…. là aussi, il faut prendre garde de ne pas confondre anticipation et blocage. Il faut parvenir à être suffisamment préparé pour faire face à toute éventualité tout en restant ouvert aux imprévus.

Il faut donc en fait se préparer à … ne pas être préparé! Apprendre à se laisser aller avec le flot, à accepter ce qui vient, à prendre soin de nous, à avoir confiance en soi….. hum… ça ne vous rappelle rien? C’est exact, c’est ce que nous faisons depuis le début de ce voyage. Nous préparer.

Ce mois-ci, nous allons pouvoir souffler un peu, et faire le point sur ce que nous avons déjà accompli dans notre quête intérieure. Faire l’inventaire de nos forces et de nos faiblesses, déterminer ce qui doit être encore renforcé, tout en prêtant attention aux petits riens qui nous mèneront vers de nouveaux territoires, de nouvelles aventures. Nous avons récolté  de nombreuses compétences d’ores et déjà. A nous de les mettre en pratique, de nous entrainer pour les maitriser et pouvoir les utiliser lorsque le besoin s’en fait sentir.

Se préparer mentalement ne signifie pas être capable de surmonter tout ce qui se présente, quoi que ce soit. C’est surtout avoir conscience de ses limites et être capable de demander de l’aide si besoin est. C’est aussi avoir conscience de la possibilité d’être bousculé loin de notre zone de confort, de se retrouver en territoire inconnu. Mais d’avoir suffisamment confiance en soi pour avoir la conviction qu’on en sortira grandi, différent peut-être, plus riche sans aucun doute.

Mais pour cela, il faut s’autoriser à ne pas avoir le contrôle. Parce qu’il est aisé de confondre préparation et contrôle. Or, désolée, mais il est impossible de tout contrôler. Se préparer c’est donc surtout accepter de perdre le contrôle et d’explorer sereinement ces contrées. Parce qu’on se connait, qu’on a confiance en son jugement et en son intuition, et que le voyage n’est intéressant qu’en prenant de temps en temps les chemins de traverse.

Se préparer mentalement, c’est donc aller à la rencontre de soi. Établir ses valeurs, son éthique, connaitre ses limites. Et avoir confiance. Se laisser porter par le flot plutôt que nager à contre courant. Et accueillir se qui se présente avec la ferme conviction que toute épreuve est en réalité une leçon de vie. Et chercher en soi les outils pour surmonter et sublimer toute expérience, positive comme négative. Se préparer c’est être prêt à se construire, encore et toujours, sur des bases solides et saines.

Bon mois de Septembre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :