Le Bosquet de l’Alchimiste 17. La rose

Cette semaine, nous explorons notre dernier sens: l’odorat. Je suis toujours étonnée par l’influence que peut avoir une odeur sur moi. Elle peut instantanément me mettre en contact avec des souvenirs, des émotions.

Par exemple l’odeur de la violette sera toujours associée pour moi à ma fille, Emma. Lorsqu’elle est décédée, je me parfumais à la violette, sans doute dans l’intention de la garder un peu plus longtemps près de moi. De même, l’odeur résiduelle de quelqu’un que l’on aime sur ses vêtements nous apporte un réconfort immédiat lorsque nous sommes séparés.

Lorsque je vais dans mon endroit favori, je ferme mes yeux pour laisser mes autres sens prendre le dessus. Je peux entendre, mais je peux aussi sentir. L’herbe fraiche, les essences d’arbres, les plantes. Et cette odeur très particulière du lac. Ces odeurs se combinent pour m’apaiser, et je me sens immédiatement bien.

Lorsque j’essaie un nouveau thé, ou un nouveau mélange de plantes, j’aime passer un peu de temps à le sentir avant de le boire. Et ça m’aie à créer un souvenir de ce moment, et de ce que j’ai ressenti.

Il faut que je vous parle de l’odeur des livres et du papier. Lorsque j’achète ou que l’on m’offre un « nouveau » livre (qui peut être de seconde, ou de tierce main, voire plus…), je commence toujours par le humer. Comme si j’en prenais connaissance et l’accueillais dans ma vie ainsi. Il y a quelque chose de spécial dans l’odeur d’un livre… Une sorte d’invitation au voyage, à l’imagination, à la connaissance. C’est presque magique, pou moi. Et j’aime beaucoup cette sensation. Ou peut être est-ce le seul papier, j’adore l’odeur du papier….

Et qui n’a jamais ressenti le plaisir immédiat de s’allonger dans des draps fraichement lavés? Je n’ai pas de sèche linge, donc je fait sécher ma literie sur un étendage à l’intérieur, mais lorsque les beaux jours arrivent, je m’organise pour faire ma lessive un jour où je rends visite à mes parents, pour pouvoir faire sécher mes draps au grand air. Et quel bonheur de se glisser dedans le soir venu et de laisser leur odeur m’emporter au pays des rêves.

Toutes les odeurs précédentes sont celles qui peuvent m’apporter de la joie, de la paix, de la sérénité. Mais d’autres sont plus comme des avertissements d’un danger réel ou supposé. L’odeur de l’alcool fait partie de cette catégorie. Mone x-mari était un alcoolique, et des années après notre séparation, la simple odeur de l’alcool qu’il buvait me projetait dans un état de vigilance immédiat. J’étais sur la défensive, alors que je pouvais ne pas connaitre voire apprécier la personne qui avait opté pour cette boisson. J’ai du vriament m’entrainer à me déprogrammer et à reconnaitre cette odeur pour ce qu’elle est uniquement: l’odeur d’une boisson qui ne m’attire pas. Mais ça m’a pris beaucoup plus de temps que je ne le pensais, tellement cette sensation était inscrite profondément en moi. L’ail est une autre odeur répulsive pour moi. Je suis capable d’en détecter la moindre touche dans un plat, que je ne toucherai donc pas. Parce que mon corps refuse cet aliment. Oh, et les odeurs corporelles me gènent énormément. J’ai vriament du mal à prendre les transports en commun à cause de ça, et je ne resterai pas assise près de quelqu’un qui sent la transpiration, même en réunion, parce que cette odeur me rend nauséuse très rapidement… Oui, je suis vraiment très sensible de ce côté là…

Pour moi, les odeurs sont vriament liées à mes émotions, à mes souvenirs, à mes sensations physiques, et si je me sens bien dans un lieu ou avec quelqu’un, j’aurais tendance à l’associer à une odeur particulière.

Alors cette semaine, allez dans votre lieu préféré, et passez du temps avec votre personne favorite, et essayez de les lier à une odeur particulière que vous pourrez faire venir à votre sprit lorsque vous aurez besoin du réconfort qu’ils vous apportent. Parce que vous le méritez.

La carte

Cette carte est ma première tentative à dessiner une rose. Et elle m’a pris un temps fou, mais je suis vraiment contente du résultat. j’ai beaucoup aimé travailler les dégradés, et essayer d’exprimer la délicatesse des pétales, le volume de la fleur. J’ai choisi des couleurs inhabituelles parce que… pourquoi pas? C’est certainement la carte qui m’a pris le plus de temps jusqu’à maintenant. Je suis sûre qu’il y a un moyen plus rapide d’arriver au même résultat, et je vais étudier ça de près, mais j’ai vraiment aimé la dessiner. J’espère que vous l’aimerez aussi. Oh, et évidemment, elle possède sa propre magie!

Mon voyage

Notre journal

Je vous souhaite une bonne semaine. nous en avons fini avec nos cinq sens. Nous les avons reconnus, accueillis et intégrés. il est temps de poursuivre notre voyage intérieur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :