Cheminement du 11 août

Comment voir mes défauts comme des atouts et des opportunités ?

Pas si facile de s’accepter si on ne voit que nos défauts, que nous nous focalisons dessus. Puisque c’est ce que nous tendons à faire, très bien, plongeons nous complètement dedans. Pour les retourner en notre faveur.

Nos défauts physiques font de nous la personne que nous sommes. À nous de voir si nous pouvons les accepter, ou si nous voulons les atténuer. Qu’est-ce que ça nous demanderait, comme investissement émotionnel et/ou financier ? En avons-nous les moyens? Si oui, il nous appartient de le faire ou non. Si non, très bien, comment faire pour qu’ils ne nous empêchent pas de nous affirmer, d’être celui ou celle que nous sommes, aux yeux des autres ? Pendant très longtemps, les cicatrices que je porte sur mon visage me complexaient énormément… J’ai tout fait pour les dissimuler, avec du maquillage, en les cachant avec mes cheveux, etc… mais les voir dans le miroir était douloureux, et vraiment difficile. Et puis j’ai décidé d’arrêter de me focaliser dessus. Elles sont là, elles font partie de moi. Pour autant, elles ne me définissent pas. Lorsque je les voyais dans le miroir, je me suis efforcée de leur sourire, au départ ce n’était pas si facile, et puis c’est devenu une routine. Je les ai acceptées comme faisant partie de moi, tout simplement. Sans les stigmatiser. Et puis au final, l’événement à l’origine de la plus grande (je me balançais entre deux meubles et j’ai chuté tête la première, rien de bien sexy hahaha) m’a servi d’avertissement pour les enfants que je voyais faire la même chose…. J’étais la preuve vivante que c’était une mauvaise idée… Et oui, malgré mon très grand âge, j’avais toujours une cicatrice, elle n’a pas disparu et ne le fera jamais. J’ai trouvé une utilité à cette cicatrice dont j’avais tellement honte lorsque j’étais ado… Et puis, mon visage balafré correspond bien à mon tempérament, au final. Je n’ai aucune raison de le rejeter, mais au contraire, je peux le laisser s’exprimer. Aujourd’hui, je ne pense que très rarement à mes cicatrices (si ce n’est pour écrire ces mots hahaha). Elles font partie de moi, je les accepte. Et personne, âgé de plus de 10 ans du moins, ne les a jamais pointé du doigt… ça ne m’a pas empêché d’avoir des relations amoureuses, de séduire, de sourire, d’être appréciée. La seule qui me rejetais à cause de mes cicatrices, c’était moi.

Il en va de même avec les caractéristiques morales qui peuvent être perçues comme négatives. Je suis obstinée… très obstinée. Lorsque je me fixe un objectif, je ne m’arrête qu’une fois atteint. Rien ne me fera dévier si je ne le désire pas. Mais je peux du coup paraitre très dure, focalisée sur ce que je veux faire, ou être. Je peux être cinglante si on essaie de me dissuader. Parce que, pour moi, si je me suis fixée cet objectif, c’est que je peux l’atteindre, et qu’il correspond à ce dont j’ai besoin, là, maintenant. Mais cette obstination, cette détermination, c’est aussi ce qui m’a permis de traverser et de sortir de bien plus d’un de mes enfers personnels. C’est ce qui m’a remise sur pieds, c’est ce qui m’a permis de garder la tête haute. Et d’être prête à encaisser le prochain choc. Elle me donne la confiance en moi dont j’ai besoin lorsque je perds pieds, lorsque je m’effondre sous le poids de l’adversité… Je sais au fond de moi que si je suis à terre, il me suffit de me dire que je m’en sortirai, une fois encore, et de me focaliser sur cet objectif. Peu importe le temps que ça prendra. Je l’ai décidé, c’est acté, ce sera fait.

Donc aujourd’hui, je vous propose d’essayer de trouver en quoi vos défauts peuvent se révéler comme des chances.

Par exemple :

  • Ma colère peut m’énergiser, initier une action, me donner la force de faire face à un obstacle. De colère, elle devient motivation, contestation. Elle me révèle ce que je ne peux accepter, ce qui heurte mes valeurs. Il me reste à la canaliser pour me mettre en action, et non dans la réaction.
  • Mon manque de confiance en moi me permet de voir ce qu’il me manque, selon moi, et d’agir pour l’obtenir, ou du moins m’en approcher. A mon rythme, petit à petit, en me dépassant à chaque fois, en me prouvant que j’en suis capable. Et parfois réaliser que je l’avais en moi depuis le départ, ais que je n’en avais pas conscience.

Et je vous ai préparé une petite fiche, comme d’habitude, pour vous aider à le faire. Inutile d’essayer de remplir toutes les cases. Commencez par un défaut, et voyez où ça vous mène… en douceur, un pas à la fois.

Vous trouverez cette fiche, ainsi que toutes celles du cheminement n°8 ici.

Je vous souhaite une merveilleuse journée.


Si vous désirez aller plus loin, explorer votre paysage intérieur en profondeur, vous pouvez trouver ce qui vous permettra de le faire dans le jeu de cartes et le guide du cheminement, ici. Je les ai créés spécifiquement pour ce cheminement, en essayant de vous proposer plusieurs modalités pour que vous puissiez cheminer à votre guise. Les cartes ont une image inspirante au recto et une question au verso. Dans le guide, chaque jour a une page dédiée, avec des rubriques qui vous inspireront, vous guideront, vous accompagneront.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :