Cheminement du 17 août

Sur quoi n’ai-je aucune influence ?

Il est parfois difficile d’admettre notre impuissance vis à vis d’une situation. Et parfois, il n’y a vraiment rien que nous puissions faire, si ce n’est traverser la difficulté et tenter d’en tirer le meilleur.

Je ne supporte pas la chaleur, je ne suis pas du tout faite pour ça. Autant je me sens bien sous des températures inférieures à 30°C, autant une fois ce niveau atteint, je ne suis plus bonne à rien. J’ai du mal à réfléchir, je me sens mal, je n’ai aucune énergie, … tout est compliqué… Cette année je suis servie! Si j’ajoute que je vis dans un appartement avec une isolation thermique inexistante, et que vue son orientation, je dois vivre les stores baissés, dans la pénombre, donc je ne peux pas vraiment dessiner, vous avez le tableau complet de ces derniers mois… Je ne peux pas changer les températures, c’est vraiment inconfortable… c’est l’exemple parfait pour aujourd’hui!!

1. J’essaie d’avoir un regard le plus objectif possible

Je ne peux rien faire pour faire descendre les températures. Je vais passer quelques jours difficiles, mais j’ai ce qu’il faut pour le faire: un ventilateur, des pains de glace, de quoi me faire des salades diverses et variées, et de quoi m’hydrater très régulièrement, la possibilité de m’occuper même dans la pénombre, une liseuse pour lire autant que je le souhaite, si vraiment j’ai trop chaud, je peux toujours aller dans un supermarché climatisé… Et puis ça ne durera pas, donc autant en profiter pour diminuer le rythme.

2. Je m’adapte

Dans un premier temps, j’ai essayé de me lever tôt le matin, pour pouvoir profiter d’un peu de fraicheur relative avant que les températures grimpent. Je sais que ça ne durera pas, du moins, pas à ce niveau, et je tente d’organiser ma journée pour en souffrir le moins possible. Si la situation dure plus de quelques jours, je passe au plan B: je passe au mode nocturne. Puisque la chaleur m’assomme littéralement, je dors pendant les heures les plus chaudes, et je reste éveillée la nuit, pour profiter de la fraicheur (je vis dans une région où, fort heureusement pour moi, les nuits sont toujours un peu plus fraiches). Et je m’organise autour des rdv que je peux avoir (bon, je vis seule, ça aide). Je peux voir mes amis le soir, à mon réveil, et profiter des soirées d’été. Lorsque mon ordinateur surchauffe, malgré le refroidisseur dont il est déjà équipé, je glisse des pains de glace sous ce dernier, et je bénéficie en plus d’un peu d’air frais sur mes poignets !

3. J’essaie d’envisager les côtés positifs

Je connais parfaitement les côtés négatifs de la canicule, inutile de m’y attarder.. Par contre que puis-je en tirer? Je profite de ces jours caniculaires pour m’avancer dans mes lectures, et puisque je suis bloquée devant mon ordinateur, autant en profiter pour créer tout ce qu’il faut pour le cheminement. Puisque je passe mes nuits debout, je vais pouvoir en profiter pour tenter de voir des étoiles filantes. Je suis aussi beaucoup plus efficace pendant les heures de la journée où je suis debout. Je vais faire mes courses à l’ouverture, juste avant d’aller me coucher, par exemple. Et puisque je dors, je ne suis pas gênée par les cris des enfants ou le bruit des travaux juste à côté. La nuit, je suis dans le calme, et je peux profiter de ce silence pour récupérer un peu.

4. J’essaie d’en tirer le meilleur

Une fois que les températures redescendent, je me rends compte que j’ai vraiment pu avancer dans mes lectures, dans mon travail pour le cheminement, que j’ai fait preuve de créativité pour prendre soin de mon matériel, que je suis bien moins fatiguée qu’au départ. Et que j’ai pu poser les fondations sur lesquelles je peux m’appuyer pour la suite. J’ai aussi pu prendre du recul sur pas mal de choses et prendre le temps de vraiment me poser, de me pauser. Et je peux désormais revenir à un rythme plus ‘normal’ avec un esprit clair.

Mais il est parfois difficile de s’adapter à un changement, d’accepter ce changement, et de se sentir complètement impuissant face à une situation. J’ai mis beaucoup de temps à m’adapter au décès d’Emma, et 6 ans après, c’est parfois encore un peu compliqué. Mais je n’ai pas à le faire dans la minute. Je vais à mon rythme, et j’y travaille, au fur et à mesure que certaines choses émergent. L’acceptation, ça ne veut pas dire que la douleur disparait, ça veut dire que je sais que ça s’est passé, que je l’ai vécu, que je l’ai ressenti. Et que ça fait partie de ma vie. À moi d’en tirer quelque chose qui me permettra d’avancer plus sereinement. Facile à dire, pas si facile à faire. Un jour à la fois, un pas à la fois.

S’il m’est vraiment difficile d’accepter et de m’adapter au changement, je peux:

  • Prendre 5 respirations profondes lorsque je sens arriver l’anxiété liée au changement.
  • Essayer d’avoir le regard le plus objectif possible sur la situation.
  • Envisager les côtés positifs du changement, et non uniquement les négatifs  (réflexe naturel)
  • Essayer de voir en quoi la situation bénéficie du changement, ce que ça lui apporte, et les possibilités qu’il m’offre.

Aujourd’hui, la fiche reprend simplement ce que je peux faire pour accepter et m’adapter à un changement. Une sorte de pense-bête! Et surtout je ne me juge pas parce que j’ai du mal. Je fais preuve de compassion et j’essaie de trouver ce qui pourrait me faire plaisir. Et s’il me faut du temps, je le prends. Et puis, si c’est vraiment trop difficile, je me fais accompagner. Parce que je le mérite.

Vous trouverez cette fiche, ainsi que toutes celles du cheminement n°8 ici.


Si vous désirez aller plus loin, explorer votre paysage intérieur en profondeur, vous pouvez trouver ce qui vous permettra de le faire dans le jeu de cartes et le guide du cheminement, ici. Je les ai créés spécifiquement pour ce cheminement, en essayant de vous proposer plusieurs modalités pour que vous puissiez cheminer à votre guise. Les cartes ont une image inspirante au recto et une question au verso. Dans le guide, chaque jour a une page dédiée, avec des rubriques qui vous inspireront, vous guideront, vous accompagneront.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :