Le Bosquet de l’Alchimiste 09. Livres

Rien ne vaut de passer un bon moment avec soi même, à parcourir les rayonnages de sa bibliothèque intérieure.  » Sylvain Tesson

J’ai trouvé cette citation en faisant mes stickers et je n’aurais pas pu rêver de meilleure citation pour cette semaine! Les livres sont magiques à mes yeux. Les mots ont leur propre pouvoir magique, ils peuvent matérrialiser nos plus profonds sentiments, nos secrets, tout en nous permettant d’accéder aux pensées et au monde intérieur d’autres personnes. Ils sont un moyen à la fois simple et efficace de communiquer, d’accéder au savoirs vieux de plusieurs siècles ou aux dernière découvertes. Ils créent une culture, ils nous amènent à confronter nos propres croyances à celles d’autrui, ils nous offrent des réponses, ainsi que de nouveaux questionnements. Et le travail el plus magique de tous: nous avons eu besoin d’apprendre comment déchiffrer ces symboles qui se trouvaient sur la page pour accéder à ce savoir. Dans notre propre langage d’abord, puis dans d’autres, avec leur propre culture, leur propre logique. Si ce n’es tpas de la magie, je ne sais pas ce qui peut l’être!

J’aime probablement écrire autant que j’aime lire. J’ai toujorus soif de nouveaux savoirs, de nouvelles compréhensions, de nouveaux horizons. La plupart du temps, je n’écris pas la même chose en français et en anglais. Ce sont deux langues complètement différentes dans mon esprits, comme si je leur octroyait des attributs particuliers et spécifiques. J’ai pris conscience de ça lorsque je me suis sentie suffisament à l’aise pour écrire en anglais directement. Je n’exprimais pas la même gamme d’émotions, je ne pensais même pas de la même manière qu’en français. Et j’ai embrassé ce fait, parce que ça fait partie de mon fonctionnement, et que ces deux langues me permettent d’exprimer une partie de ce que je suis, qu’elles sont complémentaires. Cette année, j’ai opté pour une approche différente, puisque chaque étape du voyage intérieur est écrite soit en français, soit en anglais, puis traduite dans l’autre langue. Je me laisse porter. Si je ressens le besoin d’écrire dans l’un ou l’autre des langues sur un thème particulier, je le fais, puis j’ajoute les nuances qui me paraissent nécessaires lorsque je traduis.

J’ai passé beaucoup de temps à essayer de me connaitre. j’ai eu l’opportunité de vivre des expériences de vies intenses qui ont remis en question tout ce que je pensais avoir, être ou croire. Je vois ça un peu comme si j’avais été dépouillée de totu et que je me retrouvais nue au milieu d’un champs de ruines. Je devais savoir ce dont j’avais besoin pour continuer ma route, pour revenir à mon cheminement de vie. Ce qui était important à mes yeux, ce qui me donnait la volonté de poursuivre mon voyage, ce sur quoi je pouvais compter, ceu dont j’avais besoin dans ma vie. Qui j’étais vraiment, lorsque tout m’était retiré. Lorsque je n’avais aucun contrôle sur ce qui se pasait dans ma vie, bien qu’elle soit encore mienne. J’avais besoin de revenir sur le chemin et d’avancer. Chacune de ces expériences furent un voyage en soi. Et j’ai commencé à coucher mes pensées et mes émotions sur le papier, pour permettre à mon esprit de les synthétiser, pour permettre aux émotions qui me submergeaient de s’apaiser un peu, pour me permettre d’avoir une vision plus claire de la situation que je vivais. Je pouvais écrire dans des cahiers, ou écrire de la poésie, ou juste m’épancher en ligne, mais peu importe, je mettais en mots ce que je vivais. J’exerçais la magie du lacher prise en posant les choses.

De temps en temps, j’aime revenir à ce que j’ai écris durant des moments-là. Et si je me reconnais dans ces textes (après tout, *je* les ai écrits!), je ressens également une distance vis à vis de celle que j’étais alors. Mes sentiements ont évolués, ma vie également. Si je suis la même au coeur, je suis à la fois plus complexe que je ne l’étais, parce que j’ai appris, j’ai expérimenté, j’ai ressentis d’autres choses depuis, et à la fois plus simple, puisqu eje me suis débarrassée de perceptions ou d’idées qui ne me sont désormais plus d’aucune utillité. je sais qui je suis parce que je sais ce qu’il m’en a coûté pour en arriver là.

Et je sais que si j’en ai besoin, je peux toujours rechercher un livre qui, s’il ne me donnera pas les réponses dont je pense avoir besoin, me donnera au moins les clés pour accéder à une nouvelle compréhension. je n’attends pas que quelqu’un apparaisse avec le savoir dont j’ai besoin dans ma vie. Je vais à sa découverte, je le recherche, je le poursuis. Et la plupart du temps, je l’atteins. je me laisse portée par mon intuition, j laisse mon esprit errer, et lorsque je sens que j’ai besoin de me plonger dans quelque choses, je recherche quelqu’un qui a maitrisé le concept, ou est du moins allé plus loin. J’aime explorer la pensé d’autrui, la manière dont le monde qui nous entoure est perçu à travers leur propre vision, leur propre explication, et le fait qu’ils le partage avec ceux qui désire y accéder. Je ne le fais pas scolairement, ni dans un but d’étude. Je prends juste ce qui fait sens pour moi, ce qui nourrit ma propre réflexion, ce qui me permet d’avancer sur mon propre chemin.

Cette semaine, j’ai décidé d’imprimer mes deux voyages jumeaux, (The Alchemist Grove et Le Bosquet de l’Alchimiste) et de les consigner dans leur propre livres. Dans quelques années, je pourrai les relire et me souvenir, certainement avec de la tendresse, de la compassion et un peu d’amusement, d’où je me situais sur mon cheminement cette année. Je tiens également un journal, dans lequel je n’écris pas tous les jours, mais où je consigne ce qui me parait important, afin de prendre du recul et de me souvenir.

Alors cette semaine, choisissez un carnet, un livre, ouvrez un nouveau document sur votre ordinateur, et occupez-vous de votre page de garde. Vous pouvez attendre pour écrire le titre, il vous viendra quand le moment sera venu, vous pouvez ajouter des décorations, des gribouillages, ou la laisser la plus simple possible. Faites ce qui vous correspond le mieux. Choisissez la couleur ou les couleurs dans laquelle ou lesquelles vous désirez écrire. Personnellement, j’écris essentiellement en noir, au stylo encre, mais je peux utiliser du bleu sarcelle et/ou du bordeaux pour contraster, lorsque j’en ai envie. Il n’y pas de règles si ce n’est les vôtres. Amusez-vous, prenez plaisir à le faire. Parce que vous méritez d’avoir votre histoire écrite, et que le futur vous sera vraiment fier/fière et heureux/heureuse de l’évolution que vous avez vécu. Faites-vous ce cadeau!

La carte

C’est sans aucun doute ma préférée jusqu’ici! Évidemment, j’ai du faire une pile de livres, rien d’original puisqu’on en trouve partout chez moi! Je voulais qu’ils aient l’air anciens et précieux, mais je ne voulais pas restreindre l’idée de connaissance, donc j’ai décidé d’inventé un alphabet et une écriture pour les titres et le nom des auteurs. N’essayez pas de les déchiffrer ou de les ‘traduire’, les motifs sont venus comme ça, ils ne se réfèrent à rien de particulier. j’ai aussi ajouté quelques décorations, toujours dans l’idée de les rendre précieux, presque sacrés. et j’ai essayé de donner à leur couverture une texture de cuir. Parce que ce genre de livre ne peut être couvert que de cuir. je voulais que leurs pages aient l’air de parchemin, ou du moins de papier épais et ancien. Qu’ils aient l’air d’avoir été beaucoup lus. Et bien sûr, j’ai dû ajouter quelques étincelles de magie, pour exprimer ce que les livres signifient à mes yeux. Je suis vraiment contente du résultat, quie st à la fois doux et puissant. J’espère que vous l’aimez également!

Mon voyage

J’ai maintenant une vision plus claire de ce que je veux faire avec cette page (après 8 semaines, il était grand temps!). La partie de gauche est plutôt un récit inspiré de la carte et du sujet de la semaine, alors que la partie de droite est plus une méditation, ou un guide pour vous aider à plonger dans la semaine.

Notre journal

Cette page peut vous servir de base pour votre journal, votre propre cheminement. Vous pouvez l’imprimer ou copier uniquement les phrases inductrices qui vous parlent, sur lesquelles vous voulez vous pencher. Rappelez vous: il n’y a pas de règles, vous faites comme vous le désirez!

Nos cartes et stickers

A imprimer, sur du papier autocollant ou du bristol, à collectionner ou à coller où bon nous semble… Je dois vraiment vous montrer ce que j’en fais… j’essaierai de faire un article dessus cette semaine!

Je vous souhaite une magnifique semaine. Si vous en avez envie, j’aimerais beaucoup voir vos cahiers, carnets, journaux et/ ou vos pages de garde. Vous pouvez m’envoyer une photo à l’adresse de contact. Surtout amusez-vous, prenez du plaisir, gardez votre esprit ouvert et ayez de la compassion pour vous-même. Vous le méritez. A la semaine prochaine!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :